mardi 29 septembre 2015

Edito: Luxembourg, Triple A, mensonge d'état et rétropédalage!

Jean-Claude Juncker confirme ses sérieux gages à la commission Taxe, le rapport Krecké sera communiqué en intégralité!


Luxembourg, le 29/09/2015
Par Didier Remer
Edito en partage avec Warren.lu  Banking Luxembourg, Investments  & Fintech.
Ces dernières semaines, satisfecit général pour le gouvernement de Xavier Bettel! Les efforts de la coalition se sont vus clairement encouragés par les agences de notation! Dans l'ensemble, les triplettes de A confirment les premiers résultats de la politique d'orientation économique. Notre pays souhaite logiquement capitaliser sur son « Zukunftspak », un paquet de réformes jugées salutaires pour lui permettre d'accompagner l'évolution de son modèle économique. Les agences notent la maîtrise des dépenses publiques tout en soulignant l'indispensable consolidation de la croissance. Sur ce dernier point, notre Luxembourg tient encore ses promesses...
Bien sûr, l'avenir d'un pays suscitera toujours un logique débat, Luxembourg ne fait pas exception à la règle. En fait ce sont bien l'UEL (Union des entreprises ) et les différents syndicats qui pointent certains premiers effets pervers d'une économie jugée dynamique, « Même si Rifkin se voit confier une mission d'évaluation afin d'établir un modèle économique pour notre futur collectif, nous n'avons pas le sentiment d'une véritable réflexion concertée dans le présent! (...) Un modèle ne s'impose pas! Il se construit de façon collective et réfléchie, il est bien question d'un travail durable qui doit s'inscrire dans le temps, c'est à dire avec tous les agents économiques du pays! » insiste mon éminente source. (Ambiance) Du côté du Boulevard Royal, si le ministre de l'économie ne dément pas le rôle de locomotive de la finance, il s'intéresse davantage aux différentes synergies à trouver, « Étienne Schneider veut unifier les centres décisionnels du pays, après la fusion avortée de la chambre de commerce et celle des métiers, il suggère que les deux agences gouvernementales de promotion du pays (Luxembourg for Business  et Lux innovation NDLR.) jouent à fond la carte de la synergie. Mais si l'idée peut facilement se défendre sur le papier, elle butte face au mur de certains égos plutôt bien trempés! Nous sommes dans un pays qui reste prisonnier de certaines élites, les pressions y sont encore particulièrement formidables, ''little place, little spirit''... » peste ce dirigeant qui suggère au passage: « Le débat, ce n'est pas négatif en soi. On le sait tous, il y a des pré-carrés qui enferment le pays dans un modèle d'un autre temps, il faut décloisonner, tout l'équipage sur le même pont pour avancer vers un même cap! » résume ce grand patron de la place qui ne manquera pas me rappeler en écrasant son cigare, « Un ministre doit imposer son autorité, il est le garant des orientations programmatiques de son gouvernement, il doit défendre et donc savoir imposer avec la même force! On ne peut diriger l'avenir d'un pays comme l'association des chasseurs d'un village, le branding nouveau est un véritable travail, un défi à poursuivre sans relâche! 

