mardi 1 avril 2014

Luxembourg: Le discours de Xavier Bettel, rendez-vous avec la nation!


Monsieur Xavier Bettel, premier ministre luxembourgeois prend rendez-vous avec la nation!



01/04/2014- Depuis quelques semaines, Luxembourg inaugure le temps des inquiétudes, après le constat à peine voilé d'un état à la croisée des chemins, Xavier Bettel, premier ministre va devoir convaincre les parlementaires lors d'une allocution marathon, rendez-vous attendu de l'état de la nation. La nouvelle équipe « Gambie » va devoir démontrer comment elle sera en capacité de rassurer sur son projet, ses objectifs. Le Luxembourg semble pour de nombreux observateurs internationaux dans une position jugée parfois attentiste pour ne pas dire clivante sur des sujets importants comme ceux de la fiscalité internationale et les orientations futures de l'Union européenne. Il sera bien question de stratégie lors de l'opus oratoire du premier ministre luxembourgeois. 

Changement de paradigme...

Réputé comme un fin communiquant, Xavier Bettel est clairement attendu au virage. Là ou certains s'attendent à un flot de petites formules ou imagerie d'Epinal toujours plus édulcorée, Xavier Bettel devra faire montre de sincérité, partagé entre un cadre réglementaire international en pleine évolution et le besoin d'un effort collectif pour sauver un état qui se veut toujours modèle. Le Luxembourg dispose d'un axiome précis pour ce qui est de sa stratégie, il est le fruit d'une réflexion de tous les acteurs économiques et sociaux du pays. Chacun y va de son analyse, entre critiques parfois très acerbes sur les 100 premiers jours de la nouvelle coalition et le besoin de se trouver une issue par le haut, Xavier Bettel va devoir tracer la ligne droite de sa feuille de route. Fruit d'une réflexion et de nombreuses consultations, le projet est tracé, mais semble encore manquer de réelle consistance programmatique, l'audit des comptes de la nation est sans appel, il faut revoir le modèle actuel, trouver de nouvelles ressources et ne plus se voiler la face. Les indicateurs économiques sont précis, pointe le changement de paradigme pour toute l'économie qui tirait sa principale essence de sa place financière internationale et donc différents ressorts pour un pays champion des services. Une réorientation salutaire qui se doit démontrer l'implémentation d'une nouvelle stratégie. Il est d'autant plus difficile aux responsables politiques de venir dire les vérités qui font qu'une nation va aux devants de nouvelles obligations. Elles sont nombreuses, à commencer par celles du bon peuple de Luxembourg qui assigne la mission salutaire au gouvernement de monsieur Bettel, partage entre héritage de son prédécesseur Jean-Claude Juncker et besoin de se trouver autant de solutions que d'attentes aux imposants défis à relever. 


Rebond...

Le modèle luxembourgeois était dans son ensemble plutôt vertueux, inscrivant une relative stabilité politique pas moins fiscale, ce petit état de l'Union européenne est à bien des égards le grand champion des superlatifs, on ne viendra pas ici faire l'offense du P.I.B par habitant dont le calcul est un exercice qui se doit pondéré par l'économiste digne de se qualificatif. Cependant, le pays conjugue une dynamique qui se démontre dans un cadre vertueux, en effet Luxembourg est aussi cet état capable d'actionner de nouveaux leviers en plus de la simple attractivité qui sied à sa place financière internationale. En effet depuis quelques années, sont mises en place des stratégies pour attirer les investisseurs de secteurs différents de la suprématie de la financiarisation et donc de ses technostructures aux dimensions internationales déjà si présentes au pays. Des pistes salutaires comme l'innovation, les technologies de l'information ou encore la recherche fondamentale font l'objet d'investissements stratégiques des plus efficients de l'état. Il y a aussi le secteur industriel en perte de vitesse notoire mais qui se cherche une capacité de rebond. La logistique est un cluster qui veut tirer logiquement profit de la situation géographique du pays, véritable carrefour au cœur de l'Europe. Il est à noter l'implication du Vice premier ministre luxembourgeois à cette fin, en effet c'est aussi Étienne Schneider qui instigue depuis plusieurs années une réflexion intéressante sur les stratégies qui se doivent accompagner le fameux changement de paradigme. Le pays n'a rien à envier à ses grands voisins, tant les missions économiques sont au rendez-vous de l'agenda des ministres en responsabilité, avec, il faut le préciser, des succès encourageants. La question centrale semble aujourd'hui faire force à la compliance au sens très global du terme, et donc le cadre juridique précis qui entoure les futurs dénominateurs communs de l'avenir du pays.



