mercredi 2 mai 2012

Présidentielle France. Hollande VS Sarkozy: Finance Offshore donne son avis!

Présidentielle en France, Finance Offshore donne son avis!

    





Interview de Didier REMER (Finance Offshore) par Emanuel de Saint Cyr.



Emanuel de Saint Cyr: Quel est votre avis sur cette seconde  candidature de Nicolas Sarkozy, faut-il faire confiance au président français sortant?

Didier Remer: Je vais vous donner une réponse objective; Monsieur Sarkozy ne peut se prévaloir d'un bilan totalement exemplaire, comme de nombreux dirigeants  européens confrontés à la crise. Cependant, les nombreux efforts comme ceux plus que vertueux à la présidence de l'Union Européenne ou le G20, résonnent comme des étapes en partie louables au bilan de monsieur Sarkozy... Un président français de cette envergure ne devrait pas se perdre sur des questions si éloignées de l'économie française, ses fondamentaux, ses très nombreux potentiels.  Faire cette part "trop belle" aux seules thématiques de Marine le Pen est un certain déni. Mais plus grave aujourd'hui, les chiffres lui donnent déjà un certain tort sur certaines orientations, bouclier fiscal, fiscalité et imposition... La France, s'est enferrée dans la course à l'austérité du couple franco-allemand  "Merkozy"...   Certains économistes s'insurgent contre un modèle jugé suicidaire qui porte le risque d' une récession toujours acquise à l'effet domino... Alors candidat en 2007,  Nicolas Sarkozy a donné des signaux forts aux marchés qui espéraient -à juste titre- le retour à la croissance dans une logique de « flex-sécurité », concept  si souvent évoqué comme le modèle de référence!  A l'heure d'un certain bilan, il s'est perdu, ou se perd d'autant plus dans les thèses programmatiques du Front National.(...) On peut toujours vendre son âme au diable, mais il faut -toujours- en fixer le prix! C'est un gâchis certain, celui qui se voulait pourfendeur de la « mauvaise finance... offshore » (ndlr: liste grise de l'OCDE...). Pas toujours aidé par certains de ses collaborateurs, je pense aux choix de certains ministres,   il s'est rapidement avéré impuissant et finalement contre-productif là ou beaucoup de personnes misaient sur son volontarisme et ses nombreuses qualités...

Emanuel de Saint-Cyr: Le team « Finance Offshore»,  avait porté son choix sur Dominique Strauss-Khan comme "personnalité de l'année 2011" On peut ainsi mieux comprendre votre relative amertume pour tout ce qui s'est passé en France... 

Didier REMER: Point d'amertume, juste une réelle déception... J'ai moi même toujours considéré les qualités d'économiste du président démissionnaire du Fond Monétaire International , ...un Dominique Strauss Khan « candidat à la fonction » supporté en son temps par un certain... Nicolas Sarkozy! Nos critères sont ceux d'économistes, rien d'autre, je vous rappelle que madame Lagarde était notre choix en 2010, choix judicieux car elle même devait faire l'objet d'un parfait consensus, je ne suis en rien absent de cette volonté si récente de voir enfin  une femme dirigée si grande institution! Alors Finance Offshore ne souffre d'aucune absence d'objectivité sur la question. Dominique Strauss Khan est un économiste pragmatique qui devrait pouvoir nous démontrer que peut-être lui même, est  aussi une victime, certes dans un autre genre, si particulier... Seule la justice fera son oeuvre, les commentateurs devraient faire force d'une certaine prudence, toute conclusion hâtive serait contraire à l'esprit même du devoir de justice et donc équité. Pour ce qui est de Nicolas Sarkozy, non je crois sincèrement que certaines personnes comme par exemple non exhaustif  celle du genre de  Nadine Morano ne sont pas de nature à mettre en avant les qualités sincères de Nicolas Sarkozy. « Nadine ce n'est pas Gaino! » me disait encore un ami ministre... Bien que très sympathique, si un ami comme Gérard Léonard par ailleurs qui disposait d'une réelle estime de Sarkozy, serait encore de ce monde, il lui dirait: «  Avant de parler, il faut connaître son sujet.... ». Le problème de la « demi-caste Sarkozy », c'est tous ces portes-paroles qui lui font un tort certain, je sais que ceux qui bataillent dure pour faire reconnaître ses qualités dans cette élection, souffrent de ces nombreuses dérives verbales...c'est un gâchis, car Nicolas est en général une personne sincère, et parfois même plus que crédible sur des questions de la gestion de la crise de la Zone euro, ... de la dette!  Résumer son bilan à un échec est franchement simpliste et malhonnête! Henri (Guaino), devrait dire à Nicolas: « Reprend la main, et demande une certaine mesure à tes compères... Tu fais mieux seul! » On me dira que que je suis sévère à l'endroit de certains premiers cercles, mais Nicolas doit faire ce qu'il fait le mieux, c'est à dire s'exprimer avec coeur... Et donc raison! Cependant, les affaires et leur climat son un boulet difficilement contestable à l'heure du bilan, les affaires risquent de peser dans le duel..

