mercredi 15 octobre 2014

Luxembourg: Budget 2015, l'indispensable effort collectif!


Xavier Bettel, premier Minisre du Luxembourg, ici l'invité de RTL "De Journal" le 14 Octobre à 19H30.



Luxembourg le 14/10/2014- Le premier ministre luxembourgeois s'est attelé à définir la nouvelle politique budgétaire, entre effort collectif et nouvelles perspectives pour le modèle luxembourgeois, Xavier Bettel n'a pas fait l'économie d'une vérité. La déclaration du premier Ministre était donc très attendue, en effet dès 15H40 s'ouvrait à la chambre la séance qui allait devoir marquer l'orientation des nouvelles mesures d'économie pour contribuer à la réduction et la maîtrise du déficit de l'Etat luxembourgeois. Les réformes sont variées et dans l'ensemble plutôt bien ciblées.

Ancien et nouveau...

En début de séance, Jean-Claude Juncker (CSV), ancien premier ministre présent en bonne place sur les bancs de l'opposition, s'est vu officiellement félicité par le président de l'assemblée. Le premier ministre Xavier Bettel lui emboîtera le pas en évoquant ''...ce besoin d'un certain courage qu'il faudra au nouveau président de la Commission européenne''

Au Luxembourg, le budget comprendra des mesures d'économies qui devront notamment compenser le manque à gagner de 500 Millions d'Euros issus de la TVA sur le commerce électronique tout comme l'impact relatif au changement de paradigme de la Place financière, elle même contrainte au défi réglementaire international. Un double défi pour la coalition gouvernementale qui se doit logiquement assurer un équilibre à sa politique de réformes, souvent jugée ambitieuse mais d'autant plus controversée par l'opposition et nombreux syndicats du pays. Au Luxembourg, le cadre des négociations qui devait entourer l'élaboration de ce budget n'est visiblement pas du goût de tout le monde. Pour différentes raisons, le gouvernement ayant délibérément opté pour un cadre de réflexion protégé des médias, d'ailleurs le premier ministre s'en est expliqué en concédant que "Ce n'est pas que nous ne voulions pas, mais il n'était pas possible à ce stade de confirmer ou infirmer ces dires. Beaucoup a été fait mais tout n'était pas finalisé. Un gouvernement ne peut se permettre d'annoncer des choses qui n'auraient pas tenu la route." Pour se faire plus précis, Xavier Bettel s'est donc expliqué sur la stratégie de son gouvernement de coalition pour l'élaboration de ce budget 2015... 

''Lignes directrices...''

Le premier ministre a donc résumé en différentes lignes directrices les priorités de son gouvernement comme suit:

1) Diversifier l'économie.

2) Moderniser le secteur financier .

3) Adapter l'école et la formation aux réalités actuelles.

4) Combattre le chômage.

5) Mieux cibler les aides accordées aux familles.

6) Aider les entreprises et diminuer les obstacles administratifs.


L'accent aura été porté sur l'image d'une coalition qui travaille main dans la main, déterminée afin d'assurer un avenir serein au modèle luxembourgeois. L'objectif étant de privilégier l'intérêt général sur certains intérêts particuliers, pour ne pas dire très particuliers. Xavier Bettel veut chasser les nombreux abus identifiés... Pour le Premier Ministre , il faut s'attaquer à certaines dérives que l'Etat ne peut plus supporter, tant ici au niveau budgétaire que moral. "Le Luxembourg bénéficie des prestations sociales les plus élevées en Europe. Nous voulons pérenniser ce modèle sans pour autant augmenter les cotisations. Pour arriver à cela, il nous faut mieux cibler nos investissements dans ce modèle." devait défendre Xavier Bettel qui trés rapidement précisera le plafond de verre qui touche l'endettement du pays...

''14000 Euros de dette par habitant...''

