jeudi 16 avril 2015

Suisse: Le président Hollande ou les bonnes clefs de la réconciliation!

Madame Simonetta Sommaruga, Présidente de la Confédération, François Hollande, Président de la République.



Le 16/04/2015

La visite du chef de l'Etat français en Suisse serait bien sous le signe de la réconciliation, certains la jugent encore fragile, pour François Hollande l'occasion de tourner la page serait acquise. Il est vrai que le dernier président français reçu en Suisse était un certain Jacques Chirac, il y a 17 ans! «Un paradoxe quand on sait que cette communauté française à l'étranger y est la plus importante, près de 200 000 Français résident en Suisse et près de 150 000 travailleurs frontaliers forment le gros du contingent, d'ailleurs 200 000 Suisses vivraient en France... » instigue notre source. L'affaire laissera un goût amère au président français, Jérôme Cahuzac, ce ministre en charge de la lutte contre l'évasion fiscale avait omis de préciser qu'il détenait un compte dans ce pays, chacun se souviendra de la suite de l'histoire. Un dossier qui devait plomber la première année de la présidence d'un François Hollande qui depuis, pourra se vanter d'avoir fait un certain ménage. Aujourd'hui, le climat est passé de l'ère glaciaire à celle d'une normalisation, il faut dire que les évadés fiscaux français font l'objet d'une traque impitoyable. Les helvètes ne sont pas en reste, après les plâtres des premières offensives américaines contre « le système local », les français devaient leur emboîter le pas. Avec la lutte contre les paradis fiscaux si chère à Nicolas Sarkozy, enfin percée, l'opacité du système bancaire suisse allait devoir signer le premier acte du fameux changement de paradigme.

La manne des évadés fiscaux...

Si pour les deux états, les conflits fiscaux sont considérés comme résolus, reste la manne des évadés fiscaux. La France s'est lancée dans une opération de récupération de ces nombreux avoirs de l'évasion fiscale, elle instigue aux contrevenants de se mettre en relation avec l'autorité de tutelle, sur ce point, les premiers résultats sont encourageants. Sur 38 000 dossiers reçus à ce jour, Bercy, le ministère français des finances n'aurait exploité que 5 % des ''inscrits volontaires.'' Autant dire que la manne des ex-exilés fiscaux français va permettre d'abonder les caisses de l'Etat français, « Un juste retour des choses, 2 milliards d'euros pour 2014, et davantage pour 2015. Ces régularisations fiscales sont un élément clef de la normalisation entre nos deux états. En acceptant l'échange automatique d'informations fiscales dès 2018, nos amis suisses peuvent compter sur l'aide de la France au Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements, le curseur du secret bancaire est un dossier comme intégralement réglé. Nos relations sont apaisées, cordiales, à présent nous parlons bien de normalisation. » croit savoir notre source proche du dossier.

Croissance verte...


Dans l'ensemble, la normalisation aura un grand mérite, les deux pays doivent pouvoir capitaliser sur des échanges bilatéraux qui portent sur des investissements croisés de 73,5 Milliards d'euros, sans compter 25 milliards d'euros pour le seul commerce. Un point que ne laissera pas indifférents les deux parties. François Hollande souhaite aussi profiter de cette visite d'Etat pour promouvoir la future conférence mondiale de Paris pour le climat et l'environnement. La Suisse, avec 3% de chômage et un salaire moyen de 4200 euros est aussi un champion de la croissance verte, l'économie d'énergie, d'ailleurs l'Ecole polytechnique de Lausanne tient bonne place dans le projet Solar Impulse, cet avion solaire qui fait actuellement le tour de la terre. L'équipe du projet devrait faire l'objet d'une visite du président français. Est programmé un échange avec son initiateur, Bertrand Piccard, le pilote de l'aéronef électrique révolutionnaire à énergie solaire. Seront évoqués les qualité de la formation professionnelle, le pays comptant un nombre restreint de jeunes avec le bac, la maturité fédérale qui représente que 35 % des effectifs d'une classe d'âge. En 2015, 1600 entreprises suisses helvétiques sont implantées en France pour 200 000 emplois.




Conférence de Presse conjointe...




Tous droits de diffusion audiovisuelle réservés pour tous pays.

Madame Simonetta SOMMARUGA, Présidente de la Confédération.
Monsieur François Hollande, Président de la République.







Le Président de la République se rend en visite d’Etat en Suisse (Berne, Zurich et Lausanne), les 15 et 16 avril 2015, à l’invitation de Mme Simonetta SOMMARUGA, Présidente de la Confédération suisse.

Programme prévisionnel

Mercredi 15 avril 2015 – BERNE
14 h 30 Cérémonie officielle d’accueil et allocution de bienvenue
15 h 40 Entretiens avec Mme Simonetta SOMMARUGA, Présidente de la Confédération suisse, suivis d’une conférence de presse conjointe
18 h 00 Réception offerte en l’honneur de la communauté française, Centre Paul Klee
20 h 30 Dîner d’Etat

Jeudi 16 avril 2015 – ZURICH et LAUSANNE
ZURICH
09 h 40 Visite de l’entreprise Ernst-Schweizer AG
Echange avec les apprentis et les salariés français frontaliers
11 h 00 Visite de la Haute école d’art de Zurich
Présentation de projets de recherche et échange avec les étudiants, puis rencontre avec le milieu économique
13 h 00 Déjeuner avec des représentants de la société civile à bord d’un train spécial Lausanne-Zurich
LAUSANNE
15 h 30 Visite de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)
Présentation de start-ups, visite du Parc de l’Innovation, suivies d’un échange avec les professeurs et les étudiants
Allocutions de Mme SOMMARUGA et de M. le Président de la République.
17 h 30 Entretien avec M. Thomas BACH, Président du Comité International Olympique (CIO), puis visite du Musée Olympique, Ouchy.