Emanuel de Saint-Cyr: justement en parlant d'affaires, Dominique Stauss-Khan évoque à nouveau la théorie du complot (The Guardian) , votre avis?

Didier REMER: Dominique Strauss Khan est en doit de se poser cette cruciale question, il veut cette vérité que « l'histoire marquera là aussi de son bilan! ». Il y a des immixtions qui font appel à de sérieuses interrogations, des observateurs éclairés remarquent des points troubles... tout comme la justice! Dominique Strauss Khan ne se résume pas "à ses ébats", c'est un homme de hautes compétences, que certains est vu en lui un sérieux rival, n'est pas absurde, mieux, ni contesté d'ailleurs... On pourra parler d'égal à égal quand le dossier Karachi ou celui plus récent d'un potentiel financement de la Libye  seront traités avec  équité, c'est utile pour la justice de ce pays, son peuple... et l'honneur de certaines personnes.

Emanuel de Saint-Cyr: François Hollande s'est fait remarqué par son attaque rangée sur la finance, quand il parle dépenses, est-il vraiment crédible?


Didier Remer: Oui, il faut reconnaître que la gestion « macroéconomique » de son département et de sa région ne sont pas les meilleurs facteurs d'exemple... Mais en rien différents des autres régions françaises qui doivent, elles aussi composer... En temps de crise! Il est clair que « sa réforme fiscale » (75% etc ...) et ses efforts symboliques sur le salaire présidentiel sont à mettre au compte d'un seul plan média du candidat qui veut « montrer l'exemple! » d'ailleurs, pourquoi pas? Il propose une réforme, qui selon nos études, si elle devait aboutir, sont autant de gages pour la croissance, ses conseillers sont dans le juste, la rigueur sans croissance, c'est l'échec de la France, plus grave, de l'Union européenne... Mais il devra « récupérer un certain corpus de vérités », celles d'un Nicolas Sarkozy...  Certes, elles seront à lisser, mais le delta entre Schengen et compétitivité dont un certain « Buy Act à l'européenne » sont à garantir... Si ces mesures pour « chasser certaines dérives se font avec discernement et équité, …pourquoi pas? » Les talents et leur fortune sont autant de forces qui ne s'arrêtent pas -ou plus- aux frontières, les faire fuir est une erreur grossière, alors François Hollande devra rapidement revoir sa copie... Nicolas a le mérite d'être franc sur la question, « c'est donnant-donnant, gagnant-gagnant! » ...Sauf que dans les faits, l'évasion fiscale n'a jamais été aussi importante sous son mandat, ...cherchez l'erreur!

Emanuel de Saint Cyr: Si François Hollande est élu, que penser de l'avenir des places financières offshores de la Suisse ou du Luxembourg?

