lundi 26 mai 2014

UE: Juncker ou le grand marchandage de la présidence de la Commission!


Monsieur Jean-Claude Juncker prépare son grand oral!


26/05/2014- Comment et par qui les élections européennes vont-elles assurer une redistribution des cartes? C'est la question que les chefs d'états européens devront trancher ce mardi à Bruxelles. Pour le candidat Jean-Claude Juncker, (59 ans) tête de file du PPE  (Parti Populaire Européen.), les résultats sont sans appel. Son parti totalisant le plus grand nombre de sièges au Parlement européen, 212 sièges contre 186 pour le PSE (Parti Socialiste et démocrate Européen.) de Martin Schulz, l'ancien premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker est bien fondé à défendre si belle victoire. Pour parvenir à son objectif, il lui faudra mettre dans la balance le respect de la fameuse règle qui prévaut à cette élection, faisant la juste lecture des engagements de tous les grands partis politiques, pas moins la promesse de leurs candidats à la présidence. 


Convaincre...

Du côté des grandes capitales, les chefs d'états vont-ils respecter le choix des électeurs européens? Certains se posent déjà la question: « Les résultats des populistes et autres extrêmes instiguent une stratégie qui soit en capacité de faire obstacle à toutes dérives institutionnelles. Il nous faut un futur président d'une Commission qui sera bien en capacité de créer ce lien entre Parlement et Commission. Monsieur Juncker peut incarner cette option, mais il lui faudra impérativement convaincre une majorité au Parlement, sur ce point, il lui faudra composer avec les libéraux et même au delà...» Croit savoir notre éminente source à Bruxelles. C'est toute la difficulté de l'exercice, Jean-Claude Juncker va devoir faire force d'arguments très solides pour se constituer une coalition capable de lui assurer le vote de confiance des parlementaires pour la présidence de la commission. Il faudra donc en plus du soutien affirmé des chefs d'états comme Angela Merkel ou encore François Hollande, une coalition stable pour un parlement qui se doit tout autant capable d'assurer une présidence efficace. Pour de nombreux observateurs, les thématiques de Jean-Claude Juncker devraient pouvoir s'imposer pendant son grand oral. « Il est clair que les libéraux et quelques autres groupes sont disponibles pour l'exercice, mais risquent de pointer quelques conditions! » précise notre source à Strasbourg.


Pragmatique...

« Le luxembourgeois aura les bons arguments! », nous rassurent ses amis à Luxembourg, il faut dire que l'homme, après un échec à des élections anticipées, s'est vite retrouvé évincé de son poste de premier ministre, « Après 18 années de bons et loyaux services au compteur! » sauf que tous ne font pas la même lecture de la raison de cette sortie, bien plus que l'attente d'un bol d'air, Jean-Claude Juncker serait une victime... « Il s'est fait sortir par une coalition de traitres, suite à des affaires de son service de renseignement, dont il n'avait visiblement pas mesuré la capacité de nuisance de certains de ses électrons libres! »  Mais il en ressort que l'ancien premier ministre luxembourgeois avait pourtant négocié « avec son ancienne coalition gouvernementale, des socialistes qui devaient lui tourner les talons bien que son parti avait totalisé le plus de voix! » Un comble pour ce démocrate chrétien... social! C'est l'enseignement de ces élections européennes, monsieur Juncker sait pouvoir encore donner quelques bonnes leçons. « Jean-Claude était trop jeune pour prendre sa retraite, respecté il en est par ce résultat, et deviendra même indispensable à Bruxelles! » précise une connaissance. Il faut dire que dans son pays, le parti CSV (Parti Chétien Social) de monsieur Juncker obtient un record aux européennes, il laisse au passage à la cave le Parti socialiste luxembourgeois. Renaître de ses cendres, dans le cas de monsieur Juncker, la traversée du désert en sera d'autant plus courte, « A peine 4 mois! » c'est dire que le champion du PPE revient (vite) et de loin. L'homme est un européen convaincu,  il n'est pas pour autant un européen béat, en pleine gestion de la crise de l'Euro, alors à la tête de l'Eurogroupe, il résistera aux allemands qui «Voulaient sortir la Grèce, il a négocié, et même gagné face à Angela Merkel, pressée de l'intérieur par son opinion publique... » réfutant au passage une Europe bipolaire entre Nord et Sud, pour lui l'Europe est bien cette organisation à (re) trouver entre solidité et solidarité. Jean-Claude Juncker connaît bien les technostructures de Bruxelles, il les pratique depuis de nombreuses années, comme premier ministre, ministre des finances et donc pas moins emblématique chef de l'Eurogroupe. « L'homme préfère bâtir des passerelles là ou certains veulent faire sauter des ponts! » croit savoir un diplomate. Il faut dire que le futur président de la Commission ne va pas rouvrir les traités internationaux pour accommoder les seuls britanniques, pas moins conseiller à la France d'aller de report en report comme sur ses critères en matière de gestion proactive de la dette, et pas d'avantage prendre ses ordres à Washington pour ce qui est des accords de libre échange. Et nous pourrions évoquer sa vision de l'espace Shengen, qu'il faut relativiser avec réelle objectivité.


Synthèse...

Ce mardi, la réunion des chefs d'états et du Conseil promet quelques surprises nous prédit-on, mais qui sont ces chefs d'états qui viendraient finalement oser faire l'impasse sur ce premier signal d'une Commission enfin dotée d'un président à la régulière, c'est à dire avec un respect des électeurs des 28 états de l'Union européenne. Car le luxembourgeois le sait trop bien, s'il devait rester devant la porte du Berlaymont, les populistes gagneraient encore l'occasion d'une tribune. Pour de nombreux observateurs, Jean-Claude Juncker ne sera pas la synthèse de ces élections, tout juste un bon curseur pour s'éviter un revers supplémentaire. A suivre...































Photographie: Tous droits réservés pour tous pays.


Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.