dimanche 24 août 2014

Arnaud Montebourg charge Hollande pour mieux plomber Valls!


Arnaud Montebourg, ministre français de l'économie: "...Frondeur?"


21/08/2014- Arnaud Montebourg ne fait pas l'économie d'une critique contre l'axe actuel du président du changement, celui qui dirige le ministère de l'économie y va plutôt fort! Dans une diatribe digne d'un réquisitoire, l'ancien avocat tacle subtilement son président lors de la fête de la rose de Frangy. Etrange posture assez critique pour celui qui n'avait de cesse de promouvoir le besoin de cohérence dans les rangs du gouvernement, Pierre Moscovici s'en souvient encore. Après le remaniement et la sortie de Pierre Moscovici de Bercy, le ministre fait « sa rentrée politique », il dit tout le bien qu'il pense d'un entêtement du président le plus impopulaire de la cinquième république, marquant au passage sa fidélité à l'exécutif dont seul 17% des français croient encore au chef, le président du changement... 40 députés socialistes ne suivent (déjà) plus le président, la fronde gagne en ampleur! Arnaud Montebourg instigue un salutaire changement de cap, et réclame avec Benoît Hamon, ministre français de l'éducation nationale une réorientation politique majeure,  « ...sans l'atténuer, sans la noircir. » précisera le ministre français de l'économie. Il va plus loin, pour lui, l'austérité est bien cette voie « ...sans issue » (…) « Merci Monsieur Barosso! » (l'actuel président de la commission européenne.), comprendre que le président français fait fausse route et lui instigue au passage de faire toujours plus pression sur l'Allemagne qui voit certains premiers voyants virés au rouge. Sur la situation du pays, le ministre dresse un constat sans appel, le pays est enferré dans une mauvaise dynamique, les choix du gouvernement pour ce qui est de la dette et la maîtrise de son déficit abyssal seraient inappropriés pour relever les défis de l'emploi et d'un retour à la croissance. 



Les frondeurs gagnent en ampleur!...

Le ministre vient d'ouvrir une sérieuse brèche dans l'exécutif, libérant la parole de tous ceux qui comme lui, considèrent qu'un certain plafond de verre serait clairement... atteint! Il faut dire que nos sources soulignent une dégradation des relations à l'intérieur même de l'exécutif, des conseillers souhaiteraient à présent « se réorienter » et de nombreux parlementaires n'ont de cesse de faire remonter un mécontentement grandissant, « ...les frondeurs gagnent en ampleur! » croit savoir notre source à Paris très proche du pouvoir. Un contexte assez particulier pour cette rentrée politique jugée à haut risque, Arnaud Montebourg dispose de l'avantage se son bilan, à l'économie « ...on relève que la Banque pour l'investissement de l'état vient souvent compenser les lenteurs des banques privées pour soutenir les entreprises... », les commissaires au développement productif engrangent des résultats convaincants, mais «  manquent cruellement de lisibilité dans le grand public! » croit savoir notre éminente source à Paris, un effet logique de décalage entre missions et qualité perçue sur le terrain, comprendre résultat. Côté Elysée, on donne quelques gages en s'attaquant à la redéfinition d'une nouvelle stratégie « plus offensive sur le front de la croissance et de l'emploi, la ligne est plutôt claire... », déplacer le débat et tenter « globaliser la stratégie au niveau européen. » Serait pointée la différence d'approche entre l'Allemagne et ses partenaires européens, l'économie allemande elle-même commence à tutoyer dangereusement le risque de la récession! Il est important de s'éviter une voie sans issue, l'austérité semblant montrer ses limites, les états doivent réactiver une dynamique capable d'éviter le risque grandissant d'une trop grande déflation déjà très présente en Zone euro. En jurant leur loyauté au couple exécutif; les deux ministres frondeurs « placent l'Elysée au pied du mur! » pour cette rentrée politique...


Menace déflationniste...

