mercredi 19 juin 2013

Affaire Bommeleeër: Menaces de mort et scandale d'état à Luxembourg! (Exclusif)



                          
                           Luc Frieden, dauphin qui nage en eaux troubles?


Luxembourg le 19/06/2013

Le climat est pesant à Luxembourg, les langues se délient et les premiers effets de l'affaire Bommeleeër se font remarquer sur l'état de droit. « Jamais dans l'histoire de notre pays, le pouvoir s'est retrouvé ciblé par une affaire d'état qui semble redéfinir plus que jamais les véritables contours de notre démocratie, ses élites, plus grave, leurs pratiques! » Finance Offshore s'intéresse à ce dossier depuis février, nous ne cachons plus à nos lecteurs de l'espace francophone international, que cette affaire risque de voir le Grand-duché de Luxembourg faire son entrée dans l'histoire de ces états corrompus « par des pratiques dignes d'une république bananière », pour paraphraser un des avocats de la défense, maître Vogel. Justement, cet avocat émérite, connu pour avoir souligné tout au long de sa carrière, les errements de la justice de son pays, et certains faits graves de l'appareil d'état. « La sidération est devenue le triste lot de cette affaire, tel le pain quotidien, plus on avance dans l'affaire, plus les rebondissements instiguent des altérations gravissimes à l'état de droit. » précise une source à Luxembourg. On s'étonnera, au même titre que certaines représentations diplomatiques présentes à Luxembourg, de « Devoir constater une Omerta dans les rangs de ceux qui tentent, tant bien que mal fuir leur responsabilité. Finalement qui sont ces personnages que toute l'entreprise de justice souhaite préserver, doit-on conclure à une levée de boucliers pour protéger la monarchie, certaines de ses relations et peut-être, pratiques? » insiste une de nos sources à Luxembourg, visiblement bon client du climat si propice aux allégations qui font l'actualité. Plus simplement, est-il concevable de voir une coalition politique s'enliser dans un tel exercice « Qui n'aura que pour conséquence le renforcement d'une défiance généralisée dès lors que la lumière s'imposera! », (...) « N'en doutez pas, la boîte de Pandore voit ses derniers verrous sauter les uns après les autres, (…) nous avons une relative avance sur les futurs évènements, ils sont en capacité de faire la part belle à un effet domino sans précèdent dans l'histoire de notre pays. Tout ce qui viendra s'ajouter à l'affaire, va donner l'impression d'un point de non retour, toutes démarches pour s'en soustraire ne serait qu'un chapelet d'une mauvaise prière! » Croit savoir une de nos sources à Luxembourg. Fermer le ban.

 

Labyrinthe...
 
 
L'affaire qui d'un paravent « Stay behind » devrait selon certaines sources aboutir sur la mise au jour de dossiers très graves sur les agissements de certaines élites d'un état supposé de droit. « On le sait, il y a une ambiance détestable, ça balance, les protections s'affaiblissent, les langues se délient, et finalement, l'intérêt de voir toute la vérité gagne en ampleur. » Ceux qui voulaient s'aménager une sortie par le haut, se rendent bien compte que des éléments risquent de mettre à mal leur stratégie, des points fondamentaux s'invitent dans la partition. « Ils sont directement liés aux réseaux qui craignent de voir fragiliser leurs acquis, plus personne ne peut se sentir en sécurité sur des agissements passés, il y a une fronde sans précèdent, elle dispose d'un accueil bienveillant des milieux populaires, la meilleure chance de voir la fin d'un cycle qui se partage entre le refus d'une transparence totale et la tentation d'une continuité toute organisée... » insiste notre source. A l'évidence, la mission de la justice luxembourgeoise est très délicate, il y aurait pour d'autres sources,  une "immixtion flagrante" de l'appareil d'état qui «Tente par tous les moyens de décrédibiliser les démonstrations de ses flagrantes responsabilités, avec cette ferme intention de systématiser tous les évènements comme des opérations qui ne seraient que le fruit d'électrons libres, un comble! » Il est vrai que tous les éléments qui contribuent à définir un cadre de responsabilité se retrouvent étrangement flanqués dans une commission d'enquête parlementaire pour le mieux, voir boutés vers un labyrinthe dont seul les initiés semblent conserver les clefs, pour le pire. « C'est indéniable, la dualité de certaines postures de ce gouvernement n'est pas de nature à rassurer, on prétend jouer carte sur table, et en coulisses, on organise tout un système de défense parallèle, entre Spin doctors, conseillers juridiques, officines diverses. » (...)« Ce n'est pas condamnable en soit, il faut faire un certain tri, des échéances électorales sont proches, il faut organiser un calendrier « sur mesure » pour s'éviter une cuisante bascule, celle qui permettrait d'ouvrir un champ pour l'opposition. » (...) « Pour me faire comprendre, aller au bout d'un processus d'une justice exemplaire, et là, pointeraient de gros problèmes, ceux qui sont logiquement liés à l'idée d'une justice efficace, que chacun peut espérer avec un état de droit, c'est à dire une démonstration pleine et entière de l'indépendance de la justice de notre pays. Imaginez que la seule avancée proposée par le Csv n'est autre que cette altération sans précèdent dans l'histoire du pays, celle de la presse dont la protection de ses sources, sous couvert d'une rivalité toute politicienne. C'est un scandale, les médias de notre pays sont exemplaires, ils doivent refuser toutes altérations de leurs acquis, il y va de notre démocratie! » insiste et croit savoir notre source à Luxembourg.
 