Didier Remer: La Suisse hors Union Européenne est donc toujours logiquement hors concours, pour le Luxembourg, il ne fera pas de « cadeaux ».  Il faudra bien plus escompter sur la fin des hedge funds « versus actuel »... Quitte à se mettre à dos certains bastions, il mettra les banques françaises au pas, il faut s'attendre à des lois restrictives pour scinder banques d'investissements et celles de « simples réseaux »... D'ailleurs, qui sera capable de lui contester de vouloir que « l'épargne populaire et donc logiquement modeste » ne soit plus jouer « ...au casino! ». S'il est élu, je le crois  sincère sur ces objectifs, sa croisade en Europe risque de devenir le futur modèle de toute la Zone euro! La montée du chômage, la dérive des structures macro économiques actuelles lui donnent en partie  raison. Il faut une réforme de notre modèle social européen, Angela Merkel voit bien la limite de ses pressions permanentes sur ses pairs, elle réalise près de 70% de ses performances avec des échanges au sein de l'Union Européenne, de quoi y réfléchir!



Emanuel de Saint-Cyr: Angela Merkel semble très inquiète des objectifs de François Hollande, elle parle parfois « d'une incompatibilité stratégique... »

Didier REMER: Oui, elle sait que la pseudo « suprématie germanique » volera rapidement en éclat! François Hollande remettra la question de l'équité au -centre- des débats, ses orientations... Il veut que la solidarité européenne soit plus adaptée aux questions sociales, que purement financières comme devenues actuelles... Il veut une relance des peuples, et non plus du seul secteur financier... Qui ne trouve son salut que dans les efforts des peuples... amendés comme jamais! Il sait que les jeunes doivent pouvoir s'investir dans un avenir, et non pas ou plus uniquement enferrés que dans la crise et ce besoin de donner des uniques gages -au seul- secteur financier! Sa posture est courageuse, à contre-courant. Nos modèles économiques sont formels; l'effet « domino » actuel de la zone euro peut sonner comme un -enterrement de toute une génération- qui très logiquement.... s'y refuse! Les jeunes ne veulent plus se faire « voler » leur avenir! Ils sont dans le vrai, il est temps que les politiques s'investissent pour donner de vrais réponses... On ne peut admettre cette logique « d'une génération gâchée! » Ceux qui s'y refusent sont dans le vrai! Il faut inverser des logiques qui ne servent que trop -d'intérêts particuliers!- François Hollande devrait continuer à s'investir à contre-courant du seul modèle allemand. Il ne le sait encore que trop peu, s'il se fait l'ambassadeur de cette noble cause -en Europe- nombreux sont ceux qui lui donneront quitus, si ce n'est déjà le cas... Comment concevoir un futur en invitant toute une génération à démissionner... Sacrifiée sur l'autel des marchés pro-spéculatifs. Les marchés gagneront avec la croissance, tout modèle économique qui installe la récession grèvera les chances d'une normalisation des fondamentaux de l'économie, défendre les seuls intérêts de la suprématie allemande instigués en îlot au coeur de la Zone euro serait un piège lourd de conséquences! Le mot clef qui devrait lui ouvrir les portes du château est bien celui de la croissance...

Emanuel de Saint-Cyr: On reproche à Nicolas Sarkozy de courir derrière Marine Lepen , votre avis?

Nous autres économistes et consorts, pensons, que s'abaisser en justification sur des thèses programmatiques si éloignées des enjeux économiques, c'est faire abnégation sur les réalités d'une urgence si flagrante! Sarkozy flirt avec le populisme, il s'agit là de sa plus grande erreur! Ses atouts son ailleurs, il manque de hauteur, le piège « Marine Le Pen » risque de se refermer sur lui, et plus grave, l'UMP! (Majorité présidentielle en France). Le temps  est bien celui de dire toute la vérité sur l'économie et son besoin de retour à la croissance! C'est un non sens que cette stratégie, il doit élever le débat, son conseiller a tort (ndlr: Patrick Buisson) , l'effet boomerang peut devenir proche! Il faut qu'il montre que sa compréhension est pleine sur les enjeux de l'Union européenne, l'économie, l'industrie, l'innovation... Un non sens pour celui qui a offert une des plus fructueuses présidences de l'Union européenne... celle de la France!

