vendredi 2 mai 2014

UBS: Pression sur des employés, nouveau scandale?


UBS, vers un nouveau scandale?



LE 2/05/2014-   UBS s'enfoncerait-elle sur le terrain judiciaire? Alors que la justice française s'intéresse toujours au présumé démarchage illicite de la banque sur le territoire souverain français, la banque refuserait à ses employés « spécialistes en gestion de fortune ou fonctions sensibles» de se rendre en France. Cette information de la RTS (Radio Télévision Suisse) vient conforter des informations concordantes relatives à de possibles pressions accrues exercées sur le personnel de la banque en délicatesse avec la justice française. Alors que certains employés semblent à présent pouvoir considérer cette exigence comme « contraire au droit du travail élémentaire, pas moins celui qui prévaut à la liberté de circulation du citoyen suisse ou tout employé étranger de l'établissement, cette exigence serait considérée comme un abus caractérisé de l'employeur! » croit savoir notre source et d'ajouter « cette information qui se voulait confidentielle démontre que la stratégie actuelle de défense de la banque est clairement inappropriée, avec cette information, la justice française peut comprendre les nouvelles réticences de la banque (...) comme celles pour contribuer à l'exercice ''serein'' de la justice. Elle qui reproche à UBS d'avoir organisé un démarchage particulièrement ciblé d'une clientèle fortunée sur le territoire français pour organiser des présumés montages pour favoriser l'évasion fiscale de ces mêmes contribuables français. On pensera à des événements sans lien direct avec le rôle d'une banque étrangère sur le territoire français, pas moins secteur d'activité en référence, certains évoquent que des "clients" se seraient clairement "mis à table"...» croit savoir notre source.


Droit du travail et liberté de circulation...

Selon de nombreux observateurs de l'affaire, l'information de la RTS risque de compliquer la défense de la banque suisse, en effet certains experts évoquent à présent une possible enquête des autorités suisses, « afin de voir si ces informations sont réelles, elles marqueraient un contournement du droit du travail suisse, de la liberté de circulation, et pour la justice française, pas moins une possible stratégie de protection d'informations relatives et donc possiblement pouvant empêcher éclairer les récentes avancées de l'enquête en cours... » Selon certains médias helvétiques, la banque ne souhaite pas confirmer ou infirmer cette information, « Cette exigence de la banque serait intervenue avant le week-end de Pâques et de façon très formelle ''en interne'', certaines sources évoquent de possibles menaces de licenciement pour ceux qui ''refuseraient de se conformer à cette recommandation.'' »


Au plus mal...

Pour de nombreux experts, les fuites sur cette « gestion interne de l'affaire » tomberaient « au plus mal », pour de nombreux observateurs de cette affaire, il faudrait y voir la crainte grandissante de la banque « à juste titre » que ses employés concernés puissent s'éviter de « prendre le risque ''élevé'' d'une arrestation sur le territoire français et ce sur mandat des juges d'instruction en charge du dossier. » 

Selon différentes sources, cette décision ne serait « pas en capacité d'inverser les résultats acquis à l'enquête française en cours» , au contraire, l'information vient conforter que la banque suisse « serait en position délicate et risque de devoir rendre de sérieux comptes... » croit savoir notre source. Reste à savoir comment la justice helvétique va se positionner sur cette information qui plus que jamais, tente à démontrer que le dossier des juges français est complet, voir très bien avancé, suffisamment capable de « remettre en perspective la défense de la banque, qui depuis le départ, conteste pour très grande part, tout démarchage (de ses gestionnaires ou employés), comme ceux présumés illicites sur le territoire souverain français... »

Pour l'heure, UBS dit "ne pas faire de commentaire lorsqu'une procédure est en cours, comme c'est le cas en France". Selon d'autres sources, la justice française devrait se prononcer courant Juin prochain.

A suivre...









Photographie: Tous droits réservés pour tous pays.

Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.

Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.