vendredi 11 juillet 2014

Luc Frieden, question de choix pour la déontologie politique au Luxembourg?


Luc Frieden, l' ancien ministre luxembourgeois des finances souhaite se réorienter...


11/02/2014- L'ancien ministre des finances du Luxembourg l'a clairement annoncé, il va quitter la politique pour rejoindre à Londres le comité exécutif de la Deutshe Bank en qualité de vice-président pour informer le conseil d'administration sur -les aspects stratégiques des affaires internationales et européennes-Elu député du CSV (Parti chrétien social luxembourgeois) aux récentes élections « anticipées » suite au scandale d'état lié au service du renseignement, Luc Frieden par ailleurs cité par les médias pour sa gestion de l'affaire aura été auditionné dans ce dossier en qualité d'ancien ministre, il souhaite à présent ''prendre le large'' pour rejoindre une nouvelle carrière dans le privé. 


Commission d'enquête?

Ce brillant diplômé de Harvard aux USA, par ailleurs ancien gouverneur associé de la Banque mondiale qualité es ministre des finances souhaite capitaliser sur ses multiples expériences au service de l'état luxembourgeois. Au pays, l'annonce récente de ce départ ne laisse pas indifférent tout un pan de la vie politique locale: « La surprise de cette annonce dans un calendrier lié avec les prochains congés de la nouvelle législature suscite de nombreuses interrogations. (…) Chacun peut comprendre que le curseur du nouveau code de déontologie applicable se devra respecté à la lettre. M. Frieden tient à sa disposition ''une base documentaire stratégique'' entre guillemets de l'Etat luxembourgeois comme pour sa place financière aux dimensions internationales. » croit savoir une de nos sources à Luxembourg. Pour d'autres observateurs y compris parlementaires luxembourgeois « Il faut la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire pour comprendre les mécanismes et objectifs qui poussent au choix personnel et donc privé de l'ancien ministre. Elle devra s'intéresser au contexte et à l'origine même de cette nouvelle orientation professionnelle, elle est d'autant plus inexplicable que l'ancien ministre s'est représenté aux très récentes élections anticipées. (NDLR: Certains responsables politiques pensent "peut-être" que l'ancien ministre a négocié cette sortie alors -qu'il était en poste aux finances-, le nouveau code de déontologie instiguant "une mise en quarantaine" de deux années pour toutes fonctions liées à un secteur d'activité précis, -du fait des relations nouées-, dans ce cas précis, finances et banques...)  (…) Chacun peut comprendre que la vigilance du gouvernement se doit être exemplaire, intégrale sur le sujet! (…) On veut des réponses précises sur les désirata du futur employeur de l'ancien ministre, on se doute bien quelles sont les qualités objectives qui peuvent l'intéresser, mais tout autant sur le choix de cette nouvelle orientation professionnelle par l'ancien ministre, se pose la question d'un nouveau code de déontologie qui se doit protéger les intérêts vitaux de l'état, chacun connaît les raisons qui poussèrent à son édification, toutes situations proches d'un possible conflit d'intérêts y comprises dans un futur proche seraient clairement préjudiciables à l'état du Luxembourg. (…) Loin de nous de penser à l'idée d'une prise de fonction avec contreparties, mais cette commission de déontologie doit rapidement s'intéresser à la question. Le Luxembourg étant actuellement visé par certains griefs de la Commission européenne comme sur l'installation de sièges de sociétés multinationales pour avoir bénéficié de la pratique du ruling, ce dont l'ancien ministre n'est en rien absent. L'ancien ministre détient une surface très importante sur les ressorts stratégiques de la place financière, ses groupes dont de nombreux concurrents de son possible futur employeur, et même plus important, sur des accords avec des puissances étrangères comme la Chine ou le Qatar pour ne devoir citer que deux exemples évidents. Le périmètre de sa future fonction hautement stratégique pour la banque qui souhaite intégrer l'ancien ministre pose de sérieuses interrogations, le pire serait de découvrir rétroactivement le risque de possibles immixtions, fussent-elles involontaires à priori ou plus grave, à posteriori. » croit savoir notre source à Luxembourg. Luc Frieden lui semble considérer que cette décision -d'ordre privé- ne concerne pas ses collègues du parlement, (NDLR: il a d'ailleurs annoncé démissionner de son actuel mandat de député du groupe CSV.) pas moins devoir se poser la question d'un possible potentiel conflit d'intérêt avec l'état, on devait apprendre ce jour que le premier ministre, Xavier Bettel était logiquement informé de cette décision à caractère "personnel et donc privé."


