mercredi 27 août 2014

France: Emmanuel Macron, nouveau Ministre de l'Economie!

M.Emmanuel Macron, nouveau ministre français de l'Economie, de l'industrie et du numérique.



26/08/2014- Après l'épisode Montebourg, l'Elysée veut garder la bonne main sur le ministère stratégique de l'économie, alors que le nom de Michel Sapin était évoqué dans les coulisses de Matignon, c'est bien Emmanuel Macron (36 ans) que le président français place à Bercy. Un choix judicieux du président français pour mieux rassurer les milieux économiques français. Emmanuel Macron par son profil expert offre un sérieux gage à l'objectif que s'est fixé François Hollande, le proche de Jacques Attali est un homme de l'ombre pour le grand public, peu connu, il devra aussi s'imposer dans l'arène gouvernementale. L'ex-secrétaire général de la présidence de la République va devoir exporter ses talents au service d'un ministère sur qui reposera l'essentiel de la stratégie du changement si chère à François Hollande. Loin du style Montebourg, l'homme est plus discret, son passage remarqué chez Rotschild comme banquier d'affaires donne une piste sur ce profil atypique qui se partage entre finances et philosophie, en effet Emmanuel Macron fut l'assistant de Paul Ricoeur pour son oeuvre "La Mémoire, L'histoire, L'oubli", et ce avant de devenir secrétaire général adjoint de l'Elysée de 2012 à 2014. Bien en avant, Emmanuel Macron avait été rapporteur puis membre à part entière de la mission de Jacques Attali pour la "Libération de la croissance", en 2007, tout juste avant de devenir banquier d'affaires chez Rotschild, de 2008 à 2012. Jacques Attali s'est d'ailleurs immédiatement félicité de cette nomination sur son compte Twitter. Intime de Michel Rocard, Emmanuel Macron est présenté comme une des chevilles ouvrières du programme économique de François Hollande, Emmanuel Macron a animé le groupe ''de la Rotonde'' avec les économistes Philippe Aghion, Gilbert Cette et Elie Cohen. 


''Un garçon hors norme...''

Ses collègues louent son sens de la synthèse et son tact, l'homme est besogneux, organisé, capable de déléguer, mais aime travailler en droite ligne avec le président de la République. « Ils sont sur la même longueur d'onde, ensemble ils préfèrent un travail pragmatique s'évitant les détours inutiles, l'axe direct avec le président est clairement préservé, le premier ministre Valls devra rapidement le comprendre. » croit savoir notre éminente source à Paris. « C'est un garçon hors norme », soulignait dans un article de « Libération » François Villeroy de Galhau, numéro trois de BNP Paribas et ancien directeur de cabinet de Dominique Strauss-Kahn. On parle souvent d'une personne ''à la tête bien faite'', Emmanuel Macron est cinquième de sa promotion à l'ENA (inspecteur des finances), tentant une brève incursion dans la politique locale de sa région du Pas-De-Calais. Fort en relations humaines, mais sans pour autant obtenir d'investiture pour y défendre un tremplin vers un mandat local. Pour de nombreux observateurs qui le suivent ou le pratiquent, E. Macron fait preuve d'une rare maturité dans les relations humaines « Elles sont assez impressionnantes au-delà de son jeune âge, il écoute et semble toujours vouloir accompagner son auditeur, il veut comprendre et lance le débat. (…) Par contre, il défend rapidement ses idéaux, au point de porter la contradiction à certains de ses premiers propos... » croit savoir notre source, un parcours de philosophe n'y est sans doute pas étranger. Son DEA en philosophie offre une matrice intéressante sur ses capacités pour créer du lien avec de l'écoute. « J'ai fait beaucoup de politique locale dans le Pas-de-Calais, dans la région de Berck, Etaples, Le Touquet, mais je n'ai jamais été investi, dit-il. Finalement, j'ai eu deux chances, d'abord que les socialistes du Pas-de-Calais ne veuillent pas de moi et puis que Nicolas Sarkozy soit élu en 2007. C'est ce qui m'a poussé à devenir banquier. » devait préciser le nouveau ministre lors d'un entretien. Ce garçon de bonne famille comme on le dit si bien en province, est aussi celui d'une gauche de la méritocratie à la française. Fils d'une famille de professeurs de médecine de l'hôpital d' Amiens, son engagement politique de gauche trouverait son origine dans sa relation avec l'histoire familiale et le lien étroit avec sa grand-mère. Pour l'heure, « Le président de la République persiste ainsi sur la politique de l'offre, au niveau français on ne peut pas faire une politique franche de relance, pour cause d'absence de réelles capacités financières, les entreprises ne peuvent aller plus loin. (...) Portant le vrai débat pour que le ''dossier croissance'' monte assez rapidement au niveau européen. Il nous place un ''bon petit soldat'' qui marche aux pas, mais attention, il faut s'intéresser à l'aspect munitions, on ne fait pas une guerre les poches vides! (...) Aujourd'hui la France a une mission, que l'Europe change son fusil d'épaule! Il faut un plan global pour une solution globale, la nouvelle commission Juncker doit avoir une feuille de route précise, la France doit avoir son mot à dire, les allemands le comprennent que trop bien! » instigue une autre source à Paris.  


