lundi 17 juillet 2017

Google Mega Data Center Luxembourg: Le projet gagne enfin du terrain ! (Exclusif)



Larry Page co-fondateur de Google et Etienne Schneider, Vice premier ministre du grand Duché de Luxembourg. (Droits réservés)





Didier REMER
Paris, le 17 Juillet 2017.




En décembre dernier, le géant Google s'est rendu « disponible » pour un investissement record d'un milliard d'euros pour l'implantation d'un « Mega Data center » au Luxembourg. Un immense "paquebot" de quatre étages pour près d'un million de mètres carrés, le bâtiment serait ainsi assuré d'être le plus énergivore du genre pour ce pays qui gère plutôt bien sa dépendance énergétique, mieux, il investit depuis de nombreuses années chez ses grands voisins, « On remarque d'ailleurs un accroissement vers les investissements stratégiques dans la green énergie. » Notons que Google s'est empressé de remarquer ce coût particulièrement bas au Luxembourg pour une électricité... à destination des professionnels ! Toutefois, si certains esprits s'échauffent dans la world company, ce n'est pas tant pour un Luxembourg à devoir manquer coller à l'air du temps comme sur la question environnementale que de raisons plus techniques, pour ne pas dire très terre à terre... C'est que le Luxembourg doit se trouver un bon "terrain d'entente", 25 à 35 hectares pour le fameux projet... « Rapidement une issue par le haut s'il veut une réponse positive du géant de l'internet ! » croit savoir notre éminente source aux Etats-Unis qui nous précisera d'emblée aussi cette fameuse deadline étant déjà dans un premier temps portée à ce vendredi 14 Juillet. Pression quand tu nous tiens. A vrai dire, une prorogation de cet ultimatum reste logiquement encore possible dès lors que les émissaires en charge du dossier seront en capacité de donner de sérieux gages sur ce qui pourrait rapidement s'apparenter comme « ...l'investissement du siècle! » Ce pays membre fondateur de l'Union européenne tient là une formidable chance que nombreux seraient en droit de lui envier tant la promesse d'un bond en avant lui serait acquise avec tel deal, toutefois « Il faudra que ce charmant et si sympathique pays mesure bien l'opportunité ainsi proposée et donne ainsi le meilleur de lui même pour la meilleure réponse ! » croit-on savoir aux Etats-Unis et d'insister sur l'esprit "win win" du géant mondial... Sans oublier de rappeler au passage la masse systémique de précision « de l'imposant cahier des charges, assurément un véritable casse-tête pour qui se prépare mal à si grand défi. » insiste notre source. Mais qui pourrait douter un seul instant de la mise en œuvre de tout ce que compte d'intelligence un pays avec un tel investissement à la clef ? 







Etienne Schneider, "Sérieux" Referent.gov...







Au Luxembourg, le dossier est logiquement jugé « d'intérêt national », du moins dans les conciliabules du ministère de l'Economie, jugé très efficient par le staff du géant en Californie pour mener les négociations qui entourent le deal... Sujet d'autant plus sensible pour en être le révélateur des réelles capacités d'action de la puissance publique d'un pays. Comprendre ici qu'il s'agit bien de cette coordination de tous les intervenants à tous les niveaux de l'Etat, sans oublier les acteurs privés connexes pas moins impliqués. Pour se faire, le vice Premier Ministre Etienne Schneider est jugé comme un très bon « Referent.gov », interlocuteur privilégié de ce possible « Deal du siècle », ainsi est-il déjà médiatiquement martelé et même jugé dans tout le pays... L'homme porteur du projet est aussi « former president d'Enovos », premier groupe d'Energie du pays, « Son action passée à la présidence du groupe de réseau d'approvisionnement et développement énergétique du pays intéresse forcément, il est par ailleurs porteur d'un indéniable dynamisme pour le pays, de la conquête internationale spatiale pour l'exploration minière, croyant dur comme fer aux nombreux potentiels l'homme transforme peu à peu le Luxembourg qui doit se positionner pour son avenir, ce pays est un ensemble de clusters très prometteurs... » insiste-t-on encore. En effet, à l'image de ce projet de mega data center, outre les logiques imposants des besoins en énergie, le géant Google soigne ses objectifs vers le développement durable, la configuration du projet au Luxembourg est donc plutôt cohérente et donc séduisante -sur le papier-. « Attention, cet aspect est un facteur important dans la balance, car n'en déplaise, l'opérateur investisseur se doit pouvoir jouer de logiques concurrences, sans compter que la Commission européenne veille particulièrement au grain. On peut travailler dur pour le Cloud est ne pas rester aveugle et sourd la tête dans les nuages. » Avec le nouveau modèle économique du géant qui gagne en épaisseur, de nombreux sites et donc états sont en concurrence, « Tous intègrent rapidement au mieux des réponses au plus près des attentes de Google pour servir des capacités opérationnelles évolutives rendues indispensables... » En off, on nous cachera pas que d'autres s'imaginent déjà comme la solution de remplacement... 