''La dette de l'Etat a explosé. En 2004, la dette de l'Etat était de près de 870 euros par habitant. Aujourd'hui, elle est de 14 000 euros par habitant. Nous devons maintenant agir!'' L'évolution de la situation de l'endettement est telle que le premier ministre annonce la couleur sans même hésiter la comparaison avec son prédécesseur. "Le gouvernement est décidé à équilibrer les finances publiques et de mettre fin à un endettement incontrôlé. Nous ne devons pas laisser à nos enfants des dettes qu'ils n'arriveront pas à assumer. Les jeunes ne doivent pas devenir une "génération remboursante'', puis après avoir ainsi paraphrasé Jean-Claude Juncker il précisera tout de go: "Il y a 5 ans, le gouvernement avait fait les bonnes analyses et s'était fixé les bons objectifs. En 2009, la dette de l'Etat était de 5,5 milliards d'euros, l'année dernière elle était d'environ 11 milliards d'euros. Depuis la déclaration de M. Juncker la dette a ainsi plus que doublée." (...) "C'est pour cela que je le répète, aujourd'hui, 5 ans plus tard: nous devons arriver à maîtriser la dette de l'Etat! Cette fois, ce ne sont pas que des paroles! Ce gouvernement va les traduire en actes. Les jeunes ne doivent pas devenir une "génération remboursante". (...) ''Cela vaut pour les finances publiques, mais aussi pour l'environnement, la qualité de l'air ou celle de notre eau potable. Et cela vaut aussi pour la pérennisation et la stabilité de notre système social." Jean-Claude Juncker esquissera un sourire à demi complice... 

"Socialement injuste..."

Du côté des syndicats, la grille de lecture est forcément différente: "Je me demande pourquoi on commence aujourd'hui avec une nouvelle contribution de 0,5% pour tout le monde à l'exception de ceux touchant un quart du salaire minimum. Au Luxembourg la situation n'est pas si mauvaise, on ferait mieux de laisser les gens respirer un peu au lieu d'aller piocher encore dans leur porte-monnaie", (…) ''Le budget est déjà équilibré. Il est économiquement faux et socialement injuste de renforcer la pression fiscale sur les petites et moyennes classes. C‘est l’inverse de ce qu’il faudrait faire.'' avait déjà commenté à quelques journalistes Jean-Claude Reding au sortir d'une réunion avec le Premier Ministre, ce président de l'OGBL, un des plus puissants syndicats du pays, montrant au passage que le plan d'économies envisagées est loin ''de faire l'unanimité.'' L'exercice est réputé complexe, le premier ministre devant annoncer toute une série d'arbitrages ''qui auront logiquement des conséquences pour tous les citoyens, leur pouvoir d'achat, et plus encore...'' Xavier Bettel a aussi une réponse à donner pour certains syndicats, il ne manque pas de souligner leur irresponsabilité et ce en insistant sur la responsabilité de son exécutif pour l'avenir du pays...




Xavier Bettel: ''Le mot responsabilité ne se limite pas à faire de bonnes analyses." © (DR) SIP.

Courage politique...

Xavier Bettel fait alors une leçon de chose à son auditoire, ''Le mot responsabilité ne se limite pas à faire de bonnes analyses. Cela signifie agir, faire preuve de courage politique et prendre des décisions, même si elles sont difficiles et impopulaires.", il prévient: "A partir de 2015, nous ne pourrons plus compter sur les rentrées liées à la TVA du commerce électronique. Cela était connu depuis des années, mais de nouvelles mesures n'ont pas été prises pour y faire face. Tout déficit public était compensé en augmentant la dette. Nous devons préparer l'avenir et créer de nouvelles perspectives pour le Luxembourg" et va beaucoup plus loin en précisant un autre problème qui se creuse: ''Notre population a beaucoup grandi ces dernières années, l'économie n'a pas suivie.'' Tout en précisant la fin d'une certaine ''poule aux oeufs d'or'': "Pour faire face à la fin des recettes de la TVA sur le commerce électronique nous devons à présent augmenter différents taux de TVA." et devoir ainsi préciser les priorités "Le gouvernement s'est donné des priorités concrètes: diversifier notre économie et le secteurs financier, adapter l'éducation, lutter contre le chômage, soutenir les familles de manière plus ciblée, mettre les enfants au centre et soutenir les entreprises" Pour ce faire, le premier ministre a présenté les mesures d'économie...

''Economies, 258 Mesures avec 4 critères...''