Un véritable test...
Tout n'est pas si négatif, pour s'en convaincre, le satisfecit que suggère le florilège des récentes triplettes de A, bons points qui soulignent plutôt positivement cet aspect de l'orientation actuelle du gouvernement, « Xavier Bettel et Etienne Schneider se voient nettement confortés pour leurs efforts, il leur faudra donc bien transformer l'essai! » reconnaîtra toutefois mon éminente source. C'est dire le travail qui attend le tandem, mais je crois pouvoir dire que cette fois-ci, la détermination est sans faille. Sur le plan humain, d'abord avec le premier ministre ayant quitté ses fonctions de président du DP pour s'accorder un planning plus adapté aux prochains défis, de son côté,  Etienne Schneider faisant montre de pouvoirs de délégations toujours plus efficients. On pensera aussi à ce véritable satisfecit des agences de notation qui encouragent les efforts de bonne gouvernance, et pour être complet, pas moins ceux qui font sens aux nouvelles orientations entreprises par les agents économiques comme ceux de notre secteur financier. Après telle crise, il n'est pas impossible d'imaginer que notre exemple soit aussi un élément moteur ou d'inspiration pour tout le pays. Il est vrai que si les analystes des agences de notation sont assez formels, le gouvernement devra aussi veiller à bien sécuriser cet environnement. Actuellement on pensera au Luxembourg bashing et autres contentieux qui touchent à la réputation du pays, il ne faut pas en douter, ces points sont toujours sous surveillance des agences de notation, les enjeux y sont particulièrement calibrés. « Si le changement de paradigme est assumé au plus haut niveau de l'état, le pays de la présidence tournante du Conseil devra veiller à son accompagnement dans la stratégie entreprise pour se conformer aux nouvelles exigences du cadre réglementaire européen, c'est un véritable test! » Chacun comprendra que le Luxembourg doit se trouver une véritable issue dans la gestion des contentieux actuels, « Il est bien question du risque de réputation ou image, et celui juridique comme toujours possible avec les relations actuelles avec les autorités supranationales comme celles si prégnantes du Parlement européen et sa fameuse commission Taxe ou celle pas moins importante sur les bonnes pratiques de la concurrence de la Commission européenne. » 
Mensonge d'Etat et rétropédalage?
Il est vrai que semble pointer un risque grandissant avec l'affaire d'une base documentaire épurée, « Ce fameux devenu trop fumeux rapport Krecké commence à faire clairement désordre, la promesse de sérieuses vagues semble se confirmer! » Sous cap, certains analystes s'inquiètent de l'évolution de '' l'affaire dans l'affaire'', évoquant pour certains, jusqu'à ce toujours possible « Mensonge d'Etat! ». « Renvoyant au dossier du poseur de bombe! Il y a un précèdent de taille dans ce pays, monsieur Juncker prétendait haut et fort en pleine Commission Taxe que son pays est un Etat de Droit, mais lors de cette même audition, aurait clairement menti à son auditoire... » insiste ma source. (Dans une réponse lors de son audition par la commission Taxe du Parlement européen, le président Juncker aurait omis dire toute la vérité sur le rapport Krecké...) « Que restera-t-il des efforts actuels du gouvernement luxembourgeois si venait à être démontrée toute la vérité sur ce dossier? » s'interroge ma source. Il est vrai que penser ou laisser faire croire que le document incriminant ne puisse jamais paraître dans sa version intégrale démontrait une forme de naïveté de la part de nos responsables politiques. Pour ma part, il était bien acquis que les bonnes feuilles du rapport rédigé par l'ancien ministre de l'économie alors député socialiste en 1997, pointeraient avec... opportunisme! Aujourd'hui, dans un exercice en forme de rétropédalage, le président Juncker a bien promis transmettre la totalité du document! D'ailleurs je n'étais pas seul à le croire, nombreux sont ceux qui commençaient à s' inquiéter de la possible évolution de l'affaire, parfois assez ouvertement:  « Les services du renseignement de certains états pourront toujours confirmer nos inquiétudes, il est encore temps et urgent pour que ce pays joue pleinement carte sur table! » (…) «  Bien sûr, il est bien question d'un exercice délicat pour ne pas dire clairement casse-gueule avec un premier risque identifié, celui-ci d'autant plus important pour l'actuel président de la commission européenne ! » me soufflait encore lundi une source à Bruxelles. En fait si tout semble être organisé pour ne pas fragiliser la délicate mission de notre Jean-Claude Juncker national à Bruxelles, on devait reconnaître aussi dans certains étages du Berlaymont« Visiblement un ancien premier ministre luxembourgeois dont les explications peinent toujours à convaincre! » Toujours selon ma source, au delà du cas emblématique de l'ex-premier, ministre des finances du Luxembourg, il faudrait à présent rapidement s'intéresser aux autres premiers cercles de l'époque des faits, les fameux présumés