mardi 8 mai 2012

Eurogroupe: Le bras de fer Hollande Merkel vu de Luxembourg!


Pour Juncker,   Jeudi c'est "Banco à Paris!"


Jeudi à Paris va se jouer la première épreuve de vérité du président français, François Hollande!

Alors qu'il recevra le premier ministre luxembourgeois actuel dirigeant de l'Eurogroupe, "François Hollande devra montrer ses capacités à tenir tête à la chancelière Angela Merkel... (...) Dans le bras de fer qui s'engage entre deux lignes directrices opposées pour l'avenir de l'Europe, le deal qui s'annonce risque de s'avérer plus compliqué pour le nouveau président français! Un match entre austérité et croissance, deux visions sur la future gestion de la crise en zone euro. (...) Jean-Claude Juncker se veut l'émissaire de référence pour imposer un successeur capable de rassurer outre-Rhin à la fonction -stratégique- de chef de l'eurogroupe. Parviendra t-il à cette périlleuse mission?" La question reste posée. Angela Merkel ne semble pas disposée à laisser le président français venir imposer un autre nom qui pourrait s'avérer bien plus consensuel au changement de cap souhaité par de nombreuses capitales européennes! La volonté affichée d'un premier ministre luxembourgeois pour défendre la candidature de Wolfgang Shauble trouve son origine dans les engagements actés de l'état français, ceux d'un certain Nicolas Sarkozy. Président français sortant  qui s'était fait fort de défendre le besoin d'une rigueur budgétaire "sans faille" comme avec la règle d'or. François Hollande va devoir s'imposer et résister aux qualités d'entremise du premier ministre luxembourgeois qui quittera officiellement ses fonctions de chef de l'eurogroupe courant juin.

Service commandé!

A Paris on ne cache pas que le dossier est pris très au sérieux: "Il ne faut pas se planter sur cette première épreuve de force, le bras de fer risque d'être rude, François Hollande aura bien des difficultés pour asseoir tel choix, il ne s'agit pas de remettre en cause les qualités de l'actuel ministre allemand des finances, mais bien plus ses orientations en "service commandé!"

Plier?

François Hollande est en droit de faire respecter un autre choix, celui de son électorat qui pourrait voir dans cette décision une "trahison!" Pour d'autres le deal est clair, Shauble contre une fin annoncée de la logique d'austérité, en bon résumé, outre-Rhin, "...On se met au pas de la croissance!"  Jeudi 10 Mai,  Jean-Claude Juncker viendra rassurer un François Hollande qui devra à son tour composer, le calendrier est formel: "Il faut aussi pouvoir se ménager une entente cordiale et donc constructive avec le premier partenaire de la France en zone euro, ...l'Allemagne!" C'est dire que cette première épreuve retiendra toute l'attention des milieux concernés, pour l'heure, il semble que de nombreux observateurs misent déjà sur un assouplissement de la posture d'un François Hollande dont l'image ne doit pas souffrir... "Plier est un exercice difficile à remonter, surtout en "début de partie", il faut montrer ses capacités pour imposer ses vérités! C'est une épreuve de force, je ne doute pas que François Hollande puisse s'aménager une logique consensuelle qui ne sera pas soulignée comme un simple renoncement!" Nous confirme une source diplomatique sous couvert de l'anonymat.


Rassurant

Jean-Claude Juncker se veut rassurant: Ayant déjà évoqué le potentiel succès de François Hollande en début de semaine, il précisait un possible réchauffement des relations entre Luxembourg et Paris... Peut-être avec le dossier ArcelorMittal?

Il précise également : " Pour des raisons nationales et d’efficacité énergétique, nous avons besoin de plus d’Europe. On ne peut plus se permettre de provincialisme intellectuel. La valeur de l’euro doit être renforcée. Il n’y a pas de réponse alternative à la consolidation de la zone euro. La relance de la croissance est un devoir européen. Nous plaidons pour une augmentation de capital de la BIE et pour les euro-obligations." Une déclaration qui devrait trouver un certain écho à Paris... Il vient d'annoncer devant son parlement "l'état de la nation" , précisant pour certains une cure d'austérité sans précèdent pour le Luxembourg... Alors que pour d'autres,  "un train de réformes salutaires pour que le Luxembourg soit aux avant-postes du retour à la croissance..."

Nous allons voir comment le président français donnera le change à son électorat, rendez-vous jeudi...



Photographie: Tous droits réservés

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.