jeudi 26 novembre 2015

Edito: Luxembourg, nouveau paradis du terrorisme?

Luxembourg, reconnue pour sa quiétude, une capitale européenne qui mise surtout sur le vivre ensemble.

Didier REMER

Luxembourg, le 25/11/2015.

Cette semaine, un titre volontairement en forme de contre-pied à la supposée hystérie collective, bien sûr, mon propos se veut plus modéré, néanmoins le débat sécuritaire est largement ouvert. Depuis les récents attentats parisiens du 13 novembre, pointent de vives inquiétudes sur le modèle luxembourgeois de la sécurité publique. Ce mardi, se tenait une réunion d'importance nationale pour les procédures d'alerte en cas d'urgence, le premier ministre Xavier Bettel nous a démontré sa capacité à joindre les actes à la parole ! Je ne vous cache pas que mes premières pensés iront vers mes nombreux amis de la capitale française, nous vivons des instants d'une gravité exceptionnelle, à ceux qui en douteraient encore, je tiens à dire que depuis quelques jours, il y a des signes qui ne trompent pas, ou plus. Si ces événements se sont invités dans notre quotidien, il nous faudra aussi leur trouver des réponses adaptées et suffisamment proportionnées pour s'éviter les situations d'amalgame, peut-être se construire davantage de passerelles là ou certains préfèrent dynamiter des ponts. Le terrorisme mise sur une seule chose, nos futures divisions ! La terreur du chaos est leur stratégie. Au Luxembourg, nous avons encore cette chance d'une communauté de vies qui, bien que parfois dans la plus grande contradiction, s'évite l'écueil d'un débat identitaire contre-productif, le vivre ensemble est une réalité qui fait notre quotidien. Même si les frustrations y sont peut-être moins marquées qu'ailleurs, il ne faut pas s'y tromper, elles sont aussi présentes ! Le débat sur la nationalité ou le référendum sur le vote des résidents étrangers peuvent encore nous le rappeler. Le vivre ensemble est aussi une notion politique, finalement précaire, notre nation se cherche un juste point d'équilibre, davantage salutaire. Le fait religieux et son organisation exemplaire vont rapidement s'avérer comme la nécessité, un Etat laïc se doit construire, pour toujours mieux agir ! La démission de l'état sur cette question serait une grave erreur d'appréciation, le vivre ensemble ne se décrète pas, il se construit autour de la rencontre de nos valeurs, finalement nos meilleures passerelles dont nos religions sont souvent l'essence. Cette semaine, notre pays s'est donc positionné, s'évitant au passage cette formidable hystérie collective qui gagnerait beaucoup d'entre-nous, mais nous avons tous un devoir, l'union qui fera notre véritable force ! Au Luxembourg, j'ai la chance de compter des amitiés d'une rare qualité, elles instiguent un sérieux espoir, celui d'une saine volonté, ce pays est aussi confronté à ce formidable défi de la question sécuritaire, pour de nombreux compatriotes ou résidents étrangers, les inquiétudes sont bien réelles. Comme pour toutes les démocraties, le débat est une arme, celui de la confrontation des idées, nous avons encore tous les ressorts utiles pour si belle vérité. Nos politiciens, responsables de la vie civile ou acteurs de l'économie font montre d'une égale détermination pour ne pas céder à la peur ! Notre gouvernement est aux avants-postes, les bonnes questions se doivent être posées, le temps n'est pas d'éluder tout bilan critique, il faut agir.


Premier et vice premier sont aux avants postes de la question sécuritaire.
Etienne Schneider, Vice-premier Ministre, Xavier Bettel, premier ministre.


Conseil de gouvernement...