Samedi, le ministre Arnaud Montebourg ouvrait le bal dans les colonnes du journal « Le Monde », y dénonçant la politique de rigueur tout en défendant « l'autre stratégie » quand son président assurait vouloir rester sur sa ligne... Dimanche, le ministre de l'éducation lui emboîtait le pas dans « Le Parisien », fustigeant la politique d'outre Rhin tout en se disant « pas loin des frondeurs... » du parti socialiste. C'est dire que les oreilles du président français doivent siffler, en fait «... des signes qui ne trompent pas ou plus, l'exécutif a beau faire figure d'une équipe soudée autour de Manuel Valls et donc le président Hollande, en fait il n'en est rien! » complète notre source. Le premier ministre est loin de faire l'unanimité sur « sa méthode », pire, il semblerait que le nouveau locataire de Matignon soit au bord de la rupture avec certains ministres « Il y a la façade, mais les premiers plâtres tombent, il ne parvient pas à s'imposer avec une stratégie claire, il devient qu'un super-chef de cabinet bis du président, seulement et malheureusement! » croit savoir notre source à Paris. A lire les récents sondages d'opinion, les français sont assez d'accord avec cette impression d'un exécutif qui manque cruellement d'un esprit d'équipe, celui d'un certain jeu collectif. Manuel Valls est actuellement en très grande perte de vitesse dans les sondages... « Finance Offshore » participera à l'étude sectorielle des économistes indépendants dont il est l'initiateur, une opération pour démontrer que la politique économique européenne est dans une voie hautement risquée, le risque de déflation pouvant contribuer à une récession globale en Zone euro! De ce projet nous vous reparlerons très bientôt. 


On le fait en parfaite loyauté...

Pour l'heure, le Parti socialiste ne voit pas la vie en rose, même si la fête éponyme d'Arnaud Montebourg bat un certain rappel des bonnes intentions, c'est au niveau de l'Elysée que le vrai signal est attendu. « Il y a aujourd’hui un débat, qui existe en raison de faits nouveaux: l’isolement de Mme Merkel, la menace de la déflation, et ce débat il justifie, comme beaucoup d’économistes le suggèrent, comme beaucoup de chefs de gouvernement le demandent, d’être mené. On le fait en parfaite loyauté », devait préciser le ministre français de l'économie Arnaud Montebourg, devant la presse à son arrivée à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire) tout en estimant que face à « une situation nouvelle très grave qui s’appelle la menace déflationniste » il est « normal, pour le ministre de l’Economie, d’ailleurs (pour) tout homme d’Etat, d’ouvrir le débat ». Sur ce (bon) point, le ministre pourra se prévaloir de réveiller les consciences, fort de son constat sur la situation actuelle, il est en droit de souligner l'urgence au président de la république, un François Hollande qui conservera le choix de la juste interprétation qui se devra être faite de ce débat ainsi ouvert. Selon Arnaud Montebourg, le débat, qui « a commencé sur la table du conseil des ministres déjà il y a plusieurs mois » doit être mené « devant l’opinion publique, avec les Français, avec les parlementaires, avec l’opposition ». Et le président ? « Eh oui! » Rejoint par Benoît Hamon sur la grille de lecture de cette prise de position plutôt ferme contre un certain flottement Elyséen: « On peut avoir un avis, une conviction, l’exprimer et être loyal », assure le ministre de l'éducation, qui « évidemment » reste au gouvernement alors qu'Arnaud Montebourg, non sans humour devait préciser: « Je vais lui envoyer une bonne bouteille de la ''cuvée du redressement'' au président, hein! », référence aux quelque mille bouteilles mises en vente pour cette 42em édition. « Je vais apporter une bouteille à tous les membres du gouvernement », ajoute-t-il pas peu fier d'avoir libéré la parole au sein d'un exécutif qui risque de mesurer l'impact d'une telle initiative. Reste à savoir si François Hollande veut trinquer! Pour l'heure du côté du premier ministre, son entourage fait savoir "Qu'une ligne jaune a été franchie!" A suivre...

















Notez Bien: Arnaud Montebourg charge Hollande pour mieux plomber Valls!: "Plomber": L'action du premier ministre. 













Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.

Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.


Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.