dimanche 23 mars 2014

Russie: La folie Poutine? Les financiers inquiets! (Exclusif)


Vladimir Poutine:  "Un jeu de casse?"


Ils sont nombreux à travailler en relation directe avec les milieux économiques russes, tous logiquement inquiets de la tournure des événements. Le président russe, Vladimir Poutine montre à la planète entière son refus de faire sens au droit international, oeuvrant en pseudo-Tsar, il érige de nouvelles digues autour d'un pays qui s'installe peu ou prou dans une grave crise durable. Après l'épisode ukrainien, Vladimir Poutine souhaite imposer sa vision du monde, équilibre imparfait entre force d'une armée en démonstration toujours au pas et réelles faiblesses personnelles qui font relativiser au plus haut point l'imagerie édulcorée des jeux olympiques de Sotchi, dont l'esprit s'est définitivement éteint avec la flamme. 


Vladimir Poutine, ici enfant plein d'espoir!


Vieux démons...

L'homme sait qu'il joue son avenir, celui qu'il repose sur une fibre nationaliste entretenue de main de maître, taclant au passage la liberté de la presse, du droit à la différence, montrant du doigt les peuples épris de libertés au pluriel, instiguant une ligne droite pour un peuple qui le suit à l'aveugle en s'abreuvant des belles paroles du maître absolu qui pilote une relative puissance toujours plus proche d'un certain abîme. Celui qui prétend sauver son peuple est avant tout un usurpateur sans égal, avec « sa » méthode, il prétend relever l'économie de la Russie et dans un même temps se tire de nombreuses balles dans le pied. Sur le gaz, il fait montre d'une menace à peine voilée pour l'Europe, mais semble oublier que sans trésorerie, son « état modèle » n'est qu'une coquille vide qui nourrit bien plus ses oligarches que tout un peuple plein d'attentes et donc espoir. Il est loin le temps de l'ancien membre du KGB, courageux, jeune homme ambitieux sorti des baffons pour y avoir survécu avec courage, plus tard enfin déterminé à s' impliquer dans une véritable course au « service noble » de son pays. Lui qui s'était fait fort d'être cette cheville ouvrière de l'ancien maire de la splendide Saint-Petersbourg, démontre une toute autre image, il est à présent ce dirigeant centralisateur qui organise méticuleusement sa toile comme l'araignée, finalement piégeant toujours ici ou là ceux qui lui donneront les ressources utiles à son ambition toute personnelle, avec « ses » grands projets, comme ceux prétendus vertueux d'une fédération de Russie qui cherche bonne place dans le concert des grandes nations naturellement respectées car respectueuses. Toujours enfermé dans les shémas de la guerre froide, il est un pur produit de l'école de l'époque tourmentée du rideau de fer. Incapable d'imposer une vision constructive par un modèle économique rationnel adapté pour l'avenir de son peuple, il préfère surfer sur les thèses programmatiques de la réal politique fractale qui font perdre tout crédit à ses nombreuses réformes économiques entreprises, un véritable gâchis! Même s'il s'en défend, il ressort toutes les vieilles recettes qui fédèrent un peuple épris de symbolique forte et donc besoin d' identification vers un certain contre-poids, image du va-t-en guerre ou pseudo-marionnettiste face à un occident qui se perd parfois aussi avec ses propres vieux démons...



Diplomatic level...

Vladimir Poutine joue gros, depuis deux semaines, de nombreux états sont en alerte, et pas des moindres, ils montent au créneau pour défendre un « diplomatic level », stratégie de bon sens en période de crise ouverte. C'est bien la promesse pro-active avec ses premiers effets, comme le ciblage des proches du président russe, dont les avoirs risquent à terme un blocage et la mise au jour de nombreux détournements de sommes records « si éloignées du quotidien du bon peuple de Russie. » croit savoir notre source. C'est très certainement la plus grosse erreur de Poutine qui pourra vérifier sur pièces l'impact de telles sanctions, des juridictions internationales sont déjà en capacité « ...de faire sens à cet objectif! » insiste notre source. C'est dire que des éléments seront mis sur la place publique, « … leurs futurs destinataires ne semblent pas plus mesurer la gravité de cette stratégie qui inquiète déjà au plus haut point de nombreux milieux économiques informés. » insiste notre source.


Jeu de casse...