De sérieux atouts...





Sur le papier, le Luxembourg dispose de sérieux atouts, c'est bien sûr un peu aussi la culture locale du « gentlemen agreement », celle qui devrait pouvoir rassurer, toutefois Google ne perd pas de vue ses objectifs d'une -pacification- de ses relations avec l'Union européenne « Comme par le canal de la Commission européenne, un lien historique et si particulier avec le Luxembourg, son président, l'optimisation fiscale et quelques bonnes raisons de tourner la page de contentieux passés... » assure notre source à Luxembourg. Comprendre ici que les investissements qui se comptent en milliards sont toujours stratégiques pour le pays, « Mais parfois logiquement toujours un peu plus diplomatiques ! » précisera notre source, et d'insister, « Ne l'oublions jamais, investissements colossaux orientés vers le logique développement de l'ICT lui même fort contraint à une augmentation de ses capacités par des évolutions technologiques, il est vrai, toujours plus gourmandes... » Cet aspect est extrêmement important, Google apportant une réponse la plus efficiente possible « Pour son client final » finalement un peu de vous dans tout çà, il est bien question d'image. 


L'axe Jeremy Rifkin se précise...


Ce pays n'a pas hésité à commanditer une étude d'ampleur sur la meilleure stratégie à adopter, en général les études de l'économiste sont plutôt bien perçues au siège Californien de Google. « Si tout était repartagé, on aurait une économie circulaire: c'est un élément crucial pour le projet du Luxembourg. Rien ne se crée, rien ne se perd, c'est ça la Troisième révolution » devait conclure le rapport de l'expert qui devait souligner l'aspect environnemental impérativement allié à l'ère du numérique dont Luxembourg serait promis à devenir un acteur majeur. Le pays redouble d'efforts pour sa révolution, une économie circulaire qu'il devrait parvenir à concrétiser assez rapidement compte tenu de l'échelle de son modèle économique, sa bonne santé et cette incroyable capacité pour accompagner l'investissement étranger. Le pays compte sur la présence des nombreux groupes, principaux opérateurs mondiaux ICT. « Ma génération pensait qu'il fallait être indépendant pour être libre. Pour les jeunes générations, c'est la mort d'être un agent indépendant, enlevez-leur le téléphone et ils meurent. Nous pensions que le pouvoir était une pyramide. Pour eux, c'est horizontal. On partage. On partage ses talents. » Rifkin explique que les jeunes sont à la fois plus sensibles à la biosphère, à la rareté des matières, et se demandent pourquoi on a deux voitures ? Pourquoi on ne les partage pas ? A lire le rapport, on comprend vite sur quoi le Luxembourg se doit agir pro-activement, le pays est un très bon élève du numérique, « Certains retards sont déjà à considérer comme plus ou moins résolus, pour la formation et quelques indispensables petits compléments pour les infrastructures...» 



Image associée




Les négociations gagnent du terrain...