Cette semaine, le premier ministre Xavier Bettel a rencontré les chefs des quatre fractions parlementaires, trois parlementaires représentants de la majorité, Eugène Berger du DP (centre droit), Alex Bodry du LSAP (socialistes) et Viviane Loschetter pour les Gréng (Verts), Claude Wiseler du CSV (chrétiens sociaux) représentait l'opposition. Cette réunion intervient après un premier opus préparatoire avec les responsables de tutelle du Parquet, de la Police, de la Défense et forces intégrées de la sécurité intérieure. Au cours de ces différentes rencontres, Xavier Bettel s'est attelé à la définition d'une stratégie globale que son gouvernement a souhaité défendre dès ce mercredi en conseil de gouvernement extraordinaire et jeudi en commission parlementaire. Un premier débat sensible semble déjà tranché au sein du gouvernement, celui du port du voile intégral, dossier pour lequel le gouvernement ne semble pas vouloir légiférer davantage, s'en remettant au cadre actuel, c'est à dire laissant le dossier aux exécutifs communaux qui disposeraient d'une appréciation vers des aménagements purement locaux, le gouvernement s'assurant au passage d'un meilleur cadre légal pour les agents référents communaux.




La Police fait force de démonstration.




Relative quiétude...

Pour notre pays, à l'image de l'ensemble des pays de l'Union européenne, le climat est propice pour accentuer des interrogations que soulignent certains experts étrangers du renseignement ou de l'anti-terrorisme, « Ils pointent régulièrement la situation géographique d'un Luxembourg situé au cœur de l'Europe, pays dont la relative quiétude peut servir de base idéale de repli ou simple zone de transit pour de nombreux criminels, les terroristes peuvent aussi y trouver abri et soutiens complaisants dans certains groupuscules largement identifiés, (...) La présence d'institutions européennes de haut rang peut faire de la capitale une cible de choix pour la planification d'un attentat, c'est un risque que partagent de nombreuses autres capitales européennes. » croit savoir notre source. Plus pragmatiquement, pour de nombreux observateurs de la place financière, la capitale luxembourgeoise ne serait plus aussi sûre qu'on tente nous le faire croire au plus haut niveau de l'état. De l'avis général, serait largement perçue une augmentation des délits sur la voie publique, une augmentation de la criminalité ordinaire et bien sûr, le sentiment de différentes zones de non droit persistantes pour en être, là aussi clairement identifiées dans l'ensemble du pays, « Il y avait d'abord l'épisode secondaire mais précurseur de la mendicité, ou comment se sont organisés des réseaux mafieux avec une facilité déconcertante en plein coeur de la capitale, la multiplication et banalisation d'autres agressions comme celles récurrentes liées au trafic de la drogue, toujours très présent dans certains quartiers! Pensez-donc, ils commercent dans certaines rues à la vue de tous, ou plus grave, devant ou à l'intérieur de certains lycées! Aujourd'hui, ce trafic n'est plus le seul pré-carré de certains quartiers ou lieux de réjouissances comme les discothèques de renom de notre capitale! » peste ma source, un brin remontée en soulignant ce décalage permanent entre ce discours des autorités et les évidences d'un certain quotidien. Pour être juste sur le sujet de la criminalité liée au trafic de la drogue, il faut souligner les initiatives musclées de la Police, il y quelques semaines encore, un réseau international a été démantelé à Wasserbillig (Nord du pays), une opération d'envergure avec le concours du réseau opérationnel d'Europol, point pouvant accréditer le virage sécuritaire des autorités, d'autres initiatives du genre seraient en cours. « En plus de ces quartiers ou les trafiquants sont toujours les véritables maîtres, on ne viendra pas s'étendre davantage sur les cambriolages, le vice premier (ministre) lui même s'étant fait cambrioler, c'est dire! Vous avez là un résumé de la criminalité ordinaire au Luxembourg. » croit savoir notre éminente source. (Ambiance) Mais aujourd'hui « Il est bien question du risque terroriste dont les autorités n'ont eu de cesse à nous inviter relativiser l'importance, risque qui serait finalement moins élevé ici! » Dans ce contexte, après l'opus parisien des odieux attentats du 13 novembre et celui toujours en cours d'alerte maximale à Bruxelles, le vice-premier ministre se doit mesuré et rassurant. Etienne Schneider est d'ailleurs monté au créneau dans les médias pour nous inviter « A ne pas tomber dans le piège de l'hystérie! » Une logique vue d'esprit pour rassurer l'opinion publique, mais pointent toujours des réactions qui démontrent aussi certaines réelles faiblesses. « Il serait bien irresponsable et assez prétentieux de penser ou laisser faire croire que le Luxembourg est meilleur que ces grands voisins, d'autant plus irresponsable que sur la question du terrorisme, il ne dispose pas des moyens des grands pays amis comme la France ou la Belgique si durement éprouvés! Dans le cadre de la présidence tournante de l'Union, le vice premier ministre se fait fort de défendre le PNR (Système généralisé d'échange de fichier européen pour le contrôle aux frontières comme dans les aéroports.), or tous les principaux membres des équipées terroristes étaient en partie déjà fichés dans les pays, en France ou en Belgique! On pensera aux fiches S comme en France ou cette liste communiquée aux autorités communales de la ville Belge de Molenbeek ! » instigue ce proche du dossier qui précisera toutefois « L'indéniable progrès d'une qualité renforcée des liens entre services étrangers et ceux du pays, c'est au moins un bon point... » Depuis deux semaines, le climat particulier de la menace terroriste met donc en évidence certaines problématiques locales, inquiétudes sérieuses prises en compte par de nombreux parlementaires ici à Luxembourg, pas moins rejoints par de nombreux acteurs de la place financière ou du monde des affaires économiques, il est vrai, toujours plus inquiets.



