dimanche 19 octobre 2014

France: TerraLorraine un projet réaliste en Moselle? (Exclusif)

Le Pôle Sino-européen TerraLorraine, un projet réaliste pour la Moselle?


19/10/2014- Considéré comme un des projets les plus prometteurs il y a encore quelques mois, la Mégazone « Terra Lorraine » peine à rassurer dans l'Est de la France. Situé à la fontière Franco-luxembourgeoise, ce « méga-projet » devrait s'élever sur le secteur des communes d'Illange et Bertrange, ambitieux pôle qui mise sur les relations d'affaires entre Europe et Chine. C'est une société privée SICAR dont le véhicule financier est lui même domicilié au Grand-duché de Luxembourg voisin, c'est-à-dire placée sous le contrôle de la très sérieuse autorité de la Commission de Surveillance du Secteur Financier du Luxembourg (CSSF). Dans sa phase primaire, le financement était annoncé pour un montant de l'ordre de 150 M€, il se veut assuré, ''sans demande de subventions publiques'', via la société de capital risque qui intervient pour la SA, filiale opérationnelle de la société internationale COMEX Holdings qui porte la globalité du projet et donc « en assure le modèle économique et donc logique financement. » Il est également précisé que l'opération dispose d'un financement pour grande part européen et non pas chinois, et ce contrairement à l'idée « encore trop répandue... » En fait l'aménageur promoteur propose un concept composé de douze zones thématiques économiques qui permettront de recevoir « 2000 Entreprises », en fait un méga show-room « pour des entreprises chinoises désireuses de disposer d'une vitrine attractive au coeur de l'Europe. » mais attention, là aussi, une autre idée répandue s'avère pour le moins erronée, la zone ne servira pas les attentes des particuliers, « mais bien les seuls professionnels, à savoir un centre d'affaires de haute valeur ajoutée » défendent les promoteurs du concept.

TerraLorraine, projet fédérateur...

"Concret, financé..."


Sur le papier, le projet fait force d'un argumentaire bien ficelé, pour s'en convaincre, le Conseil Général de la Moselle est un ardent défenseur de l'opération, mieux, il « a su pour ce faire, mettre en avant les atouts de son territoire : une vraie tradition industrielle, des infrastructures multimodales, une situation européenne privilégiée, une main d'oeuvre qualifiée et une action politique départementale en faveur du développement économique.» précise la communication du Conseil Général sur son site internet officiel. De quoi peut-être rassurer ceux qui doutent encore du réalisme de l'ampleur du projet? « Pas si évident, après l'euphorie assez logique du président du département, Patrick Weiten, aujourd'hui, la com, c'est plutôt silence radio. On perçoit un grand absent dans cette communication, c'est à dire les promoteurs, dont la tête de pont, Frédéric Basset, président de Comex Holding pas moins Régis Passérieux, emblématique président de Terralorraine. » croit savoir notre source. Pourtant en Mars 2012, « Moselle+ » , le bien nommé supplément Eco à « Moselle Infos » titrait dans un dossier spécial: « La Moselle a rendez-vous avec son avenir... » Un édito très intéressant signé du président du Conseil Général de la Moselle, Patrick Weiten: « ...sincèrement heureux de les partager (les bonnes nouvelles.) avec vous aujourd'hui et de vous assurer de ma détermination à poursuivre, à vos côtés, la bataille de l'attractivité et de l'emploi en Moselle. » pour avoir précisé plus en avant que « D'une ampleur inégalée, ce nouveau pôle d'affaires sino-européen va donner à notre département une plus grande visibilité et le positionner solidement à une échelle européenne. Concret, financé sans demande de subventions publiques et porté par des Européens, il est de nature à propulser la Moselle dans une nouvelle dimension économique. (Et de nous préciser...) Cette décision ne doit rien au hasard. Aprement défendue par vos élus départementaux, la Moselle a su mettre en avant les atouts de son territoire... » puis après avoir rappeler les logiques qualités de cette terre de Lorraine, « AvecTerra Lorraine, de nouvelles perspectives de développement s'ouvrent pour tout le tissu économique départemental. Elles vont s'accompagner de la création de plus de 3000 emplois directs dès la première tranche. » De quoi poser l'ampleur d'un projet qui pour de nombreux lorrains s'avère comme une possible renaissance pour ce qui est de son attractivité, pas moins développement économique et toujours possibles emplois à la clé. Aujourd'hui, c'est à dire bientôt -trois années- après « la première pierre », le rêve sino-européen s'apparente plus à un mirage qui pour certains, s'ignore de moins en moins. « Sur le terrain, quelques rares pelleteuses viennent encore niveler ou creuser, mais finalement, rien de nouveau! En tous cas pas suffisant pour rassurer toutes les voix qui commencent à se poser de sérieuses questions! Elles le sont d'autant plus que le temps passe...» croit savoir un dirigeant local, le moral un brin abattu, « C'est triste, mais j'ai passé l'âge de rêver, je sais que Rome ne s'est pas construite en un jour, mais pour Terra Lorraine, on perçoit que ce n'est pas l'urgence qui domine, au contraire, ici on nous apprend la patience... » et de nous préciser « J'ai une grande méfiance sur la pérennité du projet, des bruits font état de complications qui tentent à démontrer un tour de table ou certaines chaises se vident... » (…) « C'est formidable, d'un côté on nous explique que tout va bien, qu'il ne faut pas s'inquiéter, et puis l'autre, plus sombre, on nous parle de mystérieuses tractations clairement avortées. Bien sûr, on ne doute pas que des cachotteries de cette nature puissent rester lettre morte plus longtemps dans les médias qui suivent le dossier... » souhaite conclure notre source.