Pour le mega data center, certains pointeront logiquement le planning des localisations « Point important à respecter pour le géant qui se doit le... rester ! » Google compte sur la réactivité et donc l'efficacité de tous ses partenaires, du parfait « Win,win, toujours win ! » aime à rappeler Etienne Schneider en très bon ministre de l'Economie. On s'attend donc à une réactivité sans faille sur certains aspects techniques, d'autres groupes sont déjà dans la course et gagnent du terrain ! Justement, question terrain, au Luxembourg tout ne semble pas si évident, « Visiblement, 25 à 30 Hectares, c'est déjà compliqué... », l'aspect ''ground'' est un premier casse-tête à relever, dans ce pays aussi, un mega data center se doit proche du réseau d'énergie, source d'eau (refroidissement), réseau fibre optique de qualité pour une latence optimisée, site disposant de tous les raccords aux infrastructures pourtant bien présentes ! Au Luxembourg, elles sont jugées plutôt efficaces, mais vient aussi s'ajouter le fameux calendrier, « Toujours et encore, ce qui suppose des garanties juridiques solides pour respecter impérativement le timing d'un planning hautement stratégique... » insiste notre source. Il est vrai que cet aspect commence peut-être à inquiéter l'Etat-Major du groupe, « Considérant à juste titre être bien fondé à devoir disposer des garanties qui se doivent logiquement proportionnelles à la hauteur de l'investissement... » Concrètement, le Luxembourg est bien la première victime d'une ultra libéralisation de sa politique foncière, notamment passée, « Aspect trop longtemps laissé en roue libre...» Comprendre ici que les terrains sont « jugés artificiellement onéreux », le découpage cadastral est donc rendu complexe par une politique héritée d'un remembrement pro-spéculatif, et des capacités de disponibilité fortement réduites en terme de surface spécifique à petit territoire, « Malheureusement dans les secteurs géographiques souvent les plus appropriés aux entreprises avec des grands besoins et donc potentiels », c'est à dire mix en phase avec les bonnes infrastructures de l'Etat, « Mais n'oublions pas aussi cette histoire d'un agriculteur ayant bloqué la finalisation d'une autoroute une dizaine d'années vers l'Allemagne, ce qui peut encore éveiller certains doutes... » croit-on savoir à Luxembourg. D'autres miseront davantage sur les bonnes relations nouées par le géant Californien avec ce pays qui s'est montré pro-actif sur certains aspects fiscaux... « Un retour d'un ascenceur qui serait bien vu, mais ce n'est pas la stratégie d'ensemble opérée, Google mise davantage sur la situation géographique et donc son fameux planning qui peut s'apparenter à un ultimatum, 300 emplois dans un pays toujours plus proche du plein emploi est un vecteur qui ne rend pas nécessairement indispensable le projet pour certains, toutefois, il s'inscrit bien dans la stratégie de développement des ITC en forte évolution dans ce pays, un véritable booster qui peut démultiplier les investissements et donc bien au delà des 300 premiers emplois du projet! » Il est vrai que le Luxembourg prend le chemin d'un cluster géant, l'implantation récente de la première "E-ambassade" pouvant accréditer si belle thèse. Concrètement, ce lundi matin, une commission spéciale du parlement luxembourgeois démontre que le projet reçoit un agrément de principe de l'ensemble de la classe politique. Le ministre a expliqué l'état de l'avancée des négociations avec le géant américain, selon Etienne Schneider, la principale difficulté et donc bien ce défi du moment qui peut paraître bien désuet pour bon nombre d'entre-vous, convaincre encore quelques propriétaires terriens, dont certains qui seraient à l'étranger ! Toutefois, la task force du gouvernement exploite tous les bons filons des solutions alternatives sur cet aspect, Google exigeant un maximum de sécurité juridique (on ne le dira jamais assez...) et donc réactivité des autorités compétentes, tout à fait compréhensible si on s'intéresse à l'ampleur de l'investissement et donc pour le Luxembourg, la formidable opportunité. Au final, un véritable test grandeur nature sur les capacités opérationnelles du pays qui se doit agir en véritable Task force, rassurons-nous, les récents éléments des négociations seraient tout à fait -encourageants-, « Bien sûr, rien de facile, de bonne guerre, mais tout ce que le pays compte d'intelligence fait corps pour finaliser ce qui sera à considérer comme l'investissement du siècle! » insiste notre éminente source à Luxembourg. 25 à 30 Hectares pour environ 1 million de mètres carrés utiles sur plusieurs étages, avec le souci d'une intégration environnementale des plus respectueuses... Peut-être qu'une famille de cerfs s'installera près du Mega Data Center du Luxembourg à l'image (ci-dessus) du site Google de Council Bluffs dans l'Iowa aux Etats-Unis... En résumé, un Luxembourg logiquement en ébullition avec ce projet, pays qui redouble d'efforts et met un point d'honneur pour déployer si bonne volonté, à suivre...


Comprendre la logique des Centres de Données de Google:













Finance Offshore © Copyright 2017 Tous droits réservés pour tous pays - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international






Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.