''Ils se fondent dans la société...''

On peut analyser la question sécuritaire du pays en s'attaquant au détail des forces en présence, « On pensera à ces nombreux terroristes qui pour la plupart vivent aussi dans nos pays, nombreux sont allés effectivement combattre en Syrie, puis pour certains, revenus dans leur pays d'origine, d'ailleurs pourquoi Luxembourg ferait-il exception à la règle? » Au niveau local, certains responsables politiques utilisent la thématique sensible des migrants ou réfugiés de guerre pour mieux tenter réorienter la politique aux frontières de l'espace Schengen. La présence de jihadistes dans les rangs des migrants ne fait plus l'ombre d'un doute, deux passeports de terroristes du 13 Novembre démontrent ce risque, mais il y aurait un risque bien plus local ... « D'abord s'interroger sur la présence effective de foyers de radicalisation de la mouvance salafiste luxembourgeoise, des associations qui jouent le chaud et le froid avec les autorités depuis de trop nombreux mois! (...) Si certaines associations s'avèrent exemplaires pour le respect du vivre ensemble et la pratique respectable du culte musulman, d'autres usent de provocations toujours plus fortes! Allant jusqu'à tracter une propagande plutôt orientée comme voici quelques mois en plein centre de la capitale et ce, sous les yeux de nos forces de l'ordre finalement complaisantes! » instigue ma source qui s'inquiète aussi de la légèreté de ces mêmes autorités face au discours toujours plus radical identifié dans certains lieux de cultes présents au pays. Au Luxembourg, une association semble incarner cette problématique, après les médias locaux, des questions se poseraient au plus haut niveau de l'état sur le prosélytisme de cette dernière,  « Dawah Lux » (ce qui veut dire « Invitation »), un groupuscule qui depuis quelques mois, fait force d'une présence très remarquée dans le pays, d'abord sur les réseaux sociaux, et donc à présent, clairement visible sur le terrain. L'association prétend un certain pacifisme, prônant les valeurs du vivre ensemble et une pratique exemplaire de l'Islam.




Fédérer au maximum...