TerraLorraine, La surface offre un potentiel d'autant plus large.




"Reculer pour mieux sauter..."

Comme bien souvent en tel cas, il y a la communication officielle et puis les bruits de certains conciliabules qui traversent le capitonnage de certaines portes en général plutôt bien fermées. Faut-il devoir s'en inquiéter pour autant? A vrai dire, même si le calendrier des étapes semble connu de tous les acteurs de l'opération, il est très intéressant de voir que pour le grand public, le planning précis est un sujet encore tabou en 2014, pour preuve, aucunes dates précises semblent acquises à la planification du Pôle Lorrain TerraLorraine ! Comme quoi, la seule avancée de communication notable du genre serait à mettre au compteur d'ITEC Chengdu, dont la communication officielle du Conseil Général avançait fièrement la réalisation par l'opérateur COMEX Holdings au deuxième semestre... 2014! (Photo 2), Frédéric Basset se voulait pourtant si précis dans l'article du quotidien régional:  Frédéric Basset boit du petit lait. A la tribune, devant une salle comble, le patron du fonds d’investissement luxembourgeois qui investit 150 M€ cash à Illange décline son nouveau modèle d’affaires sino-européen : « Il va changer radicalement la perception que les deux pays ont l’un de l’autre. Et dans quelques années, on dira que tout a commencé à Illange et Chengdu. »  Hors un rapide exercice de recherche sur le site officiel d'ITEC China démontre que Chendgu verra bien le jour, mais pas avant... 2017! (Photo 3) Et ce peut-être plus en 2014, comme le croyait à juste titre la délégation constituée d'élus du Conseil Général et donc de chefs d'entreprises mosellans pour s'être rendue en Chine entre le 28 Octobre 2012 et le 2 Novembre 2012! (Photo 1) Mais bon, Finance Offshore a peut être un train d'avance que n'aurait visiblement plus le projet TerraLorraine? « Avec ce genre de nouvelles, c'est très évocateur. Ce n'est pas tant pour décourager les élus mosellans, bien au contraire, il faut savoir reculer pour mieux sauter comme certains aiment encore à le penser pour devoir mieux nous le répéter en boucle.» peste un autre dirigeant lorrain qui semble découvrir si mauvaise nouvelle. Car ce projet n'est pas s'en rappeler d'autres complications qui semblent s'inviter dans la partition, et là, c'est bien la politique actuelle de la Chine qui peut nous donner certaines autres pistes.



(1) La délégation des élus du Conseil Général de la Moselle en Chine. (2012).

(2) En 2012, Le Conseil Général annonce le premier ITEC à ''Chengdu'' 
pour le deuxième semestre 2014. (Source: Site du Conseil Général Moselle.)



(3) En 2014, le site officiel de la COMEX  Holdings annonce"Chengdu'' en...  2017!


En stand by?

S'il est acquis que des nombreux territoires chinois se sont effectivement lancés dans la création de clusters ou autres Hubs pour permettre la création de liens durables avec les européens ou d'autres, certains projets seraient en souffrance du fait de la réorientation de la politique économique centrale. Comprendre qu'aujourd'hui, les investissements prioritaires sont en fait à destination exclusive du véhicule financier monétaire, à savoir le fameux Renmbi et tout ce qui s'y rapporte. Pour s'en convaincre, Finance Offshore dispose d'importants relais au Luxembourg ou Genève en Suisse, deux pays qui s'affrontent pour récupérer la logique manne de cette course au placement monétaire. « C'est une réorientation actuelle de l'Etat centralisateur qui impose aux territoires de réserver leurs investissements sur des projets moins nombreux, mais plus efficaces pour soutenir certains ralentissements économiques et donc d'autant plus conjoncturels. » croit savoir notre source à Luxembourg. Mais rassurons-nous, si le véhicule financier monétaire marque une certaine priorité, de nombreux territoires souhaitent continuer « coûte que coûte » leur politique en logiques développements qui pour de nombreuses régions, « permet des infrastructures indispensables pour leur développement économique et la pérennisation de celui-ci dans le contexte d'une concurrence toujours plus tendue entre différentes régions chinoises, (…) En fait rien de différent avec un projet comme celui de TerraLorraine, le tout est de savoir comment tous ceux, qui acteurs économiques chinois considéraient TerraLorraine comme une réelle opportunité en 2012, considèrent ce même projet d'ampleur en 2014 et bientôt 2015, c'est à dire avec de nombreux retards sur leurs propres territoires, et donc une capacité d'investissements à l'extérieur en pause... » Nous précise notre source à Luxembourg.


L'avis de Finance Offshore...

