vendredi 27 décembre 2013

LE LOUP DE WALL STREET, DiCaprio en Jordan Belfort!

Leonardo DiCaprio en extase...
 

Los Angeles: 25/12/2013-  C'est très certainement l'évènement cinématographique de la saison, un film formidable qui nous retrace l’ascension spectaculaire et la chute vertigineuse du courtier en bourse Jordan Belfort. A la manoeuvre, Martin Scorsese, excusez du peu! Un thriller souhaité par Leonardo DiCaprio qui campe le rôle de ce courtier connu comme le loup de Wall Street, un film à ne pas manquer! Léonardo Dicaprio a lui même négocié l'acquisition des droits de l'histoire durant sept années...



Jordan Belfort


L’ascension spectaculaire et chute vertigineuse...



Le réalisateur lauréat aux Oscar Martin Scorsese a abordé le crime en Amérique sous des angles multiples dans ses films, mais il atteint de nouveaux sommets avec «Le Loup de Wall Street», incursion d’actualité dans le monde tragi-comique et monstrueux de l’extorsion de fonds dans la haute finance. Il entreprend un voyage épique dans un environnement rendu toxique par la cupidité, l’adrénaline, le sexe, la drogue et l’agitation constante provoquée par l’argent facile.
 
Basé sur une histoire vraie, «Le Loup de Wall Street» raconte l’ascension spectaculaire et la chute vertigineuse de Jordan Belfort (Leonardo DiCaprio, nominé à trois reprises aux Oscars®), un courtier en bourse new-yorkais au train de vie tumultueux et de tous les plaisirs, qui gagne une fortune colossale en escroquant des millions à des investisseurs avec l’aide de sa joyeuse bande de traders.
 
Le film retrace le parcours effréné de Belfort, de ses débuts de jeune prodige inexpérimenté et vertueux faisant ses armes à Wall Street, jusqu’à sa transformation en loup de la spéculation totalement corrompu et cowboy de l’introduction en bourse. Jordan amasse une fortune démesurée, qu’il réinvestit dans tout un tas d’aphrodisiaques: femmes, Mandrax, coke, voitures, une épouse top model et une vie légendaire d’aspirations et d’acquisitions sans limites. Ce n’est que lorsque la société de Belfort, Stratton Oakmont, atteint des extrêmes de satisfaction hédoniste, que la SEC (Securities and Exchange Commission, le gendarme de Wall Street) et le FBI concentrent leur attention sur son empire des excès.
 
 
 
Sincérité...
 
«A la fin des années 80 et au début des années 90, Wall Street n’avait aucune règlementation, c’était comme dans le Far West» note DiCaprio et d’ajouter «Et Jordan Belfort était un de ces loups qui a profité de ce vide juridique pour amasser une immense fortune. Pour moi, son histoire est le reflet de cette période durant laquelle nos institutions financières se sont détériorées.» «Ce qui est aussi fascinant au sujet de Jordan, c’est la sincérité absolue qu’il met dans tout ce qu’il accomplit. C’est un fonceur. Un homme sans retenue. Il n’a aucun complexe à vouloir s’en mettre plein les poches et à assouvir ses plus folles envies – je pense que tout ceci forme la base d’un personnage fascinant. Et le fait qu’il soit obligé d’en payer le prix à la fin en fait une histoire remarquable.»
 
 

Existence débridée...


Avant que Belfort ne soit inculpé pour fraudes en valeurs mobilières et blanchiment d’argent, il menait l’existence la plus débridée et la plus démesurée que l’on puisse imaginer – pilotant son propre hélicoptère, conduisant 6 voitures de luxe, naviguant sur un yacht de 167 mètres de long ayant appartenu à Coco Chanel, accumulant jusqu’à 700’000 dollars de factures d’hôtels et de prostitués, et consommant quotidiennement des dizaine de cachets de Mandrax coupés à la cocaïne et à la morphine.
 
Puis Belfort perd complètement pied. Comme il a beaucoup de temps pour réfléchir, il se confesse et retrace pas à pas son parcours dans un livre, révélant comment il a débuté son entreprise de courtage dans son garage, développant une affaire de «penny stocks» – des actions ultra-spéculatives à 1 ou 2 dollars – qui devint la boîte ultime de «manipulation du marché» (des courtiers en bourse au bagout d’enfer gonflent les titres pour augmenter les prix, puis déversent les parts surévaluées sur le marché, escroquant au passage les investisseurs), puis comment ses appétits insatiables l’ont finalement ruiné. Ce livre, écrit avec une sensibilité irrévérencieuse toute new-yorkaise, a été salué par la critique pour son rythme haletant et sa touche comique; certains voient en lui l’histoire d’une folie financière des temps modernes s’emparant de l’Amérique.


Robin des bois...


Belfort n’a certes pas fait partie de la pègre, mais beaucoup sont d’avis qu’il est un gangster de la finance. Tandis que ses clients subirent des pertes désastreuses, ses amis et lui agirent comme des bandits et révélèrent publiquement le montant de leur butin, ce qui amena Forbes Magazine à écrire au sujet de Belfort «il est une sorte de Robin des Bois qui vole aux riches pour donner à lui-même.»
Pour Martin Scorsese, l’histoire de Jordan Belfort était une manière d’aller là où il n’était encore jamais allé avant en tant que réalisateur en explorant les extrêmes les plus comiques du comportement de l’être humain. «L’histoire de Jordan s’inscrit parfaitement dans la fascination américaine pour l’ascension et la chute – la tradition du gangster» explique le réalisateur. Jordan suit certes la tradition du gangster, mais il la retourne. Plutôt que de se cacher en évitant de se frotter à la loi, il étale sa richesse acquise illégalement de la manière la plus ostensible possible – et parfois inimaginable – suppliant presque qu’on le punisse pour que s’effondre son mini-empire.
 


Léonardo DiCaprio, majestueux!
 
Gilded Age...
 
 
Scorsese voit également dans ce film une occasion de réaliser un voyage hautement divertissant retraçant le cycle d’extase financière, de folie et de désastre récurrent dans l’économie américaine. «En tant qu’amateur d’histoire, je suis particulièrement stupéfait et abasourdi que ce genre de choses ne cesse de se reproduire encore et toujours» commente le réalisateur. «Vous assistez à des périodes de booms financiers où règne une certaine euphorie, lorsque tout le monde a l’impression de devenir riche et que tout se passera formidablement bien – puis tout s’effondre et on réalise que quelques personnes seulement sont devenues encore plus riches au détriment des autres. Cela s’est produit à la fin du 19ème siècle aux Etats-Unis (Gilded Age – âge doré). Cela s’est reproduit en 1929. Puis à nouveau en 1987, période à laquelle se déroule notre film. Et à nouveau au tournant du millénaire avec l'éclatement de la bulle dot.com et en 2008. Mais cela peut se reproduire bientôt à nouveau.»
 
 
 
 
 
 
Paramount Pictures
 Paramount Pictures International. Tous droits réservés pour tous pays.
 
 
 
From Academy Award winning director Martin Scorsese comes The Wolf of Wall Street, starring Leonardo DiCaprio.
 
 
 
 
 
 
The Wolf of Wall Street, avec Leonardo DiCaprio, sort le 25 décembre aux Etats-Unis.
 
Le film est visible dans l'ensemble des pays de l'espace francophone international.
Sortie décembre 2013 à janvier 2014.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


 
 
Paramount PicturesPhotographies: Tous droits réservés pour tous pays.
Paramount Pictures International
 
 
 
 
 


 
.
Remerciements: Leonardo DiCaprio. L.A

 
 
 
Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.
 

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.