mardi 8 juillet 2014

UE: RTL Group plombé par le délire hongrois de Viktor Orban!

RTL Group prépare sa révolution pour faire sens au droit!


08/07/2014- L'annonce de la nouvelle taxe sur les médias mise en place en Hongrie n'en finit pas d'irriter les milieux d'affaires et politiques. « Si la Hongrie ne fait pas force de rectifier le tire, il y aura tout un pan d'investisseurs qui risquera bel et bien de déserter le pays de Viktor Orban! Du grand n'importe quoi, l'amendement qui fait sens au délire collectif est un non sens économique absolu! Mettre en place un régime de lourdes ponctions fiscales visant des secteurs économiques clefs dominés par l'investissement bienveillant des sociétés étrangères démontre une politique suicidaire. (…) C'est un peu comme si Victor Orban changeait les règles d'une finale de coupe du monde entre la première et la deuxième mi-temps d'un même match! On ne pouvait pas envoyer pire signal à tous ceux qui s'intéressent aux potentiels pourtant très présents dans ce pays. » croit savoir notre éminente source à New-York.


Heures sombres...

Il faut dire que la décision non-concertée avec les milieux économiques commence à faire grand bruit, cet impôt avait été adopté au pas de charge en juin dernier et aussitôt dénoncé par les médias comme une tentative à peine voilée de mainmise du gouvernement sur leur secteur. « Une telle décision nous renvoie aux heures sombres d'un pouvoir autocratique désireux de museler la liberté d'opinion, pas moins par extension celle de l'entreprise. » insiste un haut diplomate en poste à Bruxelles. Largement dominé par les conservateurs du Premier ministre Viktor Orban, vendredi le parlement hongrois a alourdi une taxe déjà très controversée sur les médias en y supprimant ''à posteriori'' une ''prétendue faille'' dans le texte. Cet amendement supprime une disposition qui permettait aux médias de déduire leurs pertes des années précédentes du revenu assujetti à la super-taxe, qui peut atteindre jusqu'à 40 % (!) ...des revenus publicitaires. D'après certaines simulations du secteur, le taux le plus élevé toucherait que la chaîne RTL-Klub, filiale de l'allemand RTL Group. « Cette prétendue faille qui existait dans la précédente mouture de la dite taxe devait porter sur un montant de 1,9 millions d'euros pour ce qui est de cette taxe, et ce au lieu des 9,7 millions d'Euros, c'est dire que l'impact s'en ressentira. » Croit savoir un analyste spécialiste des investissements médias.

Du côté de RTL Group, on annonce que la nouvelle législation adoptée en Hongrie pour « réguler le secteur de la publicité » coûtera 15 millions d'euros à son bénéfice net en 2014. Le premier diffuseur média européen précise qu'il passerait « une charge de dépréciation sur ses actifs hongrois au premier semestre ». L'EBITDA (Comprendre bénéfice avant impôts, dépréciation et amortissement) représente pour 2013, 15 millions d'euros sur un chiffre d'affaires d'environ 100 millions d'euros sur les comptes de RTL Group.




Guillaume De Posh et Anke Schäferkordt.


Justice...

Andreas Rudas , vice-président de RTL Group en Hongrie et président de la filiale hongroise a déjà annoncé que RTL Group envisageait de contester « la nouvelle taxe devant la Cour européenne de justice à Luxembourg. »

Guillaume De Posh et Anke Schäferkordt, tous deux co-présidents exécutifs de RTL Group devaient préciser dans un communiqué: « RTL group continue d'enregistrer une performance opérationnelle solide en 2014. Mais selon de premières évaluations, l'impact sévère de la nouvelle taxe publicitaire en Hongrie provoquera une situation structurelle déficitaire et réduira le bénéfice net de RTL Group en 2014. » et de logiquement s'inquiéter: « Nous sommes déterminés à poursuivre toutes les options pour protéger nos actifs contre cette taxe -confiscatoire- », poursuivent les deux patrons de RTL Group, qui soulignent que leur annonce « envoie un signal d'alarme pour tous les investisseurs internationaux en Hongrie », et appellent le gouvernement hongrois à revenir sur cette politique « qui soulève de graves préoccupations concernant la liberté de la presse en Hongrie. » 


L'avis de Finance Offshore...

Bien fondé à considérer cette manipulation ''à posteriori'' de droit comme une taxe clairement -confiscatoire- et ce comme justement souligné par Guillaume De Posh et Anke Schäferkordt, tous deux co-présidents de RTL Group, on découvre ici la véritable politique de Viktor Orban et consorts. L'impact est double, il touche la réputation de la Hongrie emprise dans une politique économique contre-productive en renvoyant un nouveau signal aux investisseurs internationaux qui comprendront le risque que va représenter une telle désinvolture. On ne peut faire confiance à un pays qui agit ainsi, l'aspect si imprévisible de sa politique instigue à la plus grande prudence pour tous les investisseurs étrangers qui ne trouveront plus en Hongrie qu'un terrain finalement que miné! Il faut préciser ici que pour très grande part, même les médias inféodés au pouvoir se sont largement émus de cette immixtion jugée verticale et « clairement inappropriée! » Le deuxième risque est bien de voir des médias définitivement muselés et dans l'incapacité de garantir une logique pluralité d'opinion, pas moins liberté d'expression! Cette récente décision participe d'une inquiétude grandissante sur la trajectoire de ce pays, elle se partage bien au delà des seules frontières de l'Union européenne! A suivre.

























Photographie: 1-(Montage Finance Offshore.) / 2- Tous droits réservés pour tous pays.

Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.

Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.