mercredi 19 mars 2014

Jean-Claude Juncker tout sauf une candidature de gala!


"Tout sauf une candidature de gala...":  Jean-Claude Juncker.



L'homme est connu pour son franc parler, Jean-Claude Juncker ancien président de l'Eurogroupe sera bien ce candidat du PPE qui annonce faire campagne avec un objectif précis, pour ne pas dire unique, cette Europe du citoyen! Jean-Claude Juncker monte au créneau et précise ne « pas faire une candidature de Gala! »

Elevé à bonne école, celle des pères fondateurs de l'Union européenne, ce militant de la première heure de la démocratie chrétienne est avant tout « l'emblématique porte étendard d'une Europe qui veut tenter replacer le citoyen au centre des préoccupations de la Commission de Bruxelles, réfutant au passage vouloir continuer valider l'imagerie facile d'une Europe perçue comme uniquement technocratique, si éloignée des peuples.»


Bâtisseur de passerelles...

Jean-Claude Juncker pourra mettre en avant son passé de chef d'exécutif gouvernemental, en effet l'ancien premier ministre luxembourgeois est resté fidèle à son poste de longues années, au point de faire mentir tous ceux qui lui reprochent un manque de constance ou endurance. L'intérêt d'une candidature Juncker pour le PPE est double, une réelle expérience au sein des arcanes de l'Union européenne et la capacité d'une entremise efficiente dans le cadre de négociations comme les plus rudes. « Sa principale force dans cette course à la présidence de la Commission de Bruxelles est bien d'être le seul candidat capable de créer les conditions d'un large consensus sur des dossiers clefs. En fait Jean-Claude dispose du meilleur carnet d'adresses de L'Union, les chefs d'état qui pratiquent déjà monsieur Juncker comme depuis la crise de la Zone euro vous le diront, c'est un homme de consensus toujours ouvert au dialogue. Il fait force de créer les meilleures conditions, c'est un bâtisseur de passerelles là ou certains ne pensent qu'à dynamiter des ponts! » Croit savoir notre éminente source. Pourtant la partie est loin d'être gagnée, tout le monde ne semble pas faire la même lecture du candidat Juncker, « Certains reprochent cette dualité d'un ex- premier ministre d'un état jugé comme paradis fiscal ou trou noir de la finance internationale, alors que d'autres préfèrent enfoncer un dernier clou en regardant les peuples mis au pas par l'ancien chef de l'Eurogroupe! La grille de lecture du candidat est complexe, sa sortie du gouvernement de l'état luxembourgeois par une coalition transgenre n'est pas plus encourageante pour tous ceux qui s'interrogent sur la sincérité du porte étendard du PPE... » Insiste une autre source à Paris.


E 411, Tout de go!

La campagne est donc bien lancée, les premières salves pleuvent, cependant Jean-Claude Juncker s'avère toujours plus efficace dans l'adversité, au compteur des bonnes intentions, la volonté affichée d'une commission plus en phase avec les attentes des peuples, c'est à dire en ouvrant toujours plus le champ démocratique pour des décisions avec cet esprit. Une volonté affichée pour nous expliquer que la synthèse Juncker est un travail vers plus de collectif et donc efficacité entre le Parlement européen de Strasbourg et la Commission de Bruxelles, pas moins le Conseil de l'Europe. L'homme peut se vanter de tirer les enseignements de la crise politique dont il fait les récents « faux frais » à Luxembourg, certains aiment encore à le penser. « Logique résultante d'un manque d'intégration de ses opposants dans le processus (démocratique) électoral de son pays! » Précise une source à Luxembourg. En fait le constat de sa sortie forcée de ses bureaux du sympathique et vieillissant Hôtel de Bourgogne, siège du gouvernement luxembourgeois, est un partage entre demi-vérités et demi-mensonges, l'homme ayant bien démontré avoir tenté négocier avec son opposition et ce « ...jusqu'aux derniers instants! », mais il y avait semble-t-il, un besoin plus fort de « véritable alternance » au Luxembourg. Non désireux de camper sur un banc de l'opposition de son unique assemblée parlementaire « le système du Grand-Duché est logiquement plus petit et donc... ...monocaméral!», le leader démocrate chrétien s'est vu proposer par ses pairs européens une issue conforme à son passé de fidèle serviteur de la cause européenne. C'est très certainement la grande force de cette candidature, Jean-Claude Juncker est bien cette cheville ouvrière des relations franco-allemandes, « toujours ce casque bleu capable d'adoucir les différents entre forts tempéraments », dire que l'homme est sympathique et plutôt de bonne compagnie, n'est en rien usurpé. Comme vieux routier de la politique, son GPS est bien (re)programmé, l'E411, tout de go! La fameuse autoroute « en ligne si droite de Luxembourg vers Bruxelles! » En fait Jean-Claude Juncker est loin d'être épris de simple revanche, il dispose au compteur d'un nombre impressionnant de reconnaissances diverses et variées de nombreux états qui de « Légion d'Honneur en France (Commandeur) à vaillant Prix Charlemagne en Allemagne », il peut encore donner quelques bonnes leçons. Il est un européen convaincu, mais en rien béat, il regarde cette Europe qui se divise, parfois s'étripe comme dans les coulisses des nombreux Conseils Ecofin ou il attendait avec impatience « le pti dej et ses mini-viennoiseries », « signe d'un mini-accord, accord quand même! » Il ne manque pas de croire que cette carte des négociations est toujours bonne à jouer, « Patience et longueur de temps... »

