mercredi 1 octobre 2014

Luxembourg: Un centre financier plein d'avenir!

Luxembourg, une place financière qui mise sur l'avenir! 


Luxembourg le 1/10/2014- De Londres à Zurich en passant par Francfort ou Dubaï et autres Singapour et Shangai... les places financières sont plus que jamais en compétition! Dans une récente étude du Crédit Suisse, le comparatif pointait les différentes places en démontrant que la concurrence allait devoir encore s'amplifier. Alors que le cadre réglementaire international fait montre d'un véritable changement de paradigme, toujours plus contraints, les différents acteurs du secteur financier se préparent à la nouvelle donne, d'une place à l'autre, l'avenir est plus ou moins clair, Luxembourg ne fait pas exception à la règle....


"Ici, nous avons compris..."

Pour le Luxembourg, la dynamique y serait assez opérationnelle, les acteurs se préparent un ambitieux plan b, histoire de ne pas perdre la main: « Ici nous avons compris que la finance (internationale) se réorganise de fond en comble, les véhicules financiers doivent s'adapter à la nouvelle donne, on ne pourra plus concevoir nos métiers comme au siècle dernier. (…) Notre principale différence sera bien celle d'une force de proposition en action, nous devons nous démarquer de nos principaux concurrents, ils sont nombreux. Bien que nous ayons assez logiquement de nombreuses qualités communes, ici à Luxembourg, nous pouvons encore jouer la complémentarité. Véritable tête de pont de toute la Zone euro, nous sommes en réelle capacité de mettre en avant notre qualité d'expertise, fruit d'une excellence aux multiples compétences. Luxembourg reste une des meilleures portes d'entrée pour la Zone euro et ce pour de nombreux états qui connaissent encore la croissance. La Chine est très certainement un de nos plus gros potentiels actuels, véritable porte d'entrée de la Zone euro, le Luxembourg est un partage entre tradition et anticipation. Nous pouvons raisonnablement concevoir que le RMB (Ndlr: Renminbi, monnaie chinoise.) des nombreuses banques régionales de Chine qui va se trouver un logique refuge dans une des premières places en Zone euro, les derniers chiffres de Luxembourg, après quoi les dépôts en Renminbi des banques locales ont augmenté à 67,2 milliards RMB (8,6 milliards d'euros), tandis que le volume de crédit 2013 en monnaie chinoise dans le premier semestre de 35 % par rapport à la seconde moitié de quelques 72,8 milliards de RMB. (...) C'est dire que Luxembourg a la confiance de la Chine, les relations bilatérales sont en net progrès, il y a un climat très favorable pour que cette impression puisse gagner en ampleur. » croit savoir notre source à Luxembourg. 

Si Luxembourg peut se prévaloir d'un sérieux pont avec la Chine, d'autres places continuent à s'intéresser à cette niche, « Pour comprendre, nous sommes face à un potentiel considérable, la Chine détient la plus grande capacité de réserve monétaire au monde, le nouveau pouvoir veut supporter la Zone euro, pour en être son principal client, le tout est de savoir comment cette manne sera répartie, pour l'heure, le Luxembourg s'avère comme un laboratoire alternatif aux autres places, la relative stabilité du pays est un argument qui rassure et encourage la prise de décision, mais nos amis chinois ne veulent pas mettre tous leurs oeufs dans le même panier, nous allons donc devoir anticiper cet aspect et démontrer la valeur ajoutée que représente la place, sont en embuscade Francfort ou la Suisse, places qui cherchent à réussir là ou les luxembourgeois s'avèrent sur certaines niches comme les véritables pionniers. » complète notre source. 



Luxembourg, 15èmeplace au niveau mondial!

A l'image d'un Shanghai, Singapour ou Hong-Kong, le Luxembourg doit capitaliser sur ses nombreux acquis, l'environnement professionnel y est assez favorable et le secteur financier opère de profonds changements pour se mettre à la page. « C'est une course, Luxembourg ne doit pas devenir le seul lièvre de la Zone euro et consorts, nos compétences sont reconnues en Chine, on va devoir communiquer sur cet aspect, s'implanter à Luxembourg est un acte réfléchi, celui d'une volonté de se bâtir un solide pont avec toute la Zone euro. » instigue notre source. 15em place au niveau mondial, le Luxembourg est un centre financier qui devra rivaliser avec d'autres places toujours plus promptes à réorienter leur modèle économique à l'image de la Suisse, pays souvent cité comme curseur de référence avec Luxembourg. D'ailleurs, le très sérieux « Global Financial Centres Index » (GFCI) est réalisé conjointement par Z/Yen Group et le Quatar Financial Centre Authority et ce depuis 2007. Il examine, tous les 6 mois, environ 80 centres financiers et évalue leur compétitivité, 14 facteurs sont examinés dans le détail, divers critères objectifs y sont étudiés, tout y passe ou presque comme la possibilité de trouver du personnel de qualité, l’environnement réglementaire, l’accès aux marchés financiers, les infrastructures (i.e. « property and occupancy costs »), un environnement juste et honnête (« corruption perception index, opacity index »), et pas moins important, l’action gouvernementale et ''sa sympathie envers la finance'', les coût opérationnels, la qualité de vie et le bien sûr, régime fiscal.* « Cette étude réputée s'avère comme un sérieux curseur, contrairement à d'autres opus, sont laissés les aprioris et autres réserves que les études des groupes bancaires lissent pour ne pas se tirer une balle dans le pied, c'est un assez bon résumé de la situation. » croit savoir une autre source à Genève et de nous renvoyer à la récente étude de GFCI...