 
 
 
Sciences politiques...
 
Il est vrai que suite au débat de défiance du gouvernement, le chef de la fraction démocrate chrétienne n'a pas convaincu sur une de ses sorties relatives à l'information explosive d'une radio publique « 100,7 Radio. », cette même information qui démontrait que le procureur d'état avait fait l'objet d'une rumeur tendant à le définir comme homosexuel, mais bien plus grave encore, comme pédophile patenté, au point de devoir concevoir pour certains, envoyer un détective privé en mission en Thaillande pour suivre ce même procureur et faire un « publi-reportage à l'envers » pour le moins à charge... En fait peut être une présumée manoeuvre d'un agent des services du renseignement luxembourgeois, étrangement affublé d'être toujours et encore un électron libre... Alors que nombreux sont à penser qu'il serait bien plus un fusible. Procureur Biever qui quelques années plus tôt, devait constater qu'une loi portée par l'ancien ministre de la justice s'était vue remaniée « pour esquiver certaines de ces recommandations », comme celles liées à l'aboutissement du processus de l'affaire du « Bommeleeër » qui remonte aux années 80. (Ndlr: Poseur de bombes en luxembourgeois.) En fait un bruit persistant semblerait instiguer certaines manoeuvres pour enterrer l'affaire, « Purement et simplement... » pour ce qui est « du simplement » le procureur Biever semble avoir démontré un déterminisme efficace. Ce même procureur qui était à l'origine la semaine passée de la fronde des motions de défiances de l'opposition du parlement luxembourgeois, (système mono caméral, 600 000 habitants.) du gouvernement et actuelle coalition CSV (Démocrates chrétiens) et LSAP (Socialistes). Justement, nos sources trouvent que la position des socialistes est incompréhensible, au point de créer des situations pour le moins confusionnelles au sein du parlement, des députés ne cachent pas que cette ligne de défense est un calcul risqué dès lors que le CSV pourrait être amené à devoir constater que la justice se rappelle au bon souvenir de ses élites et... certains de leurs choix. « La solidarité est de mise pour celui qui dispose d'éléments suffisants pour accorder telle aubaine, mais dans le cas contraire, le risque est démesuré, voir aveuglant! » (..) « Que restera t-il d'une telle posture qui se veut si solidaire, le serait-elle dans le temps si d'aventure des membres Csv de l'actuelle coalition s'avéraient contraints par les effets logiques d'une justice en démonstration? » S'interroge notre source spécialiste émérite en Sciences politiques; visiblement choqué par la légèreté de l'état major socialiste luxembourgeois qui semble pécher « par optimisme démesuré! » (...) « C'est quand même faire peu de cas des élus socialistes du parlement qui sont à des années lumières des casseroles du pouvoir démocrate chrétien CSV! » souligne notre expert. Une interprétation bien logique des actuels débats au sein du LSAP, en privé , il n'est pas rare d'entendre des critiques très acerbes sur les orientations de la stratégie actuelle « Je connais déjà le sujet de conversation lors de la fête nationale, je vais être bombardé! C'est casse-gueule, on va tous y passer, mes électeurs sont furieux et crient au scandale, ils se sentent trahis. Tous suivent les derniers effets de l'affaire Bommeleeër, plus graves les révélations explosives sur le service de renseignement de notre état! (Ndlr:SREL). » Souligne à une de nos sources un député de la fraction, sous couvert de l'anonymat. Le LSAP devra communiquer une liste d'éléments de langage pour aider les députés qui risquent de ramer dans les mois à venir. A vrai dire, si ces allégations restent "lettre morte", la coalition aura de bonnes chances d'en tirer un relatif profit...
 
 
 
Une poupée et une balle...
 