Emanuel de Saint-Cyr: On connaît l'implication du "Luxembourg offshore" dans l'affaire Karachi, Nicolas Sarkozy parle de « boule puante » et dit ne pas être en relation avec cette présumée affaire de rétro-commissions occultes sur fond de contrat « Agosta » (vente d'armes -sous marins au Pakistan). Est-il concevable que le ministre du budget informé par courrier de l'ancien ministre de la défense puisse prétendre ne rien savoir de cette affaire?

La lettre existe et nous en avons une copie rendue publique qui fait bien l'objet d'un déclassement « secret défense »... Plus grave, il semble y avoir de sérieux  doutes sur des immixtions particulières de certains cercles présumés comme très proches de la sphère Balladurienne... En ce sens, la justice creuse un parfait sillon vers la vérité. En l'état actuel de l'affaire et du dossier, dire que Nicolas Sarkozy serait l'instigateur de ce dossier ou donc affaire d'état, serait à mon avis excessif et sans respect de la présomption d'innocence due au chef de l'état...  Par contre, tenter nous faire encore croire  qu'il ne soit pas informé, (alors ministre du budget) de l'existence d'officines place du théâtre (à Luxembourg)  de la DCNI (direction des constructions navales internationale)  que certains considèrent comme plus que douteuses à Luxembourg est une contre-vérité absolue. Il a été un des ministres qui assuraient de par leur fonction et son cadre réglementaire une responsabilité -en partie-  logiquement liée au montage des structures chargées des commissionnements légaux... (la justice s'intéresse aux fameuses rétro-commissions illégales) A présent, la vente d'armes est encadrée par la loi souhaitée par un certain... Jacques Chirac. Loi qui impose à présent des procédures « à étages » donc plus encadrées comme avec les commissions à la défense paritaires des deux assemblées qui aujourd'hui sont à l'origine de nouvelles procédures, dans les faits rendues plus complexes. Un changement relatif aux accords internationaux signés par l'état français. Jamais au grand jamais la campagne de Balladur s'est financée que sur la simple vente de tee-shirts et autres gadgets, pour certains observateurs éclairés, le trésorier du candidat Balladur semble confirmer cette posture! Pour certains il faut concevoir que les finances étaient clairement insuffisantes pour deux candidats majeurs... à droite! Certains membres du Conseil Constitutionnel de la république se sont émus de certaines facilités... Pour valider les comptes des candidats!


Emanuel de Saint-Cyr: Les services secrets Libyens disposeraient de notes relatives à un supposé pacte de « 50 millions de retour » dont une diffusée par le site Médiapart, et ce pour aider le candidat Sarkozy, votre avis?


Monsieur Ziad Takieddine fait l'objet de poursuites, il juge hautement plus crédible cet accord que la note évoquée par Médiapart. Un ami me disait encore avec humour: " Jean-François Copé qui se baignait dans une belle piscine pourrait peut-être aider la justice à comprendre dans quel sens, enfin nager...  Et ce en posant directement la question « à son présumé  ami Ziad!... et d'ajouter:  Pourquoi en plein conflit, monsieur Ziad Takieddine s'est fait arrêté sur un aéroport de Paris avec selon certaines sources avec un million d'euros, alors en plein retour de Libye …" Plus sérieusement, je crois savoir que le président qui devait accueillir le dictateur et sa tente se prénomme toujours Nicolas Sarkozy. Ce qui s'est dit ou décidé restera dans le secret des conciliabules « autour du thé ». Nous n'avons pas à douter de l'implication de certains pour oeuvrer... Vers la vérité! Au premier rang, celle de la justice française qui va disposer d'un certain appel d'air si d'aventure Hollande s'impose... Le fait que Saleh (ancien directeur du cabinet du dictateur vivant en France) soit selon certains observateurs du renseignement  en « couveuse sur le territoire français » avec un passeport que certains jugent toujours si peu diplomatique aujourd'hui », présence  qui laisse place à un champs de suspicions qui commandent de réelles interrogations. Nicolas Sarkozy parle d'une officine (Mediapart) de gauche, il faudrait garder à l'esprit d'autres officines prétendues légales comme celles montées à Luxembourg pour organiser les commissions des ventes d'armes au Pakistan. Un ami luxembourgeois, éminent de son état m'évoquait une légèreté très flagrante sur le traitement objectif de l'affaire Karachi par les cercles de la présidence Sarkozy, il doit y avoir des raisons...
Si le président français dit vrai, la justice devrait pouvoir le confirmer!