Le projet TerraLorraine serait donc un projet en stand by? C'est bien la question posée par de nombreux élus, il est vrai, jamais trop en public... Toujours est-il, si d'aventure ce projet peut enfin décoller, un potentiel est bien acquis à la cause du département qui conserve si bonne place au coeur de l'Europe. Les efforts du Conseil Général de la Moselle sont égaux, tant pour la qualité des infrastructures que cette volonté affichée pour tirer un territoire vers le haut. Comme bien souvent en tel cas, patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Patrick Weiten est un président de Conseil Général qui sait l'importance de miser toujours et encore sur l'image d'un département transfrontalier si dynamique. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si le président de la Moselle s'en est ouvert dans une récente missive au premier Ministre Manuel Valls, lui instiguant la création d'un territoire expérimental transfrontalier rattaché au Luxembourg et à la Sarre... Histoire peut-être de grossir le point Mosellan sur la carte des bonnes intentions de la relance économique?  Le Conseil Général de la Moselle devrait pouvoir nous informer sur un calendrier plus précis de l'évolution programmatique de TerraLorraine. Là aussi, un autre bon point, si indispensable pour la communication du projet, les attentes sont visiblement encore réelles sur cet aspect.  A suivre...



TerraLorraine

(Source: Conseil Général de la Moselle.)


Le projet TerraLorraine , c'est :

Un pôle d'affaires et d'activités technologiques entre la Chine et l'Europe sur une superficie de 130 hectares, en 5 phases de construction étalées sur une période d'environ 10 ans.

Un lieu de rencontres dédiées uniquement aux professionnels européens et chinois : 

- 1er objectif : fournir aux entreprises chinoises un site pour construire des partenariats européens (2000 entreprises chinoises visées). 

- 2e objectif : accueillir également des entreprises européennes désireuses d'exporter vers la Chine, ou de construire des partenariats avec des entreprises chinoises vers des pays tiers. 

Des activités d'assemblages, de conditionnement, de logistique, de services après-vente qui viendront compléter le projet 

Un centre d'expositions professionnelles internationales

La création d'un minimum de 3.000 emplois équivalents temps plein pour la 1ère phase 

Un projet novateur avec un positionnement européen qui se différencie des autres projets existants en Europe car: 

- il ne s'agit pas d'un centre à destination de grossistes-distributeurs et encore moins d'un site de vente directe aux particuliers, mais d'un centre d'affaires de haute valeur ajoutée où des filiales ou des bureaux représentant les directions des entreprises seront installés.

- la dimension du centre est inégalée en Europe et vise ainsi à se positionner comme leader et pôle de référence pour les échanges entre l'Europe et la Chine. 

- ITEC est un projet concret, dont le financement est déjà assuré, porté par des européens mais construit en partenariat étroit avec les grandes fédérations professionnelles, nationales et régionales, des entreprises chinoises, qui l'ont validé. 


International Industry Trade Technology and Exhibition Center (ITEC) 

Pôle européen bilatéral d'affaires et de technologies entre l'Europe et la Chine. 

Phase zéro : organisation et fonctionnement des équipements 
La phase zéro de 230 347 m² de Surface Hors Oeuvre Nette (permis de construire accordé le 10/02/12), malgré sa dimension, n'est que l'amorce du projet.
Sa mise en chantier a commencé à l'automne 2012, les équipements seront livrés début 2015.


(A noter: Pour ce dernier point, le Conseil Général nous précise que TerraLorraine disposera de ses équipements début 2015, c'est à dire dans trois mois...)


Le site sera composée de

- un espace général d'accueil de 8 000 m². 

- un hall d’expositions (temporaires ou événementielles) de 20 000 m². 

- 20 000 m² de bureaux (sans show-room), occupés par l'administration du site, les services associés, et les entreprises. 

- 182 000 m² d'espaces de sociétés organisés autour d'une douzaine de zones thématiques économiques. 

- l'espace est conçu pour recevoir 2 000 entreprises, chacune occupant à titre permanent un espace moyen de 90 m² sur une douzaine d’espaces spécialisés correspondant à différentes familles de produits

Le financement de l'investissement de la phase 0 du projet 

- De l'ordre de 150 M€, il est assuré, sans demande de subventions publiques, via une société de capital risque (SICAR), domiciliée au Luxembourg, "listée", c'est-à-dire placée sous le contrôle et l'autorité de la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF). 

- Le financement de l'opération n'est pas chinois mais principalement européen.



Les atouts de la Moselle

La Moselle a su, pour ce faire, mettre en avant les atouts de son territoire : une vraie tradition industrielle, des infrastructures multimodales, une situation européenne privilégiée, une main d'oeuvre qualifiée et une action politique départementale en faveur du développement économique.


Le projet va être conduit et réalisé par TERRALORRAINE, une SAS filiale opérationnelle de la société de promotion immobilière internationale COMEX Holdings, qui porte le projet et en assure le financement.






Découvrez TerraLorraine sur le site du Conseil Général de la Moselle...


Cliquer sur l'image pour le lien actif.























Photographies: © -  TerraLorraine, CG57.Tous droits réservés pour tous pays.
Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.