samedi 27 septembre 2014

Luxembourg: Un Budget de l'état 2015 sous l'oeil de Moscou!


Jean-Claude Juncker, Xavier Bettel, ancien et nouveau premier ministre du Luxembourg. "Ou comment tourner la page..."


Luxembourg le 27/09/2014- Au Luxembourg, la réforme est en marche, la coalition gouvernementale explore les nouvelles règles de la gouvernance économique, comme pour de nombreux états européens, le budget devient cet exercice d'un partage entre pragmatisme et son lot d'inévitables arbitrages. « Cet opus suscite bien des réactions, il focalise l'attention de l'opposition qui place ainsi les intérêts particuliers sur l'intérêt général. Contrairement aux assertions des opposants, le budget de l'état 2015 sera bien le marqueur d'un pays qui se prépare un avenir. (…) Il y a des arbitrages, ils sont logiques, mieux, indispensables. C'est fort regrettable de voir des levées de bouclier sur certaines coupes budgétaires qui n'ont que pour objectif de préserver un modèle logiquement contraint à s'adapter aux nouvelles réalités. (…) Luxembourg n'est pas un îlot autistique, ici aussi, nous devons nous adapter, anticiper. Mentir, laisser mentir serait irresponsable, le courage politique doit résister à l'épreuve de vérité, nous sommes dans ce temps, celui d'une réforme salutaire!» croit savoir notre éminente source. Voici donc un assez bon résumé de l'ambiance qui prévaut à Luxembourg, le budget de l'état 2015 s'apparente à une véritable bataille rangée entre les différents antagonismes d'une classe politique toujours plus divisée « Celle ou l'opposition cherche par tous les moyens à piper le débat.» Pour s'en convaincre, celle-ci qui s'était vue bouter par un scandale retentissant du service de renseignement de l'état semble toujours bien disposée à freiner toutes les réformes, « Ancien parti au pouvoir qui finalement n'aura même pas été en capacité de susciter un débat salutaire dans ses rangs!», on apprend qu'à peine une année après les faits graves relevés par une commission d'enquête, que des parlementaires utilisent non sans vergogne «...tout un système de réseautage qui semble encore cacher sa véritable ampleur! » (Ndlr: Il est vrai que les langues commencent à se délier dans de nombreuses administrations.) Dans ce petit état doté d'un système monocaméral, une seule chambre parlementaire trône avec un contre-pouvoir d'autant plus relatif, « De nombreux hauts fonctionnaires en postes dans des cabinets ministériels n'hésiteraient pas à sortir des informations stratégiques au profit de l'opposition, à Luxembourg, certains hauts fonctionnaires n'ont rien à envier à l'oeil de Moscou!  On y enverrait des courriels et autres dossiers en PDF sans compter les autres clefs USB qui sortiraient pour balancer toutes les négociations internes à l'exécutif, (...) On ne se gène pas pour balancer à tout va. Tout y passe ou presque, cette situation n'a rien d'ubuesque, elle est la démonstration flagrante de porosités si graves et d'autant plus inadmissibles pour qui devrait se souvenir du scandale de l'état lié au service du renseignement et autres connexes. (...) C'est le haut de l'iceberg qui fait l'actualité, mais il ne faut pas ou plutôt plus se tromper, l'ampleur de ces pratiques y serait assez généralisée, on peut à présent s'interroger sur la propagation d'informations allant peut-être jusqu'à servir le profit direct d'états tiers ou certains groupes privés! Minorer cet aspect serait à présent d'autant plus gravissime pour la sûreté de l'état. Ce pays doit revoir de font en comble les procédures de recrutement et d'intégration et donc l'encadrement de la carrière de ses hauts fonctionnaires et autres premiers conseillers, et ne venez surtout pas me parler de leur fable du nouveau code de déontologie, la cerise sur le gâteau en somme!... » croit savoir notre source assez remontée pour ne pas dire un brin clairement écoeuré après l'actualité si peu glorieuse de l'affaire qui devait déjà pointer de graves altérations à l'état de droit. (Ndlr: Suite au scandale d'état, le Luxembourg s'est effectivement doté d'un nouveau code de déontologie assez conforme avec les standards actuels en Europe.) Il faut dire que ces pratiques de fuites présumées ''à grande échelle" sont vite tombées dans le domaine public, « Tant l'amateurisme des pratiques fait sens à une rare prétention, ici, certaines personnes semblent devoir se croire au dessus de tout, au point de s'accorder des libéralités avec des pratiques pour le moins désinvoltes. D'une façon certaine, un état dans l'état, reliquat d'un passé si peu lointain! C'est d'autant plus inquiétant que ceux qui sont à l'origine d'un tel édifice ne font même pas cas de la gravité que peuvent toujours représenter de tels agissements. On minore, on préfère nier, mais au final, qui sont ces serviteurs zélés d'un état de droit? » insiste notre source tout en s'interrogeant sur la grille de lecture à faire de ces récents événements. 

Un trop plein...