Particulièrement surveillées, ce genre d'associations serait considéré comme des plus problématiques, « En organisant des séminaires au niveau local, dont certains déplacements à l'étranger, on peut comprendre tout ce qui se trame à l'intérieur de certaines de ces officines! Depuis les attentats du 11 septembre, c'est une stratégie clairement identifiée par les services du renseignement américain et ceux de nos grands états européens, (...) l'ensemble de la communauté internationale du renseignement a déjà démontré avec précision la stratégie d'implémentation des réseaux connexes au terrorisme sur un territoire, (…) D'abord sous couvert de prosélytisme tout en jouant d'aspects sensibles comme l'utilisation de multiples causes prétendues à des fins humanitaires, l'objectif étant toujours le même, fédérer au maximum!» croit savoir notre source, rapidement, certains éléments seraient conduits vers des pratiques plus radicales, d'une certaine façon en mode progressif, du ''step by step.'' « La surveillance de ces membres est d'un enseignement des plus intéressants, inscrits dans la vie civile, ils travaillent et se fondent dans la société pour noyauter les rouages de nos démocraties. Il ne faut pas s'y tromper, pour certaines associations, l'objectif annoncé est souvent bien différent de celui véritablement recherché, plusieurs catégories se retrouvent ainsi cernées dans ces officines, il y a ceux qui par obédience souhaitent faire sens à leur religion et donc marquent ainsi un soutien à leurs compatriotes victimes dans certains conflits comme ceux actuels du Moyen-Orient, (...) puis tout un pan de jeunes gens en quête d'idéal qui se retrouvent cooptés avec des thématiques fédératrices qui prennent appui sur les textes religieux pour leur donner une apparente légitimité et donc crédibilité. » croit savoir mon éminente source. Toujours est-il, dans le cas précis d'un risque tangible, les personnes visées par ce risque feraient l'objet d'un contrôle de haut niveau respectueux de la loi, serait soigneusement consigné l'ensemble de leurs relations, déplacements, communications et initiatives dans le pays ou à l'extérieur... Le principal problème est de bien dissocier les associations qui s'éloignent des valeurs du vivre ensemble de celles qui pour en être honnêtes, feront force de logique sincérité.


"Dawah", le séminaire de trop?

Dernièrement, une polémique concerne encore une association qui intéresse tant les médias du pays, « Dawah Luxembourg ». Une opération de tractage dans les boîtes aux lettres du pays pour inviter à participer à un séminaire semble défrayer la chronique. RTL Luxembourg s'est intéressé à cette association depuis ses premiers jours, cette semaine on s'inquiétait encore, « Sur leur site sur Facebook, qui a recueilli 1.000 "j'aime", on tombe sur un détail intéressant: l'organisation invite à participer à un séminaire avec notamment Sven Lau, un Allemand converti à l'islam en 1998 qui s'appelle aujourd'hui Abu Adam et qui a fait des études à des facultés islamiques en Belgique et en Egypte. dans la presse allemande, il est vu comme un salafiste et islamiste pur et dur. » et de préciser que « Sur son propre site web, il se présente ensemble avec le prêtre salafiste allemand Pierre Vogel. Sven Lau était dans le collimateur de la police, de la Justice et de l'Office fédéral de protection de la constitution en Allemagne. Il a passé -trois mois en détention provisoire l'année dernière.- On le soupçonnait de soutenir des terroristes de Daesh en Syrie. ». souligne le journaliste de RTL. Un homme qui serait ainsi fièrement invité par l'association luxembourgeoise « Dawah » et ce en pleine actualité des attentats? De quoi faire de sérieuses vagues dans les médias et la classe politique ! Une association qui n'a d'ailleurs pas souhaitée communiquer sur la date précise et le lieu de l'événement... « De toutes façons, si besoin est, nous avons un œil sur les quidams de toutes ces associations, qu'ils ne s'y trompent pas, les services du renseignement pourraient leur en apprendre jusqu'à certains de leurs membres ! L'objectif est de bien mesurer le degrés des initiatives entreprises, ceux qui se croient au dessus des lois et donc de la logique vigilance qui prévaut sont dans l'illusion la plus totale. Il nous faut dissocier les personnes qui agissent avec de bonnes intentions de celles qui les en écarteraient en bourrant les crânes! » croit savoir ma source. Souhaitons-nous que nos autorités disposent d'une sérieuse longueur d'avance sur cette problématique afin de nous éclairer. Mon propos n'étant pas de viser spécifiquement une association plus qu'une autre, mais bien de placer le curseur à bonne hauteur, depuis ces informations, beaucoup trop de réponses restent sans réponses.