Sur les mesures, Xavier Bettel annonce l'imposant catalogue:"Nous avons pris 258 mesures pour ce nouveau "paquet d'avenir". Elle se base sur 4 critères." Il nous reprécise alors le processus qui permet d'aboutir à telle issue: ''Nous avons analysé le budget de l'Etat dans 19 groupes de travail pour voir quelles sont les économies qui sont réalisables. Il faut se concentrer sur ce qui fait sens et réduire les dépenses." et de nous préciser comment:

1. L'argent perçu des impôts doit être dépensé de manière plus responsable

2. Une gestion plus juste et plus égale des dépenses et des recettes de l'Etat 

3. Il faut créer un appareil d'Etat plus moderne et moderniser le pays.

4. Il faut mettre en place une nouvelle politique afin de mieux cibler les aides accordées aux familles comme celles aux entreprises... "


Entreprises

...pointera le premier ministre qui complète son passage sur les entreprises avec l'exemple édifiant de certains abus du secteur: "Parlons par exemple des indemnités dans le secteur de la construction en cas d'intempéries ou de mauvaises conditions météorologiques. L'idée est de soutenir les entreprises qui font face à des difficultés dans ces cas là, mais il y a des lacunes au niveau des critères qui permettent de toucher ces subventions. Le nouveau gouvernement va pour cette raison -limiter- ces subventions aux seuls mois d'hiver." puis modère son propos sur d'autres secteurs que l'Etat souhaite toujours aider, mais là aussi avec une bienveillante attention renforcée, "Les analyses ont aussi portées sur les aides aux entreprises. Nous allons continuer à encourager les start-ups et accompagner les efforts sur l'innovation, cependant nous allons faire des analyses plus concrètes basées sur le retour l'investissement de ces entreprises. Cela permettra de réduire le budget de manière substantielle." Sur certaines fraudes comme sur les impôts liés aux activités professionnelles, "Nous allons encourager la lutte contre la fraude fiscale. Le personnel de l'administration de l'impôt sera ainsi renforcé. Nous allons aussi sous attaquer aux abus fait avec l'argent perçu par le Fond de solidarité pour prévenir les abus." (...)  "L'Etat continuera à soutenir la mutualité des entreprises. 5 ans après l'introduction du statut unique, la participation de l'Etat sera mise en relation avec l'objectif initial''...

Selectivité sociale

Voilà donc aussi une réponse à certaines craintes des syndicats, celle d'une sélectivité sociale qui se veut à l'avenir plus inclusive et donc d'autant mieux ciblée. A la Chambre, le premier Ministre Xavier Bettel n'aura finalement pas fait l'économie d'une vérité, dans son ensemble, la coalition s'est attaquée à toutes ces dérives qui pouvaient encore aggraver la situation actuelle d'un budget de l'Etat pour le moins contraint. Le premier ministre ne l'a donc pas caché, pour ''mettre fin à un endettement incontrôlé, il faudra s'attaquer aux situations inéquitables ou même de la fraude'', comme par exemple toujours dans le viseur, l'abus caractérisé de certains employés en maladie. ''Equilibre des dépenses de santé qui devra privilégier une redistribution plus juste.''  Le pays subirait une envolée à ce sujet. Selon le premier ministre, ''Il faudra mettre plus de personnes pour vérifier et donc contrôler'!' les fameux trop nombreux malades (imaginaires), un poste de dépenses qui n'a de cesse de croître. ''Le renforcement du "contrôle médical" pour éviter l'absentéisme abusif sera mis en place rapidement!" Sur la politique familiale, le premier ministre a bien confirmé la fin de certaines allocations ou aides, mais pour annoncer ''qu'il fallait à présent mieux cibler les aides''. Le chef du gouvernement explique pourquoi il veut stopper l'allocation de la maternité et l'allocation d'éducation. "Chaque deuxième mariage se termine en divorce.'' "Nous ne voulons pas accepter que les familles monoparentales soient menacés par un risque de pauvreté accru et nous devons les inciter à pouvoir planifier leur avenir professionnel. Même la Caritas est d'avis qu'il faut aider les femmes à se réintégrer plutôt que rester à la maison et d'utiliser l'argent de l'Etat qui ne suffit pas.'' (...) "Nous constatons qu'aujourd'hui l'Etat dépense énormément d'argent, plus que nulle part ailleurs, mais que le risque de tomber dans la pauvreté ne diminue pas, bien au contraire." et devoir conclure que sur la Politique familiale: "Nous ne pouvons pas continuer de donner le message aux jeunes mères qu'il est acceptable d'arrêter de travailler quand elles ont des enfants avec les primes et les allocations. Il faut donner des perspectives aux familles notamment par le congé parental. C'est pour cela que nous n'allons pas renouveler les allocations d'éducation et de maternité" cependant Xavier Bettel expose une redistribution plus juste de cette aide, ''Il s'agit d'une économie de 75 millions d'euros par an. Le gouvernement soutiendra les femmes afin de devenir plus indépendantes et le revenu minimum garanti (RMG) sera modifié afin d'aider davantage les familles monoparentales."