conseils ''de l'ombre'', « Peut-être comme ceux qui seraient venus un jour vendre, argumenter puis co-organiser l'édification de telles pratiques à l'échelle de tout un pays! Peut-être devoir s'intéresser davantage à l'entremise possible de certains quidams des premiers cercles gouvernementaux, visiblement très appliqués à la tâche... » (...) « Il n'est pas impossible de rencontrer des intervenants de cabinets internationaux présents à Luxembourg, ceux mêmes qui préparaient les montages pour les multinationales, ceux qui se sont intéressés à des pratiques légales mais sans faire cas des bonnes pratiques de la concurrence en Europe! » croit savoir ma source et de conclure « Il sera bien facile de protéger le président Juncker. Lui même nous a rappelé qu'il ne fallait pas lui prêter si grande ambition, s'expliquant sur le fait établi qu'il n'a jamais été le véritable favori du secteur financier luxembourgeois. (…) Mais il est vrai, si et seulement l'intéressé accrédite cette hypothèse démontrant que ses responsabilités seraient effectivement largement limitées car si partagées et donc diluées. » Visiblement, la stratégie défensive prévoit déjà un second round, lui permettant déplacer la cible, protéger toujours et encore l'actuel président de la commission, « Et finalement, vous le savez tous, ne resteront que de simples conseils pour des pratiques de rescrits fiscaux en tous points... légales! » se rassure ma source à Bruxelles.
Service du renseignement allemand...
Alors nous faudra-t-il pour autant aussi en déduire comme certains au Luxembourg,  que le magazine ''Der Spiegel'' fait peut-être le jeu d'un travail de sous-marin pour le compte du sérieux BND (Service du renseignement allemand) ? Certains conciliabules au Luxembourg semblent vraiment vouloir s'en convaincre! Il serait bien question de ''bonne pression.'' Comme quoi, avec si bouillonnantes allégations en privé, le pays traumatisé de l'affaire du ''Bommeleeer'' (Affaire du Poseur de bombe) s'est bien familiarisé avec certaines pratiques ou errances de la guerre froide! Plus sérieusement, il sera tout aussi pertinent et plus intéressant de pouvoir conclure à l'invitation d'un rebranding de l'affaire, « EU-Leaks, nous clame-t-on haut et fort! », ce qu'effectivement proposait Jean-Claude juncker en conclusion de son audition de la commission Taxe, président qui bien fondé à se défendre, devait souligner si bonne vérité, « 22 des 28 états de l'Union usent « sans compter » des fameux rescrits fiscaux, bien sûr de façon plus ou moins assumée! » Pour l'heure, avec son trop petit Lux-Leaks, notre Luxembourg fait toujours figure de « tête de gondole », aujourd'hui dans l'exercice rendu complexe de la présidence tournante du conseil, le pays doit laver son linge en famille, c'est à dire toujours plus blanc que blanc! La pression grandissante de certains médias contribuant à des réponses proportionnées, toujours plus précises, « En période de Nation branding, évitons-nous inviter ou amplifier inutilement certains effets boomerang ! » aime-t-on se rassurer... On s'étonnera aussi de l'angélisme d'un Parlement luxembourgeois qui pourtant, faisait toujours front commun face à la promesse de fuites sur les fameux documents! ''Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage... ''
Pour l'heure, ici à Luxembourg, on retiendra qu'à trois semaines de la présentation du budget de l'état 2016, les orientions progammatiques de la nouvelle coalition s'avèrent plutôt payantes! « Une réduction du déficit de l'Etat avec une maîtrise des finances publiques plus tard, on peut se satisfaire de saines orientations qui devraient compléter l'offre! »  La marge indiciaire devrait se trouver une issue par le haut, les derniers indicateurs confirment la '' tendance ministérielle '', pas moins le calendrier avancé par le ministre de l'économie, comme quoi. Pour conclure, ici plus qu'ailleurs, la notation d'un état joue effectivement un rôle particulier, le confort du modèle d'un certain sommet est tout à fait relatif, l'équilibre y serait finalement davantage fragile. Il est peut être grand temps de jouer pleinement carte sur table...




 La page manquante du rapport Krecké...

Voici le document communiqué par le président de la Commission Jean-Claude Juncker.



Lettre réponse du président Juncker au Député européen Fabio De Masi...

Monsieur De Masi est parlementaire européen, (Die Linke Allemagne), membre de la Commission Taxe sur les rescrits fiscaux, Lux-leaks case), il est à l'origine de la demande formelle du dit document.Voici la réponse du président de la commission européenne...






Lettre du député européen De Masi au président Jean-Claude Juncker:








Lettre du Député européen De Masi au rapporteur Jeannot Krecké:








Réponse de Jeannot Krecké auteur du rapport et ancien ministre de l'économie du Luxembourg, au Député européen De Masi,.





















Finance Offshore © Copyright 2015 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international


Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.