De nombreux combattants de Daesh sont originaires de l'Europe.


Luxembourg et jihadisme...


S'il est vrai qu'effectivement de rares jihadistes résidents luxembourgeois sont répertoriés officiellement dans les rangs de Daesh, notamment par le renseignement américain, au moins l'un des 7 d'entre-eux serait connu au delà des frontières de notre pays, « Un résident luxembourgeois d'origine portugaise, né à Figueira Da Foz (Portugal) ayant étudié à l'école secondaire d'Arlon (ville à la frontière sud Belge), ancien rappeur au nom de scène Pollo, né catholique et convertit à l'Islam en Algérie dès fin 2009, devenu Abdoul Halimqui. Le cas de ce jeune homme démontre que des personnes résidentes au Luxembourg sont allées effectivement rejoindre les rangs de Daesh! Certaines d'entre-elles seraient encore au sein de l'ISIl (Islamic State of Iraq and the Levant), d'autres pourraient être mortes sur le terrain des opérations, notamment lors de conflits avec des combattants au sol ou lors des récents bombardements de la force coalisée .» croit savoir notre source. Il est acquis que si le groupe terroriste Daesh fait parler de lui dans le monde occidental du fait des graves attentats, il subit depuis 7 mois ses plus grosses pertes, jusqu'à 6000 morts dans les rangs de Daesh, essentiellement en Syrie et Nord de l'Irak, pays ou se trouve l'essentiel du contingent des jihadistes venus d'Europe. « Ce luxembourgeois fût rapidement rebaptisé Abu Muhadjir Al Purtughali une fois rendu en Syrie. Ce présumé jihadiste serait à l'origine de nombreuses vidéos qui inondent la toile, en charge de la réalisation d'outils de propagande au sein d'une unité spéciale de l'Etat Islamique, des services du renseignement lui prêtent des possibles réalisations comme relatives à certaines mises en scène lors d'exécutions au couteau! » Même si ce point est loin d'être vérifié, on remarque aussi qu'une surenchère est souvent acquise de la part même de certains jeunes qui aiment à se mettre en avant sur les réseaux sociaux. « Chacun peut comprendre que cette référence locale, conforte le besoin d'une continuité des efforts des autorités pour ce qui est d'une évaluation de la situation, un besoin constant pour notre pays afin d'adapter sa politique en matière de sécurité publique par rapport aux risques liés au terrorisme. » croit-on savoir. Pour l'heure, au Luxembourg, le HCPN, haut commissariat à la protection nationale veille aux dérives identifiées sur tout le territoire, le Groupe de coordination en matière de lutte contre le terrorisme (GCT) est pour sa part, en charge d'évaluer la menace spécifique terroriste de manière permanente, il s'agit d'une coordination efficiente des différents acteurs de la lutte anti-terroriste au Luxembourg dont l'apport des services connexes étrangers. Sur le jihadisme et son possible recrutement au Luxembourg, le pays n'est toujours pas considéré comme une plaque tournante du recrutement, « D'une forte tradition catholique, sa jeunesse semble s'épargner telles dérives, quelques rares démonstrations peuvent contredire cet aspect, elles restent cependant très marginales. » croit savoir ma source.  L'essentiel des pratiquants musulmans au Luxembourg est considéré comme modéré, les pratiquants sont respectueux voir même très nettement promoteurs du vivre ensemble, les relations entre les différents cultes ou communautés y seraient préservées. Les experts considèrent que les populations intéressées par les thèses extrémistes et radicales de Daesh, voir susceptibles de passer dans les rangs jihadistes, seraient finalement « Comme pour d'autres pays européens, des convertis qui représentent le plus gros du contingent, des jeunes peu qualifiés, (...) dont certains avec un passé de primo-délinquants, délinquants récidivistes, en rupture sociale ou familiale. » Les connaissances ou acquis fondamentaux de la religion sont en général primaires, assez incomplets ou très éloignés des écritures du Saint Coran pour en être parfois caricaturaux. « Un musulman pratiquant ne passe pas son temps à découvrir en boucle le Coran sur Youtube ou Facebook, cette vision est une altération même du respect de la bonne pratique de cette religion, des raccourcis dont les recruteurs de Daesh savent tirer profit en créant beaucoup de confusion en profitant des errances de la diplomatie internationale, les conflits ouverts du Levant, Irak, Syrie, Nord-africains... » croit savoir cette autre source inquiète de la dérive qui touche sa religion.