Système social...

Xavier Bettel répondra à cette idée répandue d'une politique contre la famille, sur la jeune génération qui ne doit pas être héritière de nos dettes actuelles, le ministre s'est expliqué: "Le Luxembourg bénéficie des prestations sociales les plus élevées en Europe. Nous voulons pérenniser ce modèle sans pour autant augmenter les cotisations. Pour arriver à cela, il nous faut mieux cibler nos investissements dans ce modèle." dont la santé qui représente: "Un quart du budget est dédié à la pérennisation de notre système social. Afin d'éviter d'augmenter toutes les cotisations, nous allons devoir orienter les investissements de manière plus efficace. L'assurance maladie sera réformée. La mutualisation de certains services des hôpitaux permettra de limiter les dépenses." la fin de vie et l'handicap feront l'objet de réformes, "L'assurance dépendance sera modernisée. Pour l'assurance d'accident, nous allons introduire un système de bonus malus."


Mieux cibler les aides...


En tout, avec ces 250 mesures qui font partie du budget de l'Etat pour rééquilibrer les finances publiques, le premier ministre évoque un "paquet d'avenir" tout en instiguant ''l'effort collectif'', il s'impose donc à toujours mieux cibler les aides de l'Etat. Xavier Bettel ne manque pas de s'intéresser à certains avantages offerts à la fonction publique:"Les employés qui partent à la retraite n'auront dorénavant plus droit à leur congé annuel de l'année en cours et des mois qui n'ont pas été travaillés. Un employé qui part en retraite percevra sa retraite dès le premier mois après l'arrêt de travail, et n'aura plus droit à trois mois de salaire." sur les enseignants, il cible ''L'échec scolaire est dû à l'apprentissage des langues' Le bilan ainsi dressé par le Premier ministre est sans appel. ''Un élève sur 10 quitte le système scolaire sans diplôme en poche. Le nombre d'élèves orienté vers le système préparatoire ne cesse d'augmenter.'' mais souhaite aussi donner de sérieux gages à leur avenir, ''Nous permettront l'accès à des structures pour apprendre les langues pendant les horaires d'école pour les enfants de 1 à 3 ans qui seront gratuites. Cela aidera les familles qui ont de jeunes enfants. Nous sommes encore en train de voir les détails. Les dépenses des parents vont ainsi êtres moindres que ce qu'ils dépensent actuellement avec les chèques-services. Par enfant, le gouvernement versera aux familles: 265 euros par enfant, ce qui est davantage qu'aujourd'hui (185,6 + 76,88= 262,48 euros)'' de quoi relativiser les récentes assertions sur les inquiétudes liées à la politique familiale.

Petite enfance...

