vendredi 13 décembre 2013

Luxembourg: Standard & Poor's confirme le AAA!


Bon week-end pour Xavier Bettel et Etienne Schneider!





En date du 13 décembre, l'agence de notation Standard & Poor's a confirmé la notation souveraine du Grand-Duché de Luxembourg «AAA» pour la dette à long terme et «A-1+» pour la dette à court terme. Une bonne nouvelle qui va permettre au nouveau gouvernement luxembourgeois de continuer les nombreux efforts entrepris pour préserver le rating du pays.





Le plus abouti...


Depuis quelques semaines, différentes rumeurs instiguaient un risque sur la notation AAA du Grand-Duché de Luxembourg, « De nombreuses questions devaient s'inviter dans le concert des déclarations de la campagne électorale, dans une telle logique de changement du pouvoir, celui d'un exécutif, les agences doivent bénéficier d'un maximum de lisibilité sur les orientations programmatiques politiques, (...) Il ressort que la feuille de route du nouveau gouvernement de coalition représentait un compromis juste, le plus abouti en l'espèce. Pour s'en convaincre, si des efforts précis sont attendus, des réponses claires y sont proposées. Luxembourg doit à présent mettre en application si bonnes volontés. Un changement de paradigme doit être accompagné avec efficience, le Luxembourg ne fait pas exception à la règle. » Précise notre source.




Dans son communiqué, Standard & Poor’s précise, la notation «AAA» s’appuie sur une bonne capacité de résistance à des chocs externes de l’économie luxembourgeoise et de ses finances publiques, en raison notamment du degré élevé de prospérité économique et de la détention dans le portefeuille de l’État luxembourgeois d’actifs nets, y compris l’existence d’une importante réserve de pension.  





Stable...


À cette notation «AAA», Standard & Poor's associe une perspective «stable», mettant en avant la stabilité politique du pays et la robustesse des finances publiques comme de solides atouts qui devraient lui permettre de faire face à de potentiels chocs externes. Sur ce point, l'agence fait mentir tout un pan du conservatisme luxembourgeois, on pensera aux récentes sorties de certains membres de l'ancien gouvernement... Deux écoles donc, d'un côté, les aigris, et de l'autre, les pragmatiques qui font force de placer l'intérêt général d'un état en mutation au dessus de la politique politicienne...



Selon Standard & Poor's, le taux de croissance du PIB de l’économie luxembourgeoise devrait se situer autour des 2,0% en 2013-2016.




Place to be...

Cette croissance est induite en grande partie par les services financiers où le rapport relève l’importance de l’industrie des fonds qui continuera d’être un vecteur de croissance important. En effet, les actifs sous gestion des fonds domiciliés au Luxembourg ont atteint un niveau historique de 2.500 milliards d’euros fin 2012, un chiffre qui représente plus qu’un quart du total des actifs sous gestion dans les fonds européens. Cet aspect confirme la place financière du Grand-Duché comme un acteur majeur de l'Union européenne, faisant force à la qualité d'expertise dont les atouts affirment la notoriété internationale, le fameux « Place to be » qui assure au Luxembourg une réponse de qualité face à d'autres centres, la Suisse étant souvent un curseur de comparaison dans le concert actuel de la mutation réglementaire internationale.


L'agence ne manque pas de relativiser, qu'en dépit des défis auxquels le secteur bancaire devra faire face, le rapport relève notamment l’introduction de l’échange automatique d’informations à partir de 2015 ainsi que les coûts liés la mise en conformité avec de nouvelles réglementations, Standard & Poor's estime que le système bancaire restera profitable sur la période 2014-2016. 



Standard & Poor's considère également que la taille et la diversification du secteur financier permettront de contrebalancer une croissance générale moins soutenue ainsi qu’une pression réglementaire croissante. 





Défis....


En ce qui concerne la politique budgétaire, l’agence de notation remarque que le gouvernement compte mettre en place un cadre budgétaire à moyen terme en 2014 et relève que l’incidence budgétaire du vieillissement démographique représente un défi à long terme pour la soutenabilité des finances publiques.


On le voit, Le Luxembourg doit se mettre en ordre pour relever ses nombreux défis, selon les experts et donc analystes économiques de différents boards, le pays devrait pouvoir -encore- bénéficier d'un climat de relative clémence si les ajustements promis se traduisent dans les actes. Le nouveau cadre réglementaire international qui représente toujours un facteur de pression sur l'économie d'un état peut s'avérer comme un véritable déclencheur salutaire sur les fondamentaux. Le nouveau gouvernement démontre une capacité pro-active en la matière, Xavier Bettel n'ayant jamais fait l'économie d'une vérité vers cette logique. A suivre...























Photographie: Tous droits réservés.
Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.