lundi 24 novembre 2014

Luxembourg: Après LuxLeaks, les syndicats dans la rue?

Etienne Schneider, Vice-premier Ministre, Xavier Bettel, Premier Ministre: "Recréer du lien social!"


Luxembourg le 24/11/2014: C'est très certainement un dernier pré carré de la coalition qui dirige ce gouvernement luxembourgeois, l'impôt sur la fortune s'invite dans le débat et risque de faire certains dégâts dans le club « Gambie »... Aujourd'hui, les syndicats sont reçus par le premier ministre Xavier Bettel, sans réponses de sa part, ils font la promesse d'aller battre le pavé...


Impôt sur les riches...

Ces derniers temps, les discussions sur l'impôt des riches vont bon train à Luxembourg! « C'est une honte, on a préféré s'attaquer à la classe moyenne plutôt que d'instaurer un mécanisme intelligent pour envisager une imposition sur la fortune! On s'attaque au pouvoir d'achat des familles et on refuse d'entendre certaines vérités, (…) Le pire dans cette histoire, est bien cette fin de non recevoir pour les élus du LSAP. Ici, avec l'augmentation de la T.V.A, on préfère aller jouer avec la santé en modulant les accises sur le tabac et protéger ainsi cette manne au combien lucrative. (…) Bien plus facile que de tenir tête au chef du gouvernement qui protège un électorat et fait donc force d'un certain clientélisme! » Croit savoir notre source à Luxembourg, un brin remontée. Ce débat n'est pas du goût de tout le monde, jugé comme un sujet tabou, l'imposition sur la fortune des personnes physiques est bien plus perçue comme une caricature pour le plus grand nombre. « Elle l'est au moins dans sa présentation, car l'idée d'imposer les plus riches ne peut à elle seule répondre à toute la problématique d'un état qui change de paradigme, il faut cesser de trouver des boucs émissaires du bas en haut de notre société. L'effort doit être collectif. Certes, le dernier budget ne fait pas que des heureux, hors les plus riches sont ceux qui proportionnellement, effectivement, s'en sortiront toujours le mieux! Mais est-ce vraiment une différence avec tous les autres pays confrontés à des politiques budgétaires de rigueur? » s'interroge une autre source.

La rue...

C'est bien le débat qui couve au pays, alors que le Luxembourg doit répondre pro activement à la fin de certaines rentrées fiscales comme celles du commerce électronique, la coalition gouvernementale ''Gambie'' (DP, LSAP, Verts) s'est lancée dans une série de mesures qui visiblement ne passent toujours pas dans l'opinion publique. Les syndicats eux-mêmes vont le rappeler ce Lundi au premier ministre Xavier Bettel lors d'une audience jugée « Potentiellement explosive, si les syndicats ne sont pas écoutés, rendez-vous sera pris avec … La rue! » croit savoir une source proche du dossier. « Oui, c'est vrai, la pilule est dure à avaler, et pour cause, on s'attaque à la politique familiale et on défend ''coûte que coûte'' des projets d'infrastructures démesurés, pour le moins, en rien urgents! » (Ndlr: Sur ce point semble être visé le projet acté de tram de la capitale éponyme du pays.) « Sur le logement, je crois que c'est le ponpon de ce gouvernement, on nous prend pour des c...., l'Etat sait trop bien que le problème se situe justement dans le camps des plus riches, qu'ils soient propriétaires ou promoteurs à la petite semaine, c'est le camp des nantis qui gagnera la partie! (…) Le gouvernement dispose d'une autorité logiquement relative sur le privé! » croit savoir cette autre source. (Ndlr: Au Luxembourg, le prix du neuf est particulièrement élevé, le terrain est rare et donc fort coûteux, l'offre de logement social y est aussi particulièrement absente ou insuffisante.)

Pas très chaud...

Pourtant, calculette en main, le budget 2015 peut s'avérer comme une mission plutôt bien ficelée par l'exécutif, certains choix sont certes discutables, mais défendre un équilibre n'est pas chose facile. L' imposition des ''très riches'' est une idée qui semble gagner en ampleur dans les rangs socialistes du gouvernement, occasion peut être de prendre certaines distances avec des sondages de moins en moins vertueux: « C'est certes cosmétique que de vouloir imposer les plus riches, mais tellement plus équitable pour l'opinion publique! (…) Nos électeurs ne sont pas dupes, ils connaissent la faiblesse des arguments de ceux qui refusent cette imposition des très riches. D'ailleurs les plus nantis dans nos rangs considèrent cette éventualité comme assez logique. C'est un signal attendu, mais nous buttons sur l'entêtement de notre principal partenaire de coalition! Tout le monde le sait très bien au pays, le premier n'est pas très chaud pour faire banquer ses potes! » (Ambiance!) Croit savoir cette éminente personnalité. Depuis que le pays découvre certains décalages, une autre source souhaite tempérer cette solution prétendue miracle, « On pense trouver la solution en s'attaquant aux classes sociales les plus élevées, hors les très riches ne sont pas aussi nombreux que le suggère le débat actuel, (…) En fait, ils sont même dans l'incapacité de faire sens à une telle logique pour qu'elle soit effectivement intéressante au point d'en devenir un élément clé d'un budget 2015 contraint de l'Etat. L'instauration d'un tel impôt peut envoyer un signal contre-productif sur l'image du pays (...) Il faudrait peut être plus s'attaquer à la définition d'une politique du logement efficiente, et permettre une redistribution sociale toujours plus équitable, on nous reproche d'avoir sabré certains avantages, c'est vrai, mais qui peut raisonnablement croire que le Csv aurait fait mieux et donc moins mal? (…) Il est injuste de nourrir un tel débat, d'ailleurs les syndicats eux-mêmes ont d'autres attentes sur ce budget, ils ne veulent pas que les plus modestes deviennent la variable d'ajustement du budget, ils prônent un point d'équilibre entre acquis sociaux et maintien d'une politique d'accompagnement pour les moins favorisés. Le principal problème est cette politique d'un passage en force de toutes les décisions de ce gouvernement. Les successifs couacs de la communication gouvernementale en sont la meilleure démonstration! (…) Chacun peut comprendre que le LSAP n'arrive pas à défendre ses électeurs, c'est fort dommageable pour notre pays qui s'est longtemps démontré comme un exemple de concertation, la tripartite souvent citée en exemple n'est plus qu'un souvenir! » croit savoir notre source à Luxembourg.