Bilderberg...


Emmanuel Macron, le nouveau ministre français de l’Economie était un des représentants de l'Elysée pour la réunion annuelle du groupe Bilderberg, elle a eu lieu cette année à Copenhague les 31 mai et 1 juin dernier. M. Macron y assistait en qualité de conseiller de François Hollande à la présidence de la République. Le nouveau ministre de l'économie est jugé comme un ancrage vers le libéralisme pragmatique. Pour de nombreux partisans du Parti Socialiste et de la gauche, le choix de François Hollande ne serait qu'une caution pour donner un gage à la droite et aux milieux capitalistiques et économiques français pas moins européens. Il est vrai que les agences de notation s'inquiétaient de la sortie de Montebourg et des possibles conséquences sur les capacités opérationnelles de la majorité du président français qui depuis s'est visiblement trouvé un autre ennemi que la finance...
Document:

Ci-dessus,  les preuves de la présence de M. Macron à la réunion du Bilderberg. (Juin 2014).


Ce groupe fort décrié par de nombreux alter-mondialistes qu'est le Bilderberg réunit chaque année pendant deux jours les principaux dirigeants économiques et politiques ainsi que quelques journalistes triés sur le volet. Ce cénacle est un de ceux qui tentent coordonner l’application internationale du dogme néo-libéral et sert souvent de curseur sur les orientations des gouvernements. Depuis quelques années son influence serait en déclin, faute de pouvoir s'appuyer sur des solutions capables d'apporter des résultats finalement concrets. Mais la réunion est un cadre de réflexion qui intéresse encore bon nombre de responsables politiques ou capitaines d'industries. Henri de Castries, président de la compagnie Axa, préside d'ailleurs le groupe Bilderberg, il ne cache pas à ses interlocuteurs privilégiés que ce  groupe est bien éloigné de la cible dont il est bien trop souvent l'objet, on reproche à ce groupe d'être une de ses officines ''assez occultes'' qui n'auraient que pour objectif de servir les puissants... Il faut dire que différents profils intéressants s'y croisent, par exemple l'éminente directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, elle même ancienne ministre française de l'économie de Nicolas Sarkozy, mais également la socialiste Fleur Pellerin, alors secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur et maintenant nouveau ministre de la Culture, François Baroin, UMP, et Nathalie Nougayrède, ex-directrice du Monde, journal possédé par MM. Bergé, Niel et Pigasse, tous deux très proches de l'Elysée étaient quelques-uns des membres de l'opus de Copenhague. Cette information est largement diffusée au sein des rangs parlementaires socialistes depuis le choix de M. Macron et ce bien que l'actuel premier ministre Valls ou l'ex-ministre Montebourg y étaient invités lors de précédents opus... 


L'avis de Finance Offshore...

Les frondeurs le soulignaient trop peu, il faut s'attaquer au poids de l'état dans les déficits publics, augmenter les impôts ne sera plus possible, les seuils sociaux sont au maximum, il faut recréer de l'activité et donc de la croissance. C'est la grande mission de monsieur Emmanuel Macron, Ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique, il devra trouver une réponse capable d'éteindre les critiques du « tout austérité ». Pour assurer un continuum à sa politique, le président français met en avant un profil moins connu du grand public, il avait refusé cette hypothèse à Manuel Valls pour son premier gouvernement! Aujourd'hui la donne est différente, après l'épisode Montebourg, il prend grand soin de verrouiller le ministère de l'économie en créant un axe capable de préparer sa stratégie dont visiblement, le premier ministre devra aussi faciliter l'objectif. Comme notre source le précise, c'est bien au niveau européen que se trouve encore la meilleure clef du problème, François Hollande tient là une occasion de replacer la France sur l'échiquier. Les indicateurs sont formels, il faut que la cohérence soit plus forte entre les exécutifs européens, la croissance est à portée de main, reste à savoir qui la tendra... Par ce choix, comme avec Florence Boone à l'Elysée pour le conseiller, François Hollande donne de sérieux gages à la communauté financière et économique, mais qu'en est-il de la gauche et du parti socialiste?










Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.


Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.


Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.