Il faut dire que le détective privé chargé d'enquêter sur la supposée pédophilie du procureur d'état s'est mis à table lors de son passage devant la Cour du procès « Bommeleeër », annonçant tout de go faire l'objet d'une menace de mort, ayant reçu une poupée et une balle, (Ndlr: Tradition dans les services secrets pour annoncer que vos jours sont comptés...) Mettant en avant le présumé commanditaire de cette opération de déstabilisation tendant à décridibiliser le procureur Biever qui n'a pas manqué de faire une leçon de choses, c'est à dire à expliquer dans le détail comment l'ancien ministre de la justice Frieden avait tenté gommer un paragraphe d'un projet de loi, « afin de ne jamais permettre à la justice luxembourgeoise de poursuivre des enquêteurs qui avaient volontairement retenus des sources. » excusez du peu! Une tentative suite à l'entremise présumée de l'ex directeur de la police Pierre Reuland, de quoi faire bondir toutes les âmes éprises du respect de l'état de droit. Le procureur Biever, grand serviteur de l'état devait (selon ses dires) découvrir cette manipulation avortée après avoir rouvert l'affaire du « Bommeleeër » et découvert que ce même ex-directeur « avait été irrité que le texte de loi ne correspondait finalement pas à ce qui avait-été convenu avec le ministre de la justice de l'époque! » Autant dire que cela commence à faire beaucoup d'allégations ou  suspicions sur le compte de l'actuel ministre des finances, Luc Frieden. Selon le procureur d'état Biever, Pierre Reuland et Patrice Solagna, chef de la police judiciaire, auraient également évoqué au moment de la réouverture du dossier qu'il « était évident que les vrais coupables allaient en sortir indemnes » et que la série d'attentats n'était qu'un jeu. Le procureur ne s'est pas privé de rappeler que le ministre de la justice de l'époque Luc Frieden aurait « trois à quatre fois par an » demandé s'il était vraiment censé de poursuivre les investigations pour l'affaire du « Bommeleeër ». Arguant que les enquêteurs avaient « peut être mieux à faire... », procureur visiblement dans son élément lors de l'audience et ne faisant pas l'économie d'une précision comme celle qui instigue que lors du transfert de Pierre Reuland et de Guy Stebens, ce même Frieden aurait évoqué « une guerre entre la police et la justice, et que la justice perdrait! » En fait, ces présumés dires ou allégations ne peuvent que confirmer l'ambiance actuelle qui prévaut au sein du palais de justice de Luxembourg, et pour être complet, dans les travées du parlement luxembourgeois. Le détective Durand à quand à lui précisé qu'André Kemmer aurait fait savoir à un intermédiaire commun de lui recommander de « fermer sa bouche... » Il ne croyait pas si bien dire, puisque c'est ce détective qui aurait fait état de l'opération pour habiller le procureur Biever d'une réputation de pédophile patenté à la radio publique que le Csv (Parti démocrate chrétien au pouvoir.) semble avoir tenté à son tour, cibler la sacro-sainte protection des sources! Comme quoi...
 
 
 
André KEMMER...
 
Il en ressort que suite à ces allégations, le SREL (Ndlr: service du renseignement de l'état luxembourgeois.) serait présumé commanditaire de cette mission par le biais de ce fameux "électron libre", utilisé et donc toujours corvéable à merci, nous ne doutons pas qu'il puisse faire encore l'actualité dans les jours à venir. « Il faudrait qu'André Kemmer se libère totalement et joue carte sur table, personne ne peut imaginer qu'il soit à l'origine de tout cela, il ne doit pas imaginer que tout le monde lui tient rigueur d'avoir été finalement qu'un maillon. Il était exécutant, chacun peut le comprendre, son courage devrait lui assurer une autre issue. Ce n'est pas évident pour lui, il doit impérativement demander la protection de la justice. Ses possibles errements trouveront des explications, d'autant plus de compréhension si ses explications s'avèrent en capacité de faire toute la lumière. Il se sent peut être protéger par certaines promesses, voir plus grave, contraint par certaines menaces. Il ne doit pas se sentir seul, il l'est beaucoup moins que les éléments semblent le démontrer. Son courage devrait lui offrir la meilleure clef! » Aime à penser une de nos sources. D'ailleurs, nous ne pouvons que nous ranger derrière cette analyse, il y a certes des opérations qui manquent de hauteur de vue, mais qui pourrait se placer en lieu et place d'un agent que d'aucun imaginera instrumentalisé. Qui se satisferait d'une condamnation pure et simple d'initiatives certes douteuses, mais dont le contexte ne doit pas manquer objectivement à une grille de lecture complète, intégrale. Pour l'heure, l'affaire « Bommeleeër » suscite un intérêt de la part de nos nombreux lecteurs de la sphère francophone internationale, visiblement intéressés par les problématiques d'un état de droit comme Luxembourg, qui se doit préserver un espace serein à sa justice, un avenir plus constructif pour ses services du renseignement et offrir la garantie à ses parlementaires de mettre le curseur de l'état de droit à sa juste hauteur. A Suivre...


 

Notre précédent article sur Luxembourg:

Le SREL et Sandstone déjà à la manœuvre en 2009 pour la création du LIGFI...
 
 
 Pour comprendre l'affaire "Bommeleeër":
 
 
 
 
 
 
 
 
Photographie: Tous droits réservés

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.
 

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.