Au Luxembourg, la question du port du voile intégral dans l'espace public fait aussi débat.


Quand la Burqa (re)fait débat!


Dans un tout autre registre, celui qui a trait au fait religieux dans un état laïc, il y a aussi l'instrumentalisation du débat toujours plus stigmatisant sur le port du voile intégral qui relance les questions identitaires et communautaires. À l'occasion de l'échange avec les responsables des fractions parlementaires, le Premier ministre avait déjà prévenu et martelé que ce gouvernement ne juge pas utile une loi sur le port du voile intégral dans l'espace public. Une problématique maintes fois déjà repoussée ici au Luxembourg. « Aujourd'hui, avec les événements liés aux attentats, ce dossier s'invite à nouveau au parlement et donc au plus haut niveau de l'état. A présent, de nombreux députés considèrent la position attentiste du Luxembourg comme trop... frileuse. »  Le pays considère depuis de nombreuses années le phénomène trop marginal pour estimer celui-ci officiellement comme une priorité, « Limité qu'à une petite quinzaine de femmes véritablement concernées par le port du voile intégral dans l'espace public, c'est à dire si peu pour ne pas devoir croire utile et juste de légiférer sur la question, le parlement doit reprendre l'initiative sur les questions sécuritaires! Il y a des situations de laisser-aller inacceptables. Le vivre ensemble est un ensemble de règles, chacun doit s'y conformer pour y faire sens, prendre sa bonne part de l'effort collectif. Le pays doit pouvoir aussi donner des signaux forts sur l'aspect des limites, le message doit être clair. » croit-on savoir. Dans un communiqué, le syndicat des villes et des communes luxembourgeoises (Syvicol) regrette l'annonce faite mardi soir par le Premier ministre de -laisser aux communes le choix d'interdire ou non sur leur territoire le port du voile intégral- et réclament une décision claire. Dans le contexte particulier lié au terrorisme, le parti du CSV (chrétiens sociaux) avait déposé jeudi dernier à la Chambre sa proposition de loi sur l'interdiction du voile intégral dans l'espace public. Le député Gilles Roth avait justifié et clarifié cette interdiction que souhaite son groupe: « Pour le CSV, la dissimulation du visage va évidemment à l'encontre des valeurs qui fondent notre société. Les valeurs d'ouverture et de transparence. Sous nos latitudes, les gens se regardent dans les yeux et se regardent le visage quand ils parlent ensemble et communiquent. Une dissimulation totale du visage ne correspond pas aux valeurs, aux habitudes, aux traditions qui règlent notre vivre ensemble. Ces valeurs de sociabilité et de convivialité sont profondément enracinées dans notre société. Ce que montrent les nombreux règlements communaux qui interdisent la dissimulation du visage depuis des années. Des questions fondamentales sur la vie ensemble doivent être réglées au plan national. On ne peut pas se dissimuler derrière les communes. Nous, la Chambre, devons prendre nos responsabilités. » devait préciser les chrétiens sociaux, le principal parti du pays et de l'opposition, par ailleurs rejoint par de nombreux parlementaires de la coalition gouvernementale qui se défendent de faire de la retape sur les plates bandes de l'ADR... « ADR, ce parti populiste conservateur équivalent de l'extrême droite en France ou Belgique, il se fait fort d'instrumentaliser la question identitaire avec celle pas moins sécuritaire de l'accueil des réfugiés de guerre. Depuis l'annonce de ces deux terroristes avec passeports Syrien et Egyptien lors des attentats de Paris, le parti ADR récupère la thématique du contrôle du flux migratoire des réfugiés. » (...) « Dès lors qu'on s'évite un débat fait d'amalgames, il nous faut travailler dans un esprit de concorde, les événements sont assez graves, la représentation se doit exemplaire sur tous ses bancs. » me précisera ma source qui considère comme irresponsables les appels à la haine déversés par certains partis qui surfent sur le populisme. Sur la burqa, il est à noter qu'actuellement, seuls des règlements municipaux encadrent le port du voile intégral au Luxembourg.  