Déontologie...

C'est très certainement une commission d'enquête (sur l'éthique) qui serait la plus à même de vérifier les logiques inquiétudes que pose cette récente annonce de l'ancien ministre des finances. Outre la surprise de cette annonce dans un calendrier si "spécifique", « On veut connaître les motivations, est-il besoin de préciser que l'ancien ministre (alors pour avoir été en poste à la justice) a déjà été entendu par une autre commission d'enquête dont chacun se rappellera la résultante, (création d'un nouveau Code de déontologie!) ce n'est pas à monsieur Frieden de décréter que sa décision étant privée, qu'il se doit pour autant pouvoir ''privatiser'' le rôle d'une possible commission de parlementaires, la déontologie n'est pas une affaire privée, l'initiative doit et restera dans le camp du parlement! » croit savoir une autre source. Nous allons donc voir comment les parlementaires vont actionner le respect de ce nouveau code de déontologie, l'ancien ministre des finances ayant certainement de sérieux gages pour faire sens à leurs logiques interrogations. A suivre...


Luc Frieden, un Cv qui pour certains risque de poser quelques risques de conflit d'intérêt sur ces éminentes fonctions pour l'Etat luxemboourgeois...


Luc Frieden a fait  des études de droit au Centre universitaire de Luxembourg et à l’université Paris I (Panthéon Sorbonne), où il obtient une maîtrise de droit des affaires en 1986.
En 1987, il obtient un Master of Comparative Law and Legal Philosophy de l’University of Cambridge (Royaume-Uni) et, en 1988, un Master of Laws de la Harvard Law School (États-Unis). Pendant ses études à Harvard, il suit également des cours à la John F. Kennedy School of Government. Au cours de ses études postuniversitaires, il rédige un mémoire intitulé "Media newsgathering by satellites" publié en 1989 par le Stanford Journal of International Law.

Fonctions ministérielles

Le 4 février 1998, à l’âge de 34 ans, Luc Frieden est nommé ministre de la Justice, ministre du Budget, ministre aux Relations avec le Parlement. Il est chargé de coordonner les travaux gouvernementaux relatifs à l’introduction de l’euro au Luxembourg.
En 1999, il est nommé de nouveau ministre du Trésor et du Budget, ministre de la Justice.
À la suite des élections législatives de juin 2004, Luc Frieden est reconduit dans ses fonctions de ministre de la Justice, en charge de l’ensemble des questions de sécurité intérieure, et de ministre du Trésor et du Budget.
De juin 2004 à février 2006, Luc Frieden est également ministre de la Défense.
Lors de la Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne en 2005, Luc Frieden préside les Conseils des ministres de la Justice, des Affaires intérieures et de la Défense.
À la suite des élections législatives du 7 juin 2009, Luc Frieden est nommé ministre des Finances en date du 23 juillet 2009. Suite à un remaniement ministériel, Luc Frieden est également nommé ministre des Communications et des Médias en date du 30 avril 2013.
Luc Frieden représente le gouvernement luxembourgeois au Conseil des ministres de l’Union européenne dans la formation "Affaires économiques et financières" ainsi qu’aux réunions de l’Eurogroupe, dans la formation "Transports, télécommunications et énergie" pour la partie Télécommunications, ainsi que dans la formation "Éducation, jeunesse, culture et sport" pour la partie Audiovisuel.
Luc Frieden est gouverneur de la Banque mondiale depuis le 4 février 1998.



* Source: Gouvernemet du Grand-Duché de Luxembourg.










Photographie: UE Tous droits réservés pour tous pays.

Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés - Images may be subject to copyright.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.