dimanche 14 juin 2015

UE: Grèce, Alexis Tsipras ou l'art du compromis dans l'urgence!


Le premier ministre Alexis Tsipras se dit confiant pour un accord avec les créanciers de la Grèce.

Le 14/06/2015


Plus que jamais, cet énième opus de la crise Grecque fait l'actualité, pour faire court, il est bien question d'urgence, il est impératif que les créanciers se mettent en accord d'ici à Jeudi. Alors que nos amis grecs annoncent vouloir se trouver une issue par le haut, tous les acteurs de la partition vont devoir s'accorder. En effet, une fois n'est pas coutume, l'inquiétude gagne à présent les marchés pour se faire d'autant plus prégnante sur les solutions proposées par les différents créanciers, de l'avis général, chacun tire le drap, à ce jeux, le F.M.I revendique un calendrier serré qui souligne l'échéance du 30 Juin prochain. Ce dimanche à Bruxelles, les différents conciliabules entre le gouvernement Grec et ses créanciers semblaient particulièrement tendus, bien sûr, le défaut de paiement étant dans tous les esprits, un compte à rebours vers le fameux Jeudi et son Eurogroupe jugé comme un des plus importants depuis le début de la crise. « Manquer un tel rendez-vous serait digne d'un suicide collectif, les différentes parties sont condamnées à s'accorder, plus que jamais, le problème Grec deviendrait le problème de toute la zone euro, (...) pour ce qui est des conséquences, en l'absence de réel compromis, tout l'édifice serait torpillé. L'urgence est réelle, après les tâcles, tout ce beau monde va devoir accorder ses violons! » croit savoir une source proche du dossier. Si le rendez-vous de Luxembourg devait être un flop, une réunion de la dernière chance nous sera logiquement proposée à Bruxelles avec le conseil et donc chefs d'états comme les plus importants.

La voie d'un accord...

Une délégation grecque est présente depuis samedi à Bruxelles pour tenter rappeler les nombreux efforts acquis et encore possibles, tout ce que le pays se dit en capacité de proposer. Une problématique qui est double pour le premier ministre Alexis Tsipras, dans le pays, « On s'interroge sur la logique qui prévaut au ''club des créanciers'', sont-ils vraiment conscients des efforts demandés sur le terrain, et finalement, cette liste de compromis s'arrêtera t-elle un jour? » s'interroge un économiste Grec en poste à Bruxelles. C'est la grande difficulté politique du gouvernement Grec qui «  Elu pour sortir le pays d'une contrition à perpétuité, s'est logiquement tourné vers la promesse de jours meilleurs pour le peuple! » insiste notre source. Le gouvernement Tsipras a de nouveau proposé de nombreuses réformes « au cordeau » à ses créanciers qui mettent en avant « Un possible défaut de paiement si ses négociations n'aboutissaient pas dans les prochains jours, en effet, le 30 Juin, Athènes doit rembourser 1,6 milliard d'euros de prêts du FMI! » D'importants doutes subsistent sur la capacité réel du pays pour honorer cette dette sans le déblocage de 7,2 milliards d'euros de son plan d'aides. Un versement ''salutaire'' qui permettra le paiement des salaires et pensions à la stricte condition que le pays s'engage, les créanciers souhaitent toujours plus d'efforts et un cadre d'autant plus précis dans la mise en place de certaines réformes qui ne sont toujours pas inscrites dans les faits. « Il y a des effets de seuil ou décalages qui ne sont plus supportables, nous sommes dans la dure logique de la discipline budgétaire, le signal doit être clair, franc et sans cette forme de concession si chère aux discours diplomatiques. (…) Cette fois-ci, l'urgence est plus que jamais réelle,  il est clair que le service de la dette suppose un effort d'explication considérable pour le gouvernement Tsipras vers son peuple. » Le pays n'est plus guère en position de force sur le champ de la sémantique, on doit raisonnablement s'attendre à une logique d'autant plus constructive, il faut préserver l'équilibre des négociations, il reste logiquement complexe, mais toujours possible. Le premier ministre Grec dispose d'importants soutiens « Alexis Tsipras n'est pas en roue libre, les contacts sont permanents, différentes chancelleries oeuvrent pour apporter leur expertise sur la réflexion à suivre, il faut trouver un point d'équilibre entre les attentes des créanciers et celles du pouvoir en place, le peuple Grec s'est prononcé dans le cadre d'un processus démocratique qui se doit lui aussi respecté. » insiste une source à Bruxelles.


''18 Juin, dernier carat...''


C'est donc ce prochain jeudi 18 Juin que devra être annoncé le plan de ''réformes supplétives'' qu'exigent les créanciers, l'annonce d'un accord devant être avalisée par la réunion de l'Eurogroupe ou siègent les ministres des finances de la zone euro. Jeudi dernier, Alexis Tsipras s'était entretenu avec le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker, lui même en liaison directe avec Angela Merkel qui se doit gérer politiquement le délicat ressentiment de son peuple sur la cause grecque, également le président français François Hollande qui ne croît pas possible un défaut de paiement, ayant précisé à Bruxelles les conséquences d'un éventuel Grexit. Sur le plan technique, un premier volet de propositions est attendu ce lundi, les différents créanciers souhaitent que les autorités grecques vont prendre la mesure de la situation. Ce délicat compromis interviendra après la baisse de la note de solvabilité des principales banques grecques Alpha Bank, National Bank of Greece, Eurobank, Piraeus Bank, toujours menacées de faillite selon Standard and Poor's, les autres agences de notation préfèrent attendre l'issue des négociations en cours. Certains analystes se disent optimistes sur les travaux en cours à Bruxelles, pas moins à Francfort (BCE) ou Washington (FMI), s'appuyant sur les équipes mobilisées pour se trouver une issue qui se doit acceptable. A suivre...





















Finance Offshore © Copyright 2015 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.