Secret de polichinelle...

Pour les services étrangers du renseignement, Luxembourg situé au cœur de l'Europe serait donc toujours à considérer, « Comme une base de possibles recrutements pour des membres de la mouvance salafiste toujours plus présente au Luxembourg. » c'est à dire clairement pro-jihadiste. Comme déjà évoqué, cet aspect est partagé par de nombreux acteurs du monde des affaires qui ne perçoivent pas un pays qui bien qu'assez vertueux sur la question sécuritaire, serait meilleur ou plus épargné que les autres. Des pays qui financent le terrorisme ont pignon sur rue ici, mais il y aurait aussi ceux qui profitent des nombreux rouages de la finance offshore très présente ici. La constellation de Daesh fait montre de nombreuses filiales transversales pour l'aspect finances du groupe terroriste international, les entités suspectes font l'objet d'un suivi particulier des services  étrangers du renseignement, bien souvent ce contrôle part directement des pays présumés complices de l'organisation terroriste. Mais alors, quid du risque terroriste au pays? Faut-il vraiment s'en inquiéter? La menace terroriste est-elle justifiée?  « Il ne faut pas se leurrer, il y a des quidams qui profitent de la relative quiétude apparente de notre pays d'accueil, pointent aussi au Luxembourg depuis quelques années des initiatives précises qui peuvent contribuer à recruter, former idéologiquement des gens pour Daesh. Il est bien question d'associations qui sous couvert de servir l'entente entre les peuples, le dessein humanitaire ou la promotion de certaines cultures et savoirs, dispensent des thématiques haineuses raccrochées à l'interprétation hasardeuse du fait religieux! L'islamisme radical est bien présent au Luxembourg et ne manque pas de jouer de multiples provocations! C'est un secret de polichinelle pour l'ensemble du corps diplomatique qui dispose d'informations précises, (…) Notre sécurité est prise très au sérieux par nos propres services du renseignement! C'est à la sécurité publique de ce pays de faire son travail, c'est à leurs élus du parlement d'exiger une réponse adaptée à la menace! Même si ma confiance leur est acquise, ceux qui montent au créneau sur certaines questions précises sont peut-être aussi déjà dans le vrai! » me précisera ce haut diplomate sous couvert de l'anonymat. Pour l'heure, les autorités sont en alerte, au plus haut niveau de l'état, on milite fort pour apporter des réponses adaptées. Pointe peut être encore un problème de communication vers le grand public, lui qui subit ce climat particulier. Le dossier est délicat, mais gardons pour acquis que le pays est en pleine refonte de son service de renseignement, un ancien magistrat prendra d'ailleurs très prochainement la direction du Srel (service de renseignement de l'état luxembourgeois), après une refonte des services de Police, Etienne Schneider, vice-premier a déjà démontré une exemplaire implication sur ces questions dans le cadre de la présidence tournante de l'Union européenne. Dernièrement il a défendu l'application du PNR, contrôles aux frontières de l'espace Schengen, la coordination renforcée des forces de sécurité. Enfin le premier ministre, un Xavier Bettel qui semble faire montre d'une égale considération sur la question sensible du terrorisme, refusant tous les amalgames et autres surenchères qui nous éloignent du vivre ensemble. Du côté du gouvernement, on se veut bien sûr rassurant, on préfère faire force d'un optimisme mesuré, le niveau de sécurité est volontairement placé au niveau haut médian, il ne faut pas inquiéter inutilement ! Dans les jours à venir, les forces de l'ordre seront plus présentes dans la capitale, « ...plus visibles et placées aux endroits les plus stratégiques et névralgiques du pays tout entier, gares, rues piétonnes, centre commerciaux et bâtiments administratifs, abords des lieux de culte, ambassades, les écoles, collèges et lycées français disposeront quant à eux d'une présence spécifique renforcée. » Face à la situation critique, les autorités démontrent une prise en considération totale des nombreuses inquiétudes systémiques ou des potentiels risques, le pays mesure la gravité du risque terroriste, chacun d'entre nous se doit pas moins vigilant. A suivre...



