jeudi 5 mars 2015

Luxembourg: Recul du bénéfice net et stabilité de l'exploitation pour RTL Group!


Guillaume de Posh, Anke Schäferkodt: parité assurée pour les co-dirigeants de RTL Group.

Luxembourg le 5/03/2015

Didier REMER

RTL Group doit faire face à des éléments exceptionnels de charge de dépréciations  dont l'origine est clairement identifiée par les analystes. 2014 sera perçu comme l'année des variables selon les territoires qui font force à des réalités ou contraintes et succès qui s'opposent assez clairement dans les résultats. Le premier groupe européen est confronté à l'érosion de certains marchés publicitaires qui s'expliquent par la situation macro-économique globale et toujours si inégale en Europe. Là ou certains marchés peinent à sortir la tête de l'eau comme en France ou en Belgique, d'autres gagnent en vigueur, ajoutez quelques contentieux locaux comme en Hongrie, vous obtenez des situations logiquement très variables. Le dossier Hongrois sera le plus emblématique de l'année écoulée, le fait d'un changement de règle sous le règne arbitraire de Victor Orban accuse une dépréciation record de 77 millions d'euros !  Ce dossier pèse logiquement dans les comptes et démontre le risque inhérent lié à l'instabilité politique de certains territoires.

L'impact de la TNT en France...


RTL Group engrange cependant des bonnes nouvelles qui font montre que les situations avec M6 groupe pour la France et les filiales belges devront, elles aussi, faire l'objet de mesures efficientes afin d' assurer le redressement escompté. Les revenus globaux du groupe dans ces deux pays sont un signal sur le modèle économique de certaines entités confrontées à une concurrence plus prégnante. M6 ne manque pas à sa réputation de laboratoire pour la création et la mise en oeuvre de certains modèles de formats éculés dans d'autres pays. L'acquisition de nouveaux formats ou la démonstration d'une grille plus prégnante seraient jugées urgente comme pour l'access prime-time. Disposant de valeurs sûres comme des programmes fédérateurs, la chaîne propose un mixe fait de coaching en tout genre, relais de la télé réalité dont les analystes peinent à s'y retrouver. La politique des ballons d'essais pour ce genre de programmes démontre une volonté de se trouver une issue par le haut, cependant comme pour la concurrence, il reste difficile d'assurer une stabilité sur la longueur. Les analystes ont toujours à l'esprit l'impact de la TNT en France, qui logiquement divise la galette. Les revenus publicitaires sont donc moins évidents qu'aux belles heures de « la chaîne qui monte, qui monte... »  Aujourd'hui la donne est différente, la diversification de M6 Group est sur de bons rails, le digital devrait pouvoir compléter l'offre et lui permettre de conserver des parts de marché. « Le problème de M6 est bien moins difficile à comprendre qu'il n'y paraît, à vouloir donner dans tous les sens, la chaîne phare y perd un peu de son âme. (…) Le syndrome du noyau éclaté, on doit réagir vers un modèle plus recentré et moins éparse, les téléspectateurs se perdent dans la jungle d'un éventail qui brasse souvent que de l'air! Des marquent fortes subsistent bien dans l'offre, mais un certain essoufflement est perfectible.(...) Ce modèle n'a plus rien voir avec ces belles années, aujourd'hui la concurrence fait bien, sinon mieux et ce à moindre coût, il faut le dire. Les sociétés de production jouent à fond la rationalisation avec des économies d'échelle, cette fameuse inventivité qui était bien l'origine du modèle M6. Le digital est peut être une clé à creuser en France.(...) La grille manque d'horizontalité et reste difficilement prégnante dans le flot d'une concurrence qui propose des offres finalement assez similaires. » croit savoir notre source, analyste.


RTL Group: "The leading European entertainment network."




RTL Group ne fait pas l'économie de dresser un bilan qui pointe la problématique du marché publicitaire européen en 2014, qualifiant celui-ci de « reflet de la situation macro-économique globale en Europe. » Dans l'ensemble, les revenus globaux augmentent pour le groupe pluri-médias, subsistent les deux territoires qui accusent certaines faiblesses, avec une diminution de 2,8 % en un an. RTL Group prévient: « Cette image devrait être similaire en 2015. » mais relativise cet aspect en escomptant une croissance globale pour l'année en cours. En 2014, le groupe s'attendait à une baisse alors que le 4em trimestre s'est avéré particulièrement salvateur pour afficher une notable hausse de 2,8%. Un bénéfice d'exploitation qui démontre un EBITA stable sur l'ensemble de l'année, signe incontestable d'une gestion efficace des coûts, celui-ci est de 1,145 milliards d'euros, de quoi permettre un dividende de 3,5 euros par action, dont 2 euros sur dividende extraordinaire perçu en septembre dernier.


Baisse de 24, 9 % du bénéfice net...



Avec une baisse de 24, 9% de bénéfice net à 635 millions d'euros pour 2014 contre 870 millions d'euros un an plus tôt, Guillaume de Posh et Anke Schäferkodt, tous deux co-dirigeants du premier groupe audiovisuel européen semblent prendre la mesure des enjeux qui attendent l'état major basé à Luxembourg. L'emprise du digital est acquis au devenir du groupe, des initiatives sont annoncées, comme avec une présence renforcée sur Youtube.com, incontournable locomotive du secteur. Le groupe devrait pouvoir insuffler des réorientations salutaires aux filiales françaises et belges. Disposant d'une plate forme des plus efficientes du secteur, ce sont bien les capacités à créer du lien entre les différentes entités qui devraient pouvoir contribuer au développement de certaines niches. De part ses nombreuses participations, le groupe doit continuer à jouer à fond la mutualisation des moyens, pas moins stratégies. A noter, la qualité du nouveau site internet du groupe qui démontre cette volonté pour faire sens au digital. 
































Finance Offshore © Copyright 2015 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.