"L'effort se doit collectif!"

Une situation prévisible après les révélations du LuxLeaks qui devaient mettre à mal les nombreux efforts de la coalition « Gambie », la réputation du pays s'en est elle-même retrouvée assez injustement altérée. Dès les premières heures, Xavier Bettel s'était pourtant bien positionné pour le changement de paradigme du pays, comprendre ici que le Luxembourg a bien signé la fin du secret bancaire, l'accord Facta avec les Etats-Unis pas moins les accords d'échanges automatiques d'informations et reste disponible pour les accords BEPS modèle OCDE. Bien sûr, le premier ministre Xavier Bettel souhaite éviter toutes formes de braderie sur la capacité des Etats à maintenir une fiscalité compétitive, son postulat exigeant des règles équitables pour tous, c'est à dire logiquement à l'échelle internationale. Mais que faut-il penser de cette coalition? A vrai dire le tableau est loin d'être aussi noir, bien au contraire, sur le Budget 2015, on remarque que le gouvernement luxembourgeois a fait des arbitrages qui sont en capacité de maintenir les ressorts d'une compétitivité qui est loin d'être négative. Le pays fait force d'une résilience dynamique, le ministère de l'Economie, dirigé par Etienne Schneider par ailleurs Vice-premier ministre (LSAP, socialiste.) fait un travail soutenu sur ce point. Les missions économiques s'avèrent porteuses tout en offrant l'avantage d'une communication et donc un travail de qualité pour l'image d'un Luxembourg qui s'impose aussi par son industrie, son développement, pas moins la recherche. Reste peut-être à trouver une occasion de recréer un lien entre les différentes composantes sociales du pays, le monde syndical étant plutôt bien fondé à se retrouver bouter du champs de certaines négociations. Exercice difficile pour un exécutif, ce sont les fameux arbitrages, comme le suggère à juste titre Xavier Bettel en parlant du budget 2015: « L'effort se doit collectif! » Hors, le refus d'un point supplémentaire d'imposition pour les « plus riches » suggère 6 à 9 points d'effort pour la classe moyenne, ce que visiblement les syndicats souhaitent rappeler au premier ministre Xavier Bettel. Un premier signe? Le Premier ministre, Xavier Bettel, serait déjà disponible pour proposer aux syndicats de reporter d'un an la contribution de 0,5% sur tous les revenus, celle-ci devant financer la politique de l'enfance et des crèches...


"Recréer des passerelles..."

Lui serait reproché certains conciliabules avec des conseillers de grands cabinets de conseil dont certains Big Four logiquement très actifs pour défendre la place de Luxembourg. « Il ne jure que par des conseillers qui font un travail de lobbying permanent et donc récurrent, une vision comptable de l'être humain, notre pays a d'autres valeurs que nous ne laisseront pas sacrifiées sur l'autel d'un certain club! Trop c'est trop, s'il le faut, nous irons battre le pavé! Notre premier ne doit pas prendre à la légère l'exaspération de nombreux citoyens, elle est réelle, si profonde. L'inquiétude est d'autant plus amplifiée par la gestion scabreuse du gouvernement sur des attaques qui touchent de plein fouet la réputation de notre pays. Il y a le discours officiel, et les discussions privées, ce n'est pas vraiment la même tonalité. (…) Il faut remettre de l'ordre dans le respect entre différents acteurs du pays, sociaux, économiques. Un lien constructif doit être préservé, il se doit équitable, c'est aussi aux différentes composantes de la coalition à s'imposer, le LSAP fait force d'une absence qui n'est plus ignorée dans ses propres rangs! (…) Il faut recréer des passerelles là ou certains dynamitent des ponts! » Croit savoir notre source à Luxembourg visiblement très remontée. Une vision qui démontre que le gouvernement doit toujours mieux communiquer sur des arbitrages qui suggèrent des efforts indispensables pour préserver un modèle social. Xavier Bettel donnera t-il de sérieux gages aux syndicats? La question se pose, une refonte de la communication gouvernementale paraît assez indispensable, pas moins l'exercice d'une culture du dialogue entre partenaires sociaux et gouvernement, certains la souhaitent aussi efficiente que prétendue avec certains cabinets de conseil... Ce matin, cette première réunion semble inaugurer une série de futures rencontres "constructives" entre gouvernement et acteurs décisionnels du pays, d'ailleurs, devait être reçu le patronat ce même jour. De l'avis même des syndicats, le premier ministre promet une écoute pour s'éviter l'écueil des menaces de grèves, "Le ton change, les syndicats s'en accommoderont d'autant mieux, les prochains opus seront plus précis..." croit savoir notre source à Luxembourg.








Notre récent article "Luxembourg Budget 2015"



Cliquez sur l'image pour le lien actif avec l'article.























Photographie:Tous droits réservés pour tous pays. (DR)
Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.