dimanche 20 avril 2014

Élections européennes: L'Europe ne fait plus rêver!



Elections européennes: "L'Europe ne fait plus rêver!" 





Luxembourg le 19/04/2014- Les élections européennes deviennent le catalyseur de toutes les dérives qui transforment l'Europe en parfait bouc émissaire. Lieu commun de toutes les problématiques liées à l'absence de réelles politiques nationales efficientes, les élections européennes sont à présent perçues comme une simple occasion de vote sanction. Là ou certains états instiguent une austérité, d'autres viennent prôner la généralisation d'une véritable politique de relance économique. Entre démonstrations de protectionnisme ou tentation de l'exclusion, certains transposent toutes ces problématiques nationales à l'échelle communautaire, constatant pas moins ce besoin toujours plus urgent de replacer les citoyens au cœur du pouvoir décisionnel. L'extrême droite ou les partis populistes affiliés trouvent en ces élections une nouvelle occasion de mettre à mal tout l'édifice de la construction européenne, comme en pointant à ses portes l'exemple notoire de l'incapacité des européens à faire plier un Poutine sur la crise ouverte en Ukraine. Nouveau grand paradoxe des extrémistes qui surfent sur le besoin d'un nationalisme interventionniste, c'est à dire passant du simple vote sanction vers un vote de mise en action. Aujourd'hui nous sommes clairement arrivés au deuxième étage de la fusée du populisme européen, pour certains observateurs, « Nombreux électeurs européens sont à présent prêts pour placer l'extrême droite aux responsabilités ou commandes, il ne s'agit pas d'une vague menace, mais d'une réelle tentation... » Croit savoir notre éminente source à Bruxelles..


Austérité, un plafond de verre atteint...

« On voit bien que l'Europe paraît totalement impuissante, perçue comme inféodée à la toute puissance de la finance, elle ne propose que de l'austérité à ses peuples, laisse pour solde de tous comptes que les miettes et un chômage record! (…) Jamais dans l'histoire de l'Union européenne, n'aura été perçu tel trop plein d'injustice, si flagrante dans de nombreux esprits, certains considèrent que toute une génération est sacrifiée sur l'autel des arbitrages de la seule Commission de Bruxelles, un club technocratique (…) Commission qui organise son casting avec des têtes d'affiche qui à elles seules, représentent tous les échecs compulsés de l'histoire de l'Union européenne, des personnages qui utilisent l'Europe comme strapontin pour des plans de carrière si personnels sous couvert d'intérêt général, toujours présumé vital! Il y aura dans de nombreux états, une abstention record, voir une montée fulgurante des partis populistes, la raison? Tous ses états qui servent la cause nationaliste en mettant à terre des pans entiers de nos peuples comme sa jeunesse ou ses classes moyennes. Les gens sont à bout, ils veulent reprendre leur destin en main, un certain plafond de verre est à présent atteint! » Croit savoir ce conseiller en stratégie politique, visiblement pas vraiment optimiste sur l'issue de ces élections européennes. Concrètement, quelle lecture pouvons- nous faire de l'état des lieux de la situation actuelle en Europe? A vrai dire, si on additionne tous les états qui sont enferrés actuellement dans des politiques de restructuration budgétaire ou réelle contrainte budgétaire avec plan de sauvetage, on ne trouve qu'un tiers des 28 états membres qui soient en situation de répondre favorablement aux critères présumés vertueux comme édictés par la Commission, on pensera aux accords supra-nationaux et au taux d'endettement.




La Grèce, révélateur de l'intégration à marche forcée...


L'Europe ne fait plus rêver...