Dans ce cas précis des possibles mesures de contraintes vers les cercles Poutine, il faut à présent donner une grille de lecture plus juste du personnage, plus complète et donc en s'évitant toutes formes de complaisance. « Des conséquences graves qui vont mettre en parenthèse de nombreux accords ou contrats en cours, ceci relevant de la redéfinition d'un cadre de négociations bilatérales comme avec les européens, pas moins les américains mais de nombreux autres états! » Croit savoir une autre source. Vladimir Poutine pense qu'il dispose toujours d'une longueur d'avance par rapport aux autres, mais il se berce d'illusions. Sur les simples données macro-économiques du pays, il devra mesurer très rapidement l'incidence des conséquences de ses actes s'il ne fait pas montre de raison. Les enjeux sont considérables, au point que certains milieux financiers s'accordent « ...sur le besoin urgent d'une issue diplomatique pour tenter inverser au plus vite l'ambiance actuelle qui gagne les marchés et donc entités liées à la toujours plus relative puissante Russie. » Là ou Poutine s'enferme dans un jeu stérile de dupe comme avec l'Otan, il fait l'impasse sur une autre stratégie engagée par son prédécesseur, « un Medvedev qui souhaitait inscrire la Fédération de Russie dans un processus démocratique économiquement raisonné et donc plus ouvert sur le monde. » insiste notre source. Medvedev doit finalement se dire qu' il n'aura pas été en capacité d'instiguer plus de prudence à son ami, prenant là, au passage, sa juste mesure sur ses nombreux efforts pour contribuer à l'établissement d'un modèle économiquement plus en phase avec les enjeux de la Russie, moderne, volontaire, certes ambitieuse mais toujours dans un cadre de relations bilatérales évolutives. « C'est un jeu de casse qui s'offre à nos yeux, celui d'un enfant colérique qui pète clairement un plomb et préfère sortir ses soldats, ceux toujours plus en embuscade qu'une réelle définition d'une stratégie efficiente pour l'économie et donc l'avenir de la Russie, son peuple! ». Le référendum à marche forcée sur la Crimée est une hérésie absolument inqualifiable, même s'il est acquis que cette région autonome jouissait d'un statut spécifique et donc en partie inféodée à l'histoire de la Grande Russie, Vladimir Poutine s'est tiré encore une balle dans le pied! Au lieu de proposer un cadre de réflexion entre l'état ukrainien et la communauté internationale, se tentant à reconnaître la perte de légitimité de l'ancien président de l'Ukraine, là aussi sa gestion catastrophique de l'économie du pays, le bilan intermédiaire en est la plus édifiante incontestable démonstration, sans compter les nombreuses dérives sur des faits de corruption caractérisés et sans égal depuis l'histoire la plus ancienne de l'Ukraine. Poutine préfère encore jouer du ''canon.'' « Un bien mauvais calcul, nous n'avons jamais perçu autant d'inquiétudes chez les financiers qui travaillent de concert avec la Russie et ses principaux acteurs. C'est une grande déception qui gagne toutes les équipes ici en Europe, pas moins en Russie ou aux États-Unis, elles ne comprennent pas ou si peu cet emballement d'une dérive totale portée par le président Poutine en personne et pas moins ses deux chambres parlementaires. Pour les équipes, cette posture grave de tout l'appareil politique Russe ne fait plus sens à leur motivation première! Il faudrait bien que Poutine soit conscient des enjeux que représentent ces personnes qui travaillent dans les milieux financiers internationaux sans relâche pour son pays, pour l'avenir de son peuple. Ils font un travail quotidien d'entremise formidable pour agir sur tous les leviers de l'économie de la Russie, non sans fierté, mais ils constatent que certains persistent à dynamiter les ponts sans états d'âme ou sans s'accorder un travail de réelle réflexion constructive, c'est une déception générale grandissante entre dégoût et réel gâchis perçu! » Nous commente un important banquier d'affaires.


La paix durable...

On le voit, il est urgent que le président Vladimir Poutine soit en capacité de donner de -sérieux gages- à la communauté internationale, donnant des ordres précis à ses troupes pour refuser toutes altérations aux droits fondamentaux de l'homme, notamment en Crimée. Il se doit dans l'urgence, s'inscrire vers la définition d'un cadre apaisé pour de nouveau donner sens à des négociations bilatérales constructives. Il est comptable de l'avenir de son peuple, de l'économie de la Fédération de Russie qui se doit poursuivre ses nombreux progrès en la matière, inscrire résolument la Fédération de Russie dans une autre logique en lui assurant le bénéfice de ses premiers acquis pas moins l'assurance d'une volonté affichée pour la paix continentale. Les inquiétudes de la communauté financière sont un réel partage entre les récentes dérives tant pour les êtres humains et leur avenir, celui que l'économie est en capacité d'accompagner par les ressorts qui sont les siens, à commencer par les nombreux liens qu'elle instigue, mieux, souhaite protéger de toutes immixtions belliqueuses ou clairement inappropriées pour une paix durable.





































Photographies: Tous droits réservés pour tous pays.
                           "Poutine enfant.", source diplomatique, tous droits réservés pour tous pays.


Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.