Dossier presse (Note de brief)


Le Président de la République se rendra en visite d’Etat les 15 et 16 avril en Suisse à l’invitation de la Présidente de la Confédération suisse, Mme Simonetta SOMMARUGA.
Il ne s’agit que de la troisième visite d’Etat d’un Président français en Suisse depuis celle de M. Jacques CHIRAC en 1998, après le Président François MITTERRAND en 1983. Il n’y en avait pas eu auparavant depuis 1910. La relance des relations franco-suisses s’est traduite par la venue à Paris dès 2012, puis en 2014, des Présidents du Conseil fédéral. Le 11 janvier 2015, la Présidente SOMMARUGA nouvellement élue, avait tenu à prendre part à la marche organisée à Paris en hommage aux victimes des attentats.
Cette visite s’inscrit donc dans un contexte de renforcement de nos relations politiques au niveau de celles existantes sur le plan économique, culturel et humain. Il existe déjà des coopérations très fortes dans le domaine universitaire et scientifique, à travers les partenariats avec de grands établissements ou universités suisses : à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne par exemple, ou encore la Haute école d’art de Zurich, où le Président se rendra. La relation est forte aussi des plus de 150 000 frontaliers français qui travaillent chaque jour en Suisse. Sur le plan économique, la Suisse était en 2014 le premier investisseur en termes de flux avec 3,5 milliards d’investissements suisses en France, révélateur de la très grande proximité économique entre la France et la Suisse. Fait marquant de cette visite d’Etat, la présidente suisse, Mme SOMMARUGA, sera présente aux côtés du Président pour toutes les séquences prévues dans ce cadre, à Berne, à Zurich et à Lausanne.
Le Président de la République se rendra au centre Paul Klee pour rencontrer la communauté française la plus importante hors de France (200 000 Français environ). Ce sera là l’occasion d’évoquer les questions transfrontalières, mais également la fiscalité, où la Suisse a en particulier souscrit à des engagements en faveur de l’échange automatique d’informations.
Dans ce contexte, cette visite d’Etat se déroulera principalement autour de 3 axes : le premier axe sera l’investissement. Jeudi, le Président aura l’occasion de rencontrer la communauté d’affaires franco-suisse et la communauté des investisseurs à la Haute école d’art de Zurich, symbole de la coopération culturelle, comme facteur d’attractivité des territoires.
Le deuxième axe porte sur la croissance verte. La Suisse est un modèle à cet égard, puisqu’avec l’Union européenne, elle vient de déposer sa contribution nationale en vue de la Conférence Paris Climat 2015. Il était donc important que cette visite puisse également mettre un accent sur les technologies vertes. Le Président visitera à Zurich l’entreprise Schweizer A.G, une entreprise de clean tech, qui produit des panneaux solaires, de l’isolation de bâtiment, l’exemple d’une Suisse industrielle qui tire plus du quart de ses revenus de l’industrie dans les nouvelles technologies.
Toujours sous cette thématique de croissance verte, la visite de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne sera l’occasion de montrer les nouvelles frontières qui s’offrent dans la coopération franco-suisse en matière de recherche et d’innovation (avec des start-up) autour des thématiques des énergies d’avenir (Solar Impulse par exemple), de la robotique environnementale ou du transport du futur. A l’EPFL, le Président aura aussi l’occasion de mettre l’accent sur les enjeux du numérique dans l’enseignement à distance (les MOOCs), où la coopération et le savoir-faire français est marquant (Openclassrooms).
Enfin, le troisième axe sera celui de la formation professionnelle et de l’apprentissage. C’est une politique forte en Suisse, où une proportion considérable de jeunes Suisses entre 15 et 20 ans poursuivent leur cursus en apprentissage, souvent en temps partagé entre le temps de formation et le temps de travail en apprentissage. A cet égard, Schweizer AG est un exemple-type de ce modèle de formation et le Président de la République aura l’occasion lors de sa visite d’échanger avec des apprentis, des collaborateurs transfrontaliers et des entreprises sous-traitantes françaises très bien implantées.
D’autres sujets seront évoqués, dont celui de l’aéroport de Bâle-Mulhouse sur lequel des discussions fructueuses ont eu lieu et ont permis l’adoption d’une déclaration entre les deux ministres des affaires étrangères. En outre, suite au vote sur « l’immigration de masse », le Président de la République réaffirmera aux côtés de son homologue suisse le principe de libre circulation des personnes et la préservation des droits acquis des travailleurs transfrontaliers dans le respect des principes importants de l’Union Européenne et de la Suisse.
Après la visite d’Etat, le Président de la République se rendra au Comité international olympique pour un entretien avec le président du CIO, M. BACH, et visitera le Musée olympique.






Source: Présidence de la République.



















Photographie: Présidence de la République Tous droits réservés pour tous pays.
Finance Offshore © Copyright 2015 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.