Au début, l'histoire pourrait faire sourire, l'actuelle ministre de la famille, Corinne Cahen (DP, Parti centre droit du premier ministre Xavier Bettel), nouveau ministre de la famille ayant reçu sur son téléphone portable ''par erreur'' (entre frêles guillemets) un présumé message ''SMS'' de l'ancien ministre de la famille Marc Spautz du Parti chrétien social (CSV); « en fait adressé à Pierre Jaeger, un des premiers conseillers du nouveau cabinet, puis la teneur de ce message qui pour le moins, s'est rapidement avéré comme très évocateur... », celui-ci devait donc y préciser le lien étroit entre ce conseiller est un parlementaire par ailleurs, « ...ancien ministre de la famille, et chef du principal parti d'opposition!» C'est dire que l'affaire allait devoir faire grand bruit, «Finalement l'occasion de faire voler en éclat une certaine omerta qui entoure des pratiques malheureusement bien plus répandues qu'il n'y paraît... Sans tomber dans la paranoïa, on constate de fait toute l'ampleur de la problématique, comment voulez vous travailler dans de bonnes conditions après de tels agissements si ces derniers semblent être avérés? (…) C'est clairement irresponsable, d'ailleurs, le cas serait loin d'être isolé, de nombreux ministères seraient confrontés à de tels agissements,(...) Ce cas fait force à une goutte d'eau qui risque de faire déborder un trop plein d'un même vase! » croit savoir notre source non sans humour et de nous rappeler qu'un précèdent avec une fuite « aurait permis au journal Wort de révéler en juillet dernier les plans du gouvernement afin d'instaurer une nouvelle contribution généralisée de 0,5 % pour financer la Petite enfance...» complète notre source, nous donnant peut-être ici la meilleure clef pour expliquer une telle dérive.


Boîte de pandore...

Le débat du budget de l'état 2015 suscitant logiquement l'intérêt de l'opposition qui voit ainsi là une belle occasion de tacler non sans relâche toutes les orientations programmatiques de la coalition au pouvoir qui pour le coup, doit plus que jamais, «...accorder ses violons.» Composée du DP, Parti de centre droit du premier Ministre Xavier Bettel, et des socialistes avec le LSAP du Vice premier ministre Etienne Schneider et des Verts luxembourgeois, l'exécutif se doit faire sens à l'électorat de ses différents groupes pour l'édification d'un budget qui explore de nouvelles contraintes comme la fin de l'apport du commerce électronique ou les premiers effets macroéconomiques qui touchent certains secteurs clefs. Le pays résiste plutôt bien par rapport à ses ''grands'' voisins, mais se doit réorienter son économie pour se trouver une issue plus inclusive avec la préservation de certains acquis et la définition salutaires de politiques plus offensives et donc compétitives comme pour l'économie. Dans l'ensemble, l'exécutif n'a pas à rougir de ses premiers arbitrages, bien que contraint, le pays faire force d'adaptation et marque certains bons points, mieux, il démontre un plan ambitieux de relance économique et fonde ses espoirs sur la logique du dialogue préservé, la fameuse tripartite qui se veut ce lieu commun des négociations entre gouvernement, syndicats et bien sûr, patronat. Pour l'heure, nous allons voir comment le haut de l'exécutif va réagir, « Et peut-être saisir si belle balle au bond! Mais il est clair que l'ambiance va se détériorer dans certains cabinets, on veut en faire un non-événement, mais la boîte de pandore est bien ouverte! » instigue une autre source. On le voit, à Luxembourg, le scandale retentissant de l'état lié au service de renseignement n'aura visiblement pas permis de faire un certain ménage...

L'avis de Finance Offshore...

Les négociations qui entourent les travaux du Conseil de gouvernement pour le budget 2015 suscitent de logiques réactions, comme bien souvent en tel cas, l'édification d'un nouveau budget de l'état devient rapidement le curseur des thèses programmatiques d'un exécutif, pas moins des logiques contre-propositions de ses principaux opposants. Au Luxembourg, la coalition est le fruit d'un équilibre ''de circonstance'' qui devait sortir le gouvernement du chrétien social Jean-Claude Juncker, longtemps jugé indéboulonnable. Aujourd'hui la donne est différente, M. Juncker est à Bruxelles vers un destin toujours plus européen, cependant à Luxembourg reste tout un pan d'orphelins du parti chrétien social qui semblent avoir les plus grandes peines à comprendre qu'une page se tourne. Les plus jeunes du parti chrétien social (CSV, principal parti de l'opposition gouvernementale.) sont eux-mêmes confrontés à certains ''vieux démons'' qui plombent leur volonté si clairement affichée de réformer le parti historiquement toujours le plus grand du pays. Le budget 2015 est un point culminant de la nouvelle coalition gouvernementale, il met forcément en exergue les antagonismes des différents partis, chacun tirant sa couverture, pourtant il n'est d'électorat qui soit à moins considérer pour faire l'unique jeu d'un éminent portefeuille ministériel par rapport à un autre, il faut donc une coalition de réelle cohésion. L'exercice est complexe, mais en rien impossible, car étrangement l'unité de la nation semble toujours devoir rester cette principale référence de ceux qui dans un même temps, ne se privent pas de creuser des sillons toujours plus... clivants! Nous allons donc voir comment la coalition ''Gambie'' fera sens à l'indispensable besoin de réformes, pour l'heure il semble urgent que le pouvoir s'intéresse dans le détail à la nomenclature de certains cabinets ministériels... Minimiser cet aspect pourrait s'avérer rapidement contre-productif pour tous ceux qui misaient sur la fin de certaines dérives tout en assurant vouloir défendre un réel avenir à l'état de droit en démonstration... 





















Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.


Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.