Genève subit une érosion...

La combinaison de ces facteurs permet de donner un rang à chaque centre financier dans différents domaines tels que le « business environnement », l’accès au marché, les infrastructures et la compétitivité globale. Une revue de détail qui prend la température du secteur et nous indique bons et mauvais élèves de la classe tout en dressant un panorama de l'évolution des places financières. ''Genève Place financière'' s'est elle-même rangée à l'objectivité de cette étude pour souligner son récent ''déclassement'', mais Luxembourg y accuse aussi un résultat en perte de vitesse comme de nombreuses places au niveau européen.


Londres, deuxième place mondiale...

New-York 1er, Londres 2ème ...

Les résultats de l’enquête menée en septembre 2014 place toujours New York au 1er rang juste devant Londres, Hong Kong, Singapour et San Francisco. Zurich perd deux places et se classe au 7ème rang alors que Luxembourg rétrograde au 15em rang en concédant un 3em rang au niveau européen. Comme toutes les places européennes, le Luxembourg se rapproche des places financières dites imprévisibles jugées parfois volatiles, c'est à dire d'autant plus sensibles aux changements. Les suisses sont eux-aussi assez largement pénalisés, pour élément de comparaison, Genève se situe en 13ème position et perd ainsi 4 rangs par rapport au mois de mars 2014. Ce mauvais résultat qui fait sortir Genève du fameux Top 10 s’explique notamment par les raisons suivantes :
  • L’ensemble des centres européens enregistre des résultats en déclin. Zurich perd 2 rangs (7ème) et donc Luxembourg 3 rangs (15ème). Les centres offshore en particulier chutent : Jersey perd 21 rangs (62ème) et Guernsey 25 rangs (67ème).
  • Les notes données par le GFCI se basent sur les réponses de 3'633 professionnels! Parmi ceux-ci, 48% sont issus d’Europe de l’Ouest. Leur avis constitue donc un poids significatif. Or, si ces derniers avaient bien noté Genève en mars 2014, ils ont été plutôt négatifs en septembre 2014. Leur perception de la place financière genevoise s’est donc clairement altérée. Genève a été en revanche très bien notée par les professionnels d’Amérique du Nord et d’Europe de l’Est, confortant la qualité des services professionnels assez habituels.
  • Si Genève procure d’excellents services professionnels (7ème rang), elle perd des places en ce qui concerne sa réglementation ainsi que l’action gouvernementale et sa sympathie envers la finance : 8ème en septembre 2014 contre 6ème en mars 2014, pointe l'étude. En d’autres termes, les conditions cadre se sont détériorées et les perspectives sont incertaines quant à la volonté du gouvernement de les améliorer. Etude GFCI qui conforte le débat actuel de la classe politique suisse qui veut par tous les moyens réorienter la place après les cuisants échecs de ses négociations comme celles avec les nombreux litiges de ses banques aux USA ou même en Europe comme avec la France et l'Allemagne. On parle ici de qualité perçue par les professionnels du secteur.  (*Source:Genève Place financière.)

Luxembourg imprévisible, volatile...

A lire cette étude, sans compter quelques autres opus de certaines banques qui sont implantées en Suisse et au Luxembourg, Genève y est cependant toujours considérée comme un centre dynamique et relativement plutôt stable, alors que le Luxembourg se rapproche donc des places financières dites « imprévisibles » ou « volatiles » comme le pointe non sans réserve l'institut ''Genève Place financière." « Luxembourg est plus sensible à certains changements comme les questions de politique intérieure et autres conflits qui s'annoncent dans la gestion de la crise ouverte avec Bruxelles sur les questions de concurrence et donc de la pratique du ruling fiscal.» complète notre source à Genève.  Mais lors de son récent exposé, le ministre des finances luxembourgeois Pierre Gramegna invité à Francfort pour la conférence: « Les réalités et les défis des centres financiers du Luxembourg et de Francfort » s'est vite empressé de relativiser l'érosion de sa place financière pour comparer sa situation aux autres centres européens, pour lui et à juste titre, celle-ci serait dans une phase intermédiaire avant d'asseoir son nouveau modèle économique en devenir, en somme, le temps utile entre l'intégration du nouveau cadre réglementaire international et donc « une grille de lecture des premiers effets du changement de paradigme qui s'opère ainsi tant bien que mal. » On pensera ici à la fin du secret bancaire et donc plus encore aux autres ruling toujours en discussion. Le pays s'étant lancé dans une course contre la montre avec les autorités de la concurrence de la Commission européenne de Bruxelles, réfutant les modalités d'une mise au pas qui visiblement ne passe pas à Luxembourg. (FIAT,  Fiat Finance and Trade (FFT) et consorts...). « Miser sur le passage de témoin entre ancienne Commission et nouvelle est une erreur dans la mesure ou M. Juncker ancien premier ministre luxembourgeois devra donner de solides garanties sur cet aspect de la fiscalité des grands groupes qui déplacent ainsi leur bénéfice en jouant sur les fameux accords de l'environnement liés aux BEPS. (Effets de l'érosion de la base d'imposition.) Pour s'en convaincre, il suffit de voir l'arsenal que le Congrès des Etats-Unis souhaite voir infliger aux groupes américains qui se sont essayés à de telles pratiques de l'évasion fiscale en version « Go fast », Luxembourg joue la montre en contestant la légalité des premières requêtes de Bruxelles, mais ce combat est bien celui d'une arrière-garde, La France et L'Allemagne s'apprêtent aussi à faire valoir de nouvelles exigences en la matière, le récent sommet du G20 de Cairns (Australie) pouvant démontrer cette volonté.... » croit savoir notre éminente source à Bruxelles. 