Le grand défi...

Est souvent évoqué le positionnement du Luxembourg vers la fin du secret bancaire et donc cette amplification graduelle de la transparence fiscale dans le concert de nations pas toujours en accord sur les termes et méthodes qui devront faire force à telle évolution. Certains revendiquent une phase de transition pour s'éviter les déséquilibres inhérents à ce changement de cap, alors que d'autres, font le compte du manque à gagner de pratiques qui se perdent entre dumping fiscal, pas moins social. En fait, il n'est pas rare de percevoir un grand écart permanent pour l'actuel gouvernement luxembourgeois, désireux d'assurer un accompagnement pour les opérateurs de la finance internationale et le besoin de prendre à leur juste hauteur les attentes de ses pairs, on pensera à Bruxelles et la Commission, pas moins les États-Unis qui finalement, ménagent de façon plutôt bienveillante cette porte d'entrée indispensable et incontournable en Zone euro, nombreux groupes tiennent sièges à Luxembourg qui se fait un acteur incontournable de la structuration de groupes internationaux. C'est bien le grand défi de Xavier Bettel, s'éviter la caricature d'une gouvernance politique qui résume l'action de son gouvernement à celui d'une simple chambre de compensation de toutes les vérités qui de façon parfois très fractale, font aussi ce qu'est le Luxembourg.


Monsieur Xavier Bettel, toujours de nombreux dossiers sur son bureau!


Une action sur chaque parole...

L'OCDE ne fait-elle pas aussi ce bilan quand elle instigue parfois avec grande vigueur le manque de positionnement d'un Luxembourg qui bien qu'en progrès, est condamné vers toujours plus d'introspection pour se donner des réponses pour ses acteurs à l'intérieur comme ses nombreux observateurs à l'extérieur, une tâche en rien facile. Les nombreux acteurs de l'économie du pays se sont intéressés à ce pays pour toutes les alternatives qu'il a en capacité. Comment faire montre d'une transition capable d'accompagner un changement de paradigme qui lui, obligera peu ou prou la classe politique vers plus d'intérêt général, toujours plus et encore... Très certainement, le discours de la nation de Xavier Bettel devrait inscrire pour ne pas dire, graver dans le marbre, le besoin d'une réflexion de toute la nation sur son avenir. Discours mettant en avant pour toute la classe politique du pays, une réelle capacité à dépasser les simples clivages pour entrevoir autant de solutions que nécessaires pour une urgence qui n'offre plus qu'un impératif, une action sur chaque parole. Luxembourg dispose de nombreux atouts, il a démontré depuis de nombreuses années cette capacité à la préservation d'un dialogue social intéressant avec la tripartite, il s'est souvent démontré dans son histoire comme un acteur bienveillant de la construction européenne, pas moins l'intégration. Il n'est pas le simple « petit télégraphe » des relations franco-allemandes, il n'est pas que cette « boîte aux lettres » de la finance internationale, ou encore avec son inter-minable affaire Bommeleeër « l'une des dernières arrières boutiques du réseau « Stay behind  de l'Otan », il est un membre fondateur de l'Union européenne pas moins conscient de devoir aujourd'hui relativiser toute l'imagerie qui entoure le traité de Rome, celui que les euro-septiques considèrent plus que jamais comme cette frêle copie du « Tea party » américain transmise par Monnet à Shuman, et mieux enfonçant ce dernier clou d'une montée inexorable des nationalismes dont le Grand-Duché de Luxembourg semble encore un temps devoir être épargné.  A suivre...





































Photographies: Tous droits réservés pour tous pays.



Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.