mercredi 15 janvier 2014

Jean-Claude Juncker futur président de la Commission européenne?


Jean-Claude Juncker, François Hollande pour l'emploi des jeunes européens!




Paris le 15/01/2014. Ce jour sera déterminant pour l'avenir politique de monsieur Jean-Claude Juncker, l'ex-premier ministre du Grand-Duché de Luxembourg, chef emblématique de l'Eurogroupe lors de la crise de la Zone euro. 



Avant sa rencontre avec le président François Hollande, Jean-Claude Juncker donnera  une conférence inaugurale intitulée «La nation européenne existe-t-elle». Ceci devant les étudiants de la «Promotion Jean-Claude Juncker» de l'Ecole nationale d'administration (ENA) dans le cadre du Cycle des Hautes Etudes Européennes (CHEE) 2014 de la célèbre grande école.

«Se poser cette question, c'est surtout se rendre compte des dangers des nationalismes, des populismes et des extrémismes. C'est pourquoi nous devons relancer la communauté Europe avec les élections européennes de 2014», a déclaré Jean-Claude Juncker mardi à Luxembourg.


Injuste campagne...

D'entrée, il nous faudra balayer certaines rumeurs dans cette campagne pour la présidence de la Commission et autres ressorts européens, comme "...celles d'un alcoolisme présumé chronique de l'ancien chef luxembourgeois de l'Eurogroupe. "Elles sont le fruit -minable- de certains aigris, d'un genre plutôt incapable et donc envieux des nombreux succès de monsieur Juncker!" Une référence à la récente sortie de l'actuel chef de l'Eurogroupe, "Un Jeroen Dijsselbloem qui devrait méditer sur le besoin de s'accorder une certaine hauteur de vue et mesure dans ses propos." Instigue une importante source à Bruxelles.  Il ne faut pas confondre un épicurien et donc bon vivant, avec une personne malade enferrée dans une pathologie. D'ailleurs, si l'actuel chef de l'Eurogroupe était d'autant plus en démonstration, il comprendrait ce besoin de s'accorder parfois le plaisir modéré d'un grand cru à table...

Ce n'est pas très sympathique de vouloir résumer les nombreux efforts de ce dirigeant politique comme simple caricature! Monsieur Juncker est un homme de parole, il a le mérite de ne jamais "vendre son âme au diable", quand bien même, il est toujours en capacité d'en fixer "...le juste prix!" .

"C'est fort regrettable que des gens puissent venir faire si mauvais procès à Jean-Claude, c'est vraiment méconnaître son personnage, troublant et si blessant de voir si basses œuvres! L'important est que ses amis, y compris nombre d'opposants, font une autre lecture de cet éminent serviteur de la cause européenne, le reste n'a d'égal que l'indifférence!" Souffle une éminente personnalité à Bruxelles.
 



Cordialité constructive...

Mérites...



François Hollande recevra ce jour (15H30 Palais de L"Elysée, Présidence de la République, Paris) le "candidat Jean-Claude" Juncker à le présidence de la Commission européenne, que le président français puisse faire une juste lecture des acquis de monsieur Juncker l'européen, me paraît indispensable! Cheville ouvrière des relations franco-allemandes depuis de nombreuses décennies, il serait évident d'assurer une réelle reconnaissance aux mérites de monsieur Juncker. Finance Offshore ne s'est jamais privé de faire une lecture attentive des faits ou actions politiques de monsieur Juncker, aujourd'hui, force est de constater que cet homme politique est un rare gardien du "temple" des pères fondateurs de l'Union européenne, son expérience et sa réelle préhension des  problématiques européennes sont des éléments qui doivent se voir pris en considération. Le PPE doit se trouver un leader, ils sont certes nombreux en lice, mais j'aime à penser que monsieur Juncker sera bien la solution, ce n'est pas faire offense à Michel Barnier , bien au contraire, je sais qu'il sera en capacité de faire force à d'autres responsabilités. Si mon choix se porte sur monsieur Juncker, c'est avant tout la raison qui parle, l'ex-premier ministre luxembourgeois se caractérise par une qualité d'entremise -sincère- et directe, l'homme est fin diplomate, et finalement capable de dire haut et fort certaines vérités, celles qui font qu'une chancelière allemande ou un président français y trouveraient l'occasion d'une résolution de complications lors de négociations. 