video

Nicolas Sarkozy, Jean-Claude Juncker, une vieille histoire...

Pour avoir traité et disserté de longues heures sur la crise de la Zone euro avec application et détermination, Juncker sait aussi comprendre « qu'user du portable comme de la gâchette, est bien sa principale arme », celle d'un fin diplomate à fleurets... mouchetés! L'homme recadre, et parfois encadre, bon chasseur médiatique, il clamera haut et fort « Nicolas Sarkozy m'a tuer!», l'ex-(futur?) président français se souviendra longtemps du Luxembourgeois pour l'avoir snobé lors d'un précèdent opus européen de triste mémoire pour le (re-)nouveau candidat Juncker. « Pas moins en apprenant toujours plus de ses erreurs, (depuis semble t-il) et en son temps à contre-coeur, puisque aujourd'hui Nicolas ne cache plus « l'excellent travail de Jean-Claude à la tête de l'Eurogroupe, et ce dans les pires conditions...» et croit pas moins en ses temps de crise devoir apprendre au plus vite ce que renaître de ses cendres doit pouvoir dire...

Image branding...

En effet, loin de baisser les bras, Jean-Claude Juncker s'est frotté aux joies de la fameuse ou fumeuse crise de la dette, en véritable « chambre de compensation » des décisions de la troïka, « il est allé au charbon, comme en Grèce par exemple ou certains le considèrent toujours comme « à carboniser », en fait surtout certains leaders de l'extrême droite aujourd'hui clairement cramés... politiquement!» Sur l'extrême droite en Europe, Jean-Claude Juncker sait que le véritable danger de ces élections européennes est bien (toujours) là! Au moins un point de convergence totale avec son opposant Martin Shulz, actuel président du Parlement européen et candidat socialiste européen venu faire « la nique » sur les terres luxembourgeoises du sieur Juncker. Martin Shulz s'est bien fendu d'une critique à peine voilée sur « le cas Juncker », reconnaissant toutefois en privé, de nombreuses qualités à son principal opposant, (les deux hommes ont déjeuné ensemble à Luxembourg...) de quoi nous rassurer sur la teneur encore possible des futurs débats ou devront pouvoir quand même s'opposer enfin les deux hommes, une réelle impatience qui semble être partagée par de nombreux médias. Pour l'heure, le candidat Juncker se prépare au combat à longueur de colonnes dans différents journaux comme en Allemagne, fort du soutien d'Angela Merkel, le florilège de ses thèses programmatiques passant plutôt mieux de ce côté ci du Rhin. Reste à voir l'accueil de Jean-Claude Juncker en France, elle qui attend d'un pied plus ferme cet ancien premier ministre luxembourgeois qui fait déjà les bonnes feuilles d'un Médiapart ou Canard Enchaîné, tous disposés à s'intéresser à « la nouvelle image branding » du Luxembourg, que certains imaginent toujours plus à devoir travailler... 








Une campagne Jean-Claude Juncker active...


Le site officiel du PPE...

Découvrez le site officiel du candidat Jean-Claude Juncker (EPP/PPE):

"EXPERIENCE SOLIDARITY FUTURE"





Sur Youtube...


Découvrez son discours introductif lors de sa candidature:


"L'Europe des pères fondateurs, cette Europe de la paix..."




Sur Facebook...



Jean-Claude Juncker et sa page officielle sur Facebook:


Cliquer sur l'image pour le lien actif.





Sur Twitter...



Jean-Claude Juncker et sa page officielle sur Twitter:


Cliquer sur l'image pour le lien actif.




















Photographies:
1-2-Site officiel campagne (Source PPE). 
Tous droits réservés pour tous pays.

Insert vidéo: EPP PPE Tous droits de diffusion audiovisuelle réservés pour tous pays.





Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.
Finance Offshore, premier site sur la Finance Offshore de l'espace francophone international.

                   

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.