samedi 13 août 2011

Zone Euro: Georges Soros prône la mutualisation et les Euro-obligations.

Sans Euro-obligations., Georges Soros prédit la fin de la Zone euro...

L'homme est bien connu de l'équipe Finance Offshore, depuis de longs mois, le financier américain inspire  certaines de nos réflexions sur la crise financière actuelle. Pour le financier américain, sans la création d'euro-obligations, "la zone euro est condamnée purement et simplement à s'écrouler!"

Celui qui est tout autant décrié qu'adulé monte au créneau pour s'inviter dans un débat qui risque de prendre toujours plus d'ampleur.  Les dirigeants européens semblent à présent conscients que la Zone euro est devenue cet ensemble incohérent qui perd trop  souvent en réactivité.  Plus grave encore, pour d'éminents économistes:  "La zone euro devient un non sens, elle manque cruellement de pragmatisme et de capacité efficiente, la mutualisation doit s'inscrire comme la priorité absolue, il faut ce fédéralisme budgétaire maintes fois recommandé!" 

Allemagne...

Georges Soros bien inspiré,  suggère que le fonds de stabilité européen soit enfin un mécanisme "adapté aux enjeux". Il n'hésite pas à faire porter le poids de l'aggravation de la crise sur l'Allemagne:  "Ce sont les réticences allemandes à venir en aide aux pays en difficulté qui ont renforcé la crise grecque et qui ont mené à la contagion qui s'est transformée en crise existentielle pour l'Europe". Démontrant "que seule l'Allemagne peut renverser la dynamique destructrice européenne en soutenant la création des euro-obligations et éviter les pertes incalculables que l'effondrement de l'euro aurait sur le système bancaire".

George Soros prévient également dans le  quotidien allemand "Handelsblatt" ce vendredi: "L'Allemagne et les autres pays notés AAA par les agences de notation  doivent d'une façon ou d'une autre créer un système d'euro-obligations. Sinon, l'euro va s'écrouler", estimant par ailleurs qu'un élargissement du fond de secours européen est absolument nécessaire, car "tant que ce ne sera pas le cas, la note AAA de la France sera menacée" précise le financier américain.
Il serait donc  suicidaire pour ces mêmes dirigeants de refuser l'augmentation de ce fonds. Les chiffres parlent d'eux-mêmes, la Zone Euro est  "un nid à potentiels défauts", les pays les mieux notés risquent de comprendre leur douleur si "rien sera décidé lors du prochain sommet européen!..." Justement, la Commission européenne doit publier cet automne "un rapport sur la  faisabilité des euro-obligations", une fois conclue la réforme de la gouvernance économique annoncée à la rentrée.   Avec ces euro-obligations, une option combattue vigoureusement   jusqu'à présent par l'Allemagne, "les pays de la zone euro mutualiseraient une partie de leurs emprunts sur les marchés, avec un taux d'intérêt moyen où les pays puissants protégeraient les plus fragiles."

Le contexte actuel est propice " à toutes les attaques contre un ou plusieurs des états de la Zone euro", plus que jamais  enferrée dans la crise de la dette. L'abaissement des notes souveraines par les agences de notation ajouté aux rumeurs en tout genre participent d'une incertitude grandissante.  "Depuis quelques jours les rumeurs les plus folles font rage". La banque française Société Générale qui vient de faire l'objet d'une attaque dont l 'autorité des marchés  vient d'ouvrir une enquête "pour entrevoir des poursuites en responsabilité..."   

Georges Soros est un milliardaire d'origine hongroise,  il est connu pour avoir fait sortir la livre britannique du Système monétaire européen en 1992. Bien plus encore  aujourd'hui pour son implication personnelle pour aider de nombreux états en difficulté. "Cet homme est capable d'influencer sans immixtion, il est toujours une figure respectée du monde de la finance, ses conseils sont précieux. Il est par ailleurs trés impliqué dans une fondation non gouvernementale aux résultats toujours plus prometteurs..."

Photographie: Tous droits réservés

Finance Offshore © Copyright 2006 - 2017- Tous droits réservés- Images may be subject to copyright.