Il confirme l'introduction d'une contribution de 0,5% pour aider la petite enfance. "L'allocation familiale et le boni d'enfant seront cumulés.'' ''Chaque enfant aura donc le même montant. L'avis du conseil d'Etat a été demandé. Le groupe familial pour les nouveaux-nés sera aboli. Les nouveaux-nés auront les mêmes montants. Le nouveau montant sera fixé à 265 euros. Un ménage avec deux enfants continuera à percevoir 594,48 euros." Xavier Bettel a confirmé l'introduction d'une contribution généralisée de 0,5% pour les politiques de la petite enfance: "Cette contribution sera donc plus élevée pour ceux qui gagnent beaucoup. Pour un ménage qui gagne 4.000 euros, cela équivaut à 17 euros, un ménage qui gagne 8.000 euros doit débourser 37,6!'' Il fera le lien entre éducation et besoin de préserver la démographie du pays, ''Pour la prise en charge des enfants: Nous permettront l'accès à des structures pour apprendre les langues pendant les horaires d'école pour les enfants de 1 à 3 ans qui seront gratuites. Cela aidera les familles qui ont de jeunes enfants. Nous sommes encore en train de voir les détails. Les dépenses des parents vont ainsi êtres moindres que ce qu'ils dépensent actuellement avec les chèques-services.''

Logement...

Moins d'aides pour le logement, mais elles seront d'avantage ciblées entre investissement pour particulier et professionnel de la promotion immobilière, sur ce point est préservé le taux de TVA plancher pour la résidence principale, une niche qui va permettre de dégager des économies substantielles, ''Depuis 2002, l'Etat a remboursé quelque 2,1 milliards d'euros de la TVA.'' "Pour autant, cela n'a eu aucune conséquence sur les prix. Dorénavant, le taux super-réduit de 3% n'existera plus que pour ceux qui achètent un logement où ils comptent y vivre. Pour ceux qui veulent investir dans un bien immobilier, le taux de 17% leur sera à présent appliqué." Le premier ministre souhaite également continuer à débloquer la situation en portant à 10000, le nombre de logements à construire. Pour comprendre, au Luxembourg, le logement est un poste de dépense coûteux pour les ménages, de la location à l'acquisition, le marché est particulièrement contraint par l'effet d'une spéculation organisée et donc les faiblesses d'une absence de politique efficiente de l'Etat dans le passé. 



L'aide à la presse sera réformée. "Le budget global accordé à la presse restera le même, mais le journalisme en ligne sera dorénavant subventionné", cette décision va pouvoir assurer un pluralisme.


L'avis de Finance Offshore...

Le premier ministre Xavier Bettel a présenté devant la Chambre un catalogue de mesures assez intéressantes. Si un certain courage est acquis à l'opus de cette présentation, il nous manquera quelques précisions chiffrées sur certains engagements proposés. Dans l'ensemble, Xavier Bettel fait force d'un langage de vérité, il démontre point par point, qu'au delà d'une possible austérité, son gouvernement préfère s'attaquer à une maîtrise plus efficace de ses dépenses. Pour y parvenir, ce gouvernement s'attaque à certaines dérives et veut lutter contre des abus clairement identifiés comme certaines fraudes ou mauvaises orientations qui gonflent toujours plus la facture. Un point assez ubuesque a été révélé lors de cette présentation, au Luxembourg, l'Etat Major des armées serait surveillé par une société de gardiennage... privée! Avec ce genre de pratiques, on voit toute l'ampleur qui attend ce gouvernement contraint à réformer. Xavier Bettel nous a démontré par ses différents arbitrages que sa coalition veut effectivement changer certaines situations, souhaitons que soit trouvé un réel point d'équilibre entre toutes les vérités, quelles soient défendues par les membres de ce gouvernement, pas moins certains de ses opposants, qui ne l'oublions pas, sont aussi citoyens d'un Luxembourg en plein changement de Paradigme. Le premier ministre démontre un certain courage politique, mais comme il nous l'a précisé, l'effort se doit aussi collectif...







Comprendre le budget...






Le Ministère des Finances propose un site internet dédié, il se veut le plus clair possible pour expliquer les grandes orientations du Budget 2015, vous pouvez le consulter avec ce lien actif:


























Sources: Notamment traduction de la déclaration du premier Ministre (Le gouvernement n'ayant pas jugé opportun de proposer une traduction en français ou en allemand.): Wort.lu, L'Essentiel.lu, RTL.lu, à qui la rédaction tient à souligner ses remerciements.






Photographies: © (DR) Tous droits réservés pour tous pays. 1- Capture RTL Group, "De Journal" RTL.lu / 2- Photographie SIP Gouv.
Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.