Le Saint Coran est précis: Tu ne tueras point!


Tu ne tueras point...

Faire un édito sur la question sensible du terrorisme est un exercice qui suppose le discernement entre fait religieux et cette récupération de l'exercice respectable du culte par des personnes qui instrumentalisent une religion faite d'amour et paix. Je tiens à remercier mon ami Ezzeddine à qui je dois cette image relative au Saint Coran.










*Communiqué du gouvernement:


La réponse du gouvernement...

De son côté, le premier ministre Xavier Bettel s'est démontré récemment pro-actif sur la question, après les attentats de Paris ldu vendredi 13 novembre, un communiqué devait préciser:

 "Suite aux attentats à Paris le 13 novembre 2015, le Gouvernement s’est réuni le 14 novembre 2015 en Conseil extraordinaire. Le Premier ministre a insisté, qu’au vu des éléments actuels disponibles, il n’existe aucune indication sur des liens éventuels entre les attentats de Paris et le Grand-Duché de Luxembourg. Le Premier ministre a aussi insisté que le niveau de risque d’une attaque terroriste au territoire national n’a pas évolué depuis les attentats de Paris. Nonobstant le niveau de menace et vu le caractère grave des attentats de Paris, le gouvernement a dans sa réunion du 14 novembre décidé le renforcement des mesures de sécurités aux frontières, dans les gares et à l’aéroport. En outre, le Gouvernement a décidé la mobilisation de tous les acteurs concernés par le niveau d’alerte « 3 » afin qu’ils puissent se préparer à un éventuel passage au niveau d’alerte « 3 » en fonction de l’évolution de la menace terroriste dans les jours et semaines à venir. Le Groupe de coordination en matière de lutte contre le terrorisme (GCT) évaluera la menace terroriste de manière permanente." devait préciser le communiqué du Haut Commissariat à la protection nationale. (HCPN) Le premier ministre a par ailleurs annoncé la fin des cartes prépayées pour téléphones portables: « C'est certes un premier symbole, mais faire retirer de la vente libre les cartes pré-payées pour mobiles, les fameuses SIM à bon marché, est un premier signal clair.(...) Pensez-donc, alors que tous les principaux pays de l'Union exigent l'identification des acquéreurs depuis des années, ici, ce ne fût jamais le cas! Mais c'est un peu léger par rapport à tout ce qui se passe en Europe, comme à nos frontières, France et bien sûr Belgique...» précise le communiqué.


Source: Gouvernement.





















Finance Offshore © Copyright 2015 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.

Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.