mercredi 9 avril 2014

Le Parti Libéral Québécois, une victoire pleine d'espoir!


Monsieur Philippe Couillard, nouveau Premier Ministre du Québec.


Le 9/04/2014- Philippe Couillard sera bien le futur premier ministre du Québec, sortant d'une élection marathon qui trouve son épilogue avec 41,5% des voix, le très sympathique candidat libéral disposera d'une majorité confortable pour mettre en place sa politique de réformes. L'homme de 56 ans, élu dans le Roberval deviendra donc le 31 em premier ministre du Québec.

Dialogue...

Le candidat libéral augmente au passage le score des élections de 2012 en portant à 70 le nombre des députés libéraux à l'Assemblée Nationale, soit 20 de plus qu'en 2012, députés qui devront répondre aux électeurs durant les quatre prochaines années. Dés le départ de la campagne des élections, monsieur Couillard s'est démontré particulièrement mesuré dans ses propos sur ses principaux opposants ou rivaux de circonstance, s'évitant une surenchère. « Moi, je pardonne à celles et ceux qui, pendant la campagne électorale, ont eu des mots durs envers moi. Je n'en ai pas eu, moi, envers mes adversaires, et je veux maintenir ce discours-là », a-t-il assuré. « Ce que je crains, c'est qu'on glisse dans une sorte d'ambiance permanente de déshumanisation des adversaires politiques. Je n'aime pas ça. Il y a d'autres pays, pas loin de chez nous, où ça se pratique abondamment; on n'a pas besoin, nous les Québécois, d'aller dans cette direction-là. » Un bon calcul puisque les experts ou Spin doctor's s'accordent à penser que le candidat libéral s'est avéré comme le plus consensuel dans l'exercice. Ne refusant aucun sujet, il s'est démontré particulièrement précis sur son projet et le constat du bilan à tirer de l'ancienne majorité. Réputé pour être un homme de dialogue et d'ouverture, le futur premier ministre du Québec se veut dans les bons papiers de Steven Harper, « l'autre » premier ministre du Canada. Des situations de blocages entre la Province de Québec et l'Etat fédéral devraient trouver une issue plus constructive selon des observateurs qui pensent que le nouveau premier ministre sera « bien le garant de toutes les attentes de tous les québécois du même Canada.», l'important est de se battre pour « un Québec qui soit en capacité de renouer avec ses nombreux atouts comme ceux si présents de sa jeunesse! »

Transparence...


Le gouvernement devrait se construire « sur des personnalités fortes et expérimentées », le futur premier ministre ayant promis publiquement vouloir vérifier et donc passer « au scanner de la déontologie » ses futurs ministres, la campagne étant largement imprégnée de différentes affaires de présumés financements occultes passés ou plus récents. Pour ce qui est des comptes de la province, le futur premier ministre ne déroge pas à l'exercice de commander « un audit précis sur les comptes (de la nation) », pas moins sur certains engagements de ses prédécesseurs. Une annonce remarquée au lendemain de sa victoire: « On sait qu'il y a un trou; on veut juste connaître son ampleur  (...) Je vous rappelle que le vérificateur général, lorsqu'il a fait le relevé de l'état des finances publiques, a noté qu'il y avait des sommes importantes en rapport avec les engagements ( NDLR:du précèdent gouvernement de madame Pauline Marois ) qui n'étaient pas identifiées. Alors on va bien sûr faire cet examen » précisait le nouveau premier ministre. L'homme fraîchement élu se propose d'ouvrir la réflexion avec son opposition sur le budget qu'il souhaite proposer « avant l'été. » « Moi, j'ai entendu, durant la campagne, monsieur Legault et d'autres avoir des idées intéressantes sur la question des finances publiques. Pourquoi nous priverions-nous de ces idées-là? », un appel remarqué vers l'esprit de concorde, les défis restent effectivement importants pour l'avenir du Québec. « Tout ce qui est possible de faire pour relancer l'emploi immédiatement sans nécessairement attendre un budget sera fait. » Une feuille de route toute tracée pour l'action gouvernementale. Le nouveau premier ministre semble bon client du pragmatisme en plus de faire montre d'un esprit d'ouverture, il entend agir efficacement sur tous les leviers de l'économie, s'attaquant aux urgences de certaines infrastructures, désireux d'accélérer certains investissements à la peine. Le pays est confronté à d'importants défis qui le placent dans une situation toujours plus dépendante de certains de ses futurs investissements stratégiques. Pour l'heure, le nouveau premier ministre doit s'atteler à une configuration gouvernementale « capable de lever les doutes qui subsistent chez de nombreux québécois qui restent inquiets des récentes dérives de l'état suite à certaines affaires et un climat particulièrement contre-productif, l'emploi des jeunes et certaines questions sociétales devront trouver leur réponse. ». 





















Photographie: Tous droits réservés pour tous pays.


Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.