 "27 millions de chômeurs en Europe!"
Le chômage de masse est le dénominateur commun de nombreux états, la jeunesse est particulièrement touchée en Zone euro. « L'Europe ne fait plus rêver, elle devient un cauchemar permanent pour un trop grand bon nombre d'européens, étrangement, cet avis touche aussi les couches les plus privilégiées, les prescripteurs de la cause européenne sont à cours d'arguments, l'Europe ne fait plus rêver, bien que première zone économique de la planète, elle est surtout le lieu commun d'inquiétudes grandissantes comme pour le chômage de masse! » précise notre éminente source en Sciences politiques. Il faut préciser que ces élections européennes se transforment en débats nationaux qui instiguent autant de règlements de comptes. Pour exemple, en France, l'Ump (Union mouvement populaire, droite) et le PS (Parti Socialiste, gauche) sont à la peine pour dégager une ligne claire sur la campagne qui doit être faite dans le cadre de ces élections européennes. On s'étripe et les élections européennes sont un marqueur des différents clivages du paysage politique français, en mettant au passage le curseur sur les échecs successifs des uns ou des autres. Certains prônent le retour des frontières et la fin de l'espace Shengen, véritable passoire, la mise en place d'une politique d'immigration intra-communautaire en total contrôle, d'autres considèrent que l'Europe n'est qu' un espace du déséquilibre permanent, dont les effets de l'intégration seraient que les ferments de sa future... désintégration! « L'Europe ne va pas exploser, mais à ce rythme, elle risque bien plus d'imploser! » ou encore plus grave, en écoutant certains, « Il faut sortir les états qui ne sont pas finalement européens, on intègre des états qui ne sont pas en capacité, ils sont nos futurs boulets! A vouloir s'étendre, on charge si mauvaise barque!» (…) « Plutôt que vouloir s'étendre, il faut déjà savoir être et donc tout autant logiquement grandir, l'Europe ne restera pas un modèle vertueux si elle persiste vers de tels déséquilibres, chacun peut le comprendre, tout est question d'équilibre! (…) L'idéal des pères fondateurs est un lointain souvenir, le bénéfice réel d'une intégration comme pratiquée se doit être relativisé dans les moindres détails, on pensera aussi à ses peuples qui vivent les contraintes d'une assimilation à marche forcée, (…) Le bilan et donc cet endettement record pour un bénéfice parfois plus tenu que si le pays était parvenu à s'inscrire dans des logiques plus réalistes ou adaptées. Qui peut prétendre que la Grèce, mieux, la situation de son peuple, ne viennent pas confirmer si édifiant constat d'un cuisant échec, (…) La plus grande erreur, c'est bien celle d'une intégration à marche forcée, faisant force d'édulcorer le réalisme comme celui d'une macro-économie qui bien souvent à l'heure du bilan, se perd entre artifices et graves conséquences pour les peuples, fruits de l'optimisme démesuré d'une intégration clairement inappropriée. » Propos populistes qui trouvent aussi de nombreux relais dans les partis traditionnels, certes ils font la part belle à une grille de lecture volontairement très incomplète sur L'Europe et ses institutions. « Elle risque à terme de payer au prix fort son incapacité à démontrer son refus de condamner plus pro-activement tout déclin démocratique, le pouvoir du parlement européen est considéré comme nul, l'absentéisme de nombreux leaders à ce parlement est un révélateur, la critique permanente du rôle des commissaires européens de Bruxelles et d'une Commission technocratique contribuent à cette image négative grandissante. L'intérêt étant pour certains opportunistes dans cette campagne électorale, de vouloir toujours plus s'aménager un couloir idéologique qui flattera l'électorat avec le recours aux nombreux éléments de langage comme ceux utilisés avec abondance par les populistes. L'absence d'unité à l'intérieur même des grandes formations politiques démontre que ces élections européennes risquent de devenir un véritable boulevard pour l'extrême droite en Europe, le danger n'a jamais été aussi palpable ou proche... De ce point de constat amère subsistera une seule certitude, les populistes seront à la fête le 25 Mai prochain! » Croit savoir notre source.


On le voit, les élections européennes de cette année 2014 font l'objet de multiples spéculations, cependant pointent de nombreuses inquiétudes comme sur les capacités des principaux partis politiques pour proposer une communication claire et précise sur leur programme durant la campagne. Les partis populistes ou assimilés comme tels, font montre d'une rhétorique plus simple et compréhensible, logiquement et essentiellement contestataire pour devoir mieux condamner l'Europe comme principale responsable de tous les maux... Les débats nationaux qui entourent les élections européennes risquent de transformer cette campagne en véritable occasion de règlements de compte, certains y perçoivent une occasion de condamner certains effets d'une politique nationale... Concrètement, les élections européennes de Mai prochain devront permettre de constituer et dégager une majorité politique au Parlement européen, offrant pas moins une tribune de choix à ses principaux opposants. Pour comprendre les forces en présence, nous complétons cet article d'un récapitulatif de la composition de l'assemblée sortante, et d'une projection de TNS opinion (hebdomadaire) avec évolution depuis le 3/02/2014 au 14/04/2014.




Composition actuelle...



Composition actuelle du Parlement sortant.



Projection (TNS Opinion)...


Projection du 3/02 /2014 au 14/04/2014 (Source EP: TNS Opinion.)




Pour comprendre...


Finance Offshore vous propose de visiter le site officiel du Parlement européen, il vous permettra de comprendre les grands enjeux et défis que représentent les élections européennes, lien direct en cliquant sur l'image: 


















































Photographies: Tous droits réservés pour tous pays.
Sondage: Parlement européen/EP-TNS Opinion (En contrat avec le Parlement européen.). Tous droits réservés pour tous pays.

Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.