Le favori...



Le plus important est d'entrevoir un responsable de la commission capable de créer une rupture avec les faux semblants. il faut garder à l'esprit la vision actuelle des peuples européens qui considèrent les institutions européennes si éloignées de leurs préoccupations quotidiennes. En fait, cette fameuse "usine à gaz" qui veut tout diriger et orienter, dont il est souvent impossible de comprendre les différentes arcanes! Les élections européennes se tiendront en Mai, la course à la présidence de la Commission européenne est largement entamée, Jean-Claude Juncker est un des favoris du fameux carrousel des émérites. La rencontre avec le président français, monsieur François Hollande, sera déterminante. L'ensemble des questions européennes seront -à coup sûr- évoquées par le président français et son hôte. François Hollande sait que le futur responsable de la Commission, remplaçant de Manuel Barroso devra faire sens à sa volonté de placer son ambition du retour à la croissance et l'emploi, comme nécessité pour l'exécutif européen, ses  récentes annonces en la matière trouvent un soutien de la Commission de Bruxelles. Les groupes politiques au Parlement européen ont convenu que les factions les  plus fortes marqueront la feuille de route et les candidats potentiels à la présidence de la Commission. Actuellement seul le candidat du groupe socialiste, l'allemand Martin Schulz est connu. Plusieurs noms sont négociés pour le PPE. En plus de monsieur Juncker et monsieur Michel Barnier, actuel commissaire européen au marché intéressé à la fonction,  est appelé le premier ministre polonais Donald Tusk. Il devrait être le favori de la chancelière allemande Angela Merkel qui souhaite s'accorder un temps de réflexion supplémentaire et assure que son choix "n'est en rien défini!"  Pour comprendre, le Président de la Commission européenne est proposé par "le Conseil des chefs d'Etat et de gouvernement." puis le choix d'un candidat qui se doit passer le test au Parlement européen. À bulletin secret , "la majorité des députés décident les candidats (en intra-groupe) puis lui choisissent le candidat officiel"es qualité Président de la Commission, celui-ci n'étant pas nécessairement parlementaire européen. Le deuxième mandat de l'actuel chef de la Commission José Manuel Barroso prendra fin en mai prochain. La rencontre entre Fançois Hollande et Jean-Claude Juncker sera déterminante pour la suite de  la candidature du luxembourgeois Jean-Claude Juncker, ce dernier ayant souhaité une Commission qui place "l'emploi et la formation des jeunes au centre de toutes les priorités de l'Union européenne..".  A suivre.


L'interview...


Plus tard, monsieur Juncker devait répondre à un (excellent) journaliste de France Info. Il confirme sa complémentarité avec Michel Barnier dont il reconnaît les nombreuses qualités. Sur la position du président français relative à sa candidature, il précise que François Hollande étant socialiste, il n'a pas vocation à soutenir une candidature du PPE... A la question de savoir si le fait d'avoir dirigé pendant longtemps un pays « symbole des paradis fiscaux » va gêner la campagne de M. Juncker, l'intéressé répond : « Cela me gêne mais cela ne m'impressionne pas », disant une nouvelle fois, que le Luxembourg n'est pas ce paradis fiscal et répétant la décision prise d'abolir le secret bancaire et de participer au système international d'échange d'informations. Il ajoute: « Je sais bien que le Luxembourg a un problème de réputation en France et la réputation du Luxembourg ne devient pas meilleure si la presse française nationale continue à donner du Luxembourg une idée qui ne correspond pas à la réalité de ce pays. Nous ne sommes pas comme vous pensez que nous le serions. »





"Nous ne sommes pas comme vous pensez que nous le serions..."



Interview Jean-Claude Juncker sur France Info 15/01/2014:


Tous droits de diffusion audiovisuelle réservés pour tous pays: FranceInfo














Photographies: Tous droits réservés pour tous pays.
        Présidence de la République. Divers. France.

Interview: France Info. Tous droits réservés pour tous pays.



Finance Offshore © Copyright 2014 Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.