Emanuel de Saint-Cyr: François Hollande souhaite revoir le statut du président pour ce qui est de son immunité et sa capacité à répondre au pénal de toutes potentielles dérives. Il considère la haute Cour de justice de la république comme clairement impuissante en l'état, votre avis...

Didier REMER: C'est bien aujourd'hui que nous pouvons mesurer la qualité des missions de cette institution de la justice, ses faiblesses, ses incohérences. Il fait un fort travail de réflexion sur le climat pesant des présumées affaires du mandat du candidat sortant. Pour le reste, nous allons voir si effectivement le futur président fera mieux, il n'aura pas de grand mérité à faire plus sur les questions d'exemplarité en la matière, pour certains nous partons de si bas en la matière!

Emanuel de Saint-Cyr: Si Sarkozy perd,  à qui doivent aller ses chaleureux remerciements?

Didier REMER: D'abord son conseiller Buisson, les nombreux portes paroles qui par égo, font voler en éclat le message et la posture présidentielle du président sortant, ...et puis cette culture des cercles qui se voulaient premiers et risquent de devenir bons... mauvais derniers! Il a manqué de discernement objectif et stratégique en s'écartant de la ligne d' Henry Guaino, pour certains, oublié un peu trop vite, et bientôt peut être incontestable par la justice que lui rendrait le résultat de cette élection présidentielle. Nicolas Sarkozy dispose d'un bilan qui en temps de crise devrait lui assurer un second mandat, plutôt confortable par rapport aux autres exécutifs européens sortants. Même si rien n'est joué, il y a des signes qui ne trompent pas. Son statut de challenger est l'évocation la plus cinglante de son potentiel affaissé...

Finance Offshore gardera en mémoire l'excellent travail de Nicolas Sarkozy pour le G20 dont il est l'instigateur éclairé, ne disait-on pas qu'il était le meilleur président en temps de crise?





Conclusion des deux candidats à la fin du débat :






23h51 – 2/05/2012
Conclusion de Nicolas Sarkozy: "je veux parler à tout le monde"


"Je n'ai pas pris de pince à linge pour parler aux électeurs de Marine Le Pen" contrairement à François Hollande, attaque Nicolas Sarkozy.
"Je veux aussi parler aux électeurs de François Bayrou, dont le coeur de la campagne était la maîtrise des déficits publics. Je ferai voter la règle d'or, et si besoin est par le biais d'un référendum".
Et d'adresser un dernier appel aux abstentionnistes et aux mécontents de son quinquennat: "Ne votez pas par humeur. Votez pour cinq ans".


23h48 2/05/2012
Conclusion de François Hollande: "Moi je veux changer, changer de politique, changer de méthode"

"Le bilan de Nicolas Sarkozy a été décrit comme étant particulièrement lourd", tacle François Hollande qui renvoie au débat de 2007.


A l'époque, Nicolas Sarkozy promettait "l'emploi, la compétitivité... les Français en jugeront". "Moi je veux changer, changer de politique, changer de méthode".


Et de citer ses priorités pour le prochain quinquennat: jeunesse, justice et rassemblement. "Que les Français n'aient pas peur, il n'y aura pas de spéculation, il n'y aura pas d'invasion par les cohortes étrangères".




Photographies: Tous droits réservés

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.