Contrairement à de nombreuses places financières, Luxembourg conserve de sérieux atouts, l'érosion du personnel laisse plutôt place à une réorientation du personnel, on remarque une augmentation dans les secteurs clefs qui accompagnent le changement de paradigme, pas moins ces nouveaux établissements comme les banques chinoises et autres gestionnaires de fonds comme ceux liés à la Finance islamique avec le fameux Sukuk, qui devrait pouvoir s'imposer comme une nouvelle niche pour la place financière luxembourgeoise. « Les avis sont plus partagés pour le Sukuk, mais si le rodage se confirme, on devrait pouvoir tirer notre épingle du jeu, (...) Avec notre hub chinois, en plus de la monnaie, on peut devenir leaders sur certains produits mais il faudra rapidement s'intéresser rapidement à d'autres véhicules financiers pour compléter notre offre. Nous avons de grands espoirs sereins sur la monnaie chinoise, nous pensons que nous devrions pouvoir nous imposer comme une incontournable plaque tournante en la matière, la récente chambre de compensation est un premier signe qui ne trompe pas, nos amis chinois aiment bien notre façon de procéder, on partage nos acquis et donc notre qualité d'expertise en nette avance sur nos collègues suisses, Luxembourg prône toujours le mode step by step, (…) La Suisse a signé un accord de swap avec Pékin, mais sans les banques chinoises, qui assurent la compensation, il n'y a finalement aucun hub renminbi dans la République Alpine! » précise notre source à Luxembourg.




Gouvernement Luxembourgeois:
Accompagner le changement de paradigme...



L'avis de Finance Offshore...

Si les études des banques sont souvent à charge, l'étude du GFCI démontre une objectivité au combien plus intéressante. En effet, seuls les professionnels viennent nous livrer leur sentiment, les questions posées sont pertinentes, d'autant plus directes. Luxembourg est une place qui comme tant d'autres, se doit trouver une stratégie, le temps du secret bancaire y est révolu, pointe la fin annoncée des pratiques de rescrit ou ruling fiscal... Les acteurs du secteur, dans leur ensemble, comprennent qu'il ne devrait plus leur rester que leur professionnalisme et donc qualité d'expertise, ce qui rend d'autant plus ténue la marge de manoeuvre pour se démarquer des autres places financières internationales. Il est juste de penser que l'amplification de certaines niches comme avec la Chine et son RMB ou la Finance islamique sont des sillons à creuser avec discernement. Selon différentes études, la place financière devrait perdre encore des points, mais en creusant certaines pistes, des solutions existent, le tout est de naviguer à vue et que le gouvernement puisse amplifier sa politique sur certains produits ou facilités qui parfois manquent encore cruellement aux professionnels, celui-ci étant condamné à devoir accompagner le changement de paradigme, rien de différent avec ses homologues suisses ou britanniques, et bien plus encore... Pour s'en convaincre, il suffit de lire les dernières lignes de l'article en référence de ''Genève Place financière":

''Un point positif mérite d’être signalé : Genève est toujours considérée comme un centre dynamique et stable, alors que le Luxembourg se rapproche des places financières dites « imprévisibles » ou « volatiles », plus sensibles aux changements.

Au vu de ce qui précède, il est grand temps que les autorités fédérales s’engagent avec détermination en faveur de la compétitivité de la place financière suisse et genevoise en comparaison internationale.

Cet élément constitue d’ailleurs l’un des axes stratégiques figurant dans le document publié par le Conseil fédéral en décembre 2009 sous le nom de « Rapport Graber ». A ce jour, il n’a malheureusement pas été concrétisé sur ce point…''  

 (Source:Genève Place financière.)























Photographies: © (DR) Tous droits réservés